21.6.04

La mafia t'invite !

En juillet, je profiterai des vacances pour aller me perdre un mois en Russie, filer en transsibérien de Moscou à Irkoutsk puis remonter à pied jusqu'à la perle de Sibérie (le lac Baïkal).

La condition pour entrer sur le territoire russe, est d'avoir un visa. "Normal". Mais les conditions pour obtenir un visa pour la Russie, sont un peu moins "normales".

En effet, seuls ceux qui sont "invités " en Russie peuvent s'y rendre. Sans invitation, vous restez chez vous.

Qu'est-ce qu'une invitation ? Et bien c'est comme pour les goûters d'anniversaires quand on est petit, ou les réceptions chics quand on est plus grand : une jolie lettre de la part de votre hôte, s'adressant à vous nominativement, et exposant toutes les infos relatives au séjour et à l'accueil.

Si vous avez des amis russes, c'est facile : ils vous faxent une invit' rapido, et vous pouvez passer à l'étape suivante : la queue interminable au consulat.

Mais si vous n'avez pas d'amis rescapés de la dictature rouge, alors vous aller devoir vous frotter à l'une de ces mafias de l'est qui servent les rumeurs de l'ouest : le lobby de l'invit' russe.

Imaginez un peu ce marché créé de toutes pièces : les touristes veulent des invit' ? Les russes n'ont qu'à leur vendre... Et ils les vendent, à des prix pouvant aller de 30 à plus de 150 euros !

C'est une utilisation du système comme une autre. Mais les autorités, qui peuvent aisément concevoir que le tourisme leur profite et qu'une telle barrière à l'entrée de la Russie en rebute une large part, souhaiteraient bien mettre fin à cette hypocrisie.

Hypocrisie ? Oui, car à l'origine, l'invitation est une garantie que l'étranger en visite n'ira pas n'importe où, n'est pas n'importe qui désireux de faire n'importe quoi. Mais puisque n'importe qui peut désormais se faire "inviter" tant qu'il en paye le prix, le système n'a plus lieu d'être.

Mais comment s'opposer à ces énormes agences de voyages, héritées de l'URSS et de son KGB, qui tirent un immense profit de ce système et ont les moyens de décourager toute tentative de réforme n'allant pas dans leur sens ?

Ainsi le touriste continue de se faire plumer, et tout l'argent qu'il vide de ses poches avant de partir, c'est tout l'argent qui ne servira qu'à engraisser les plus gros qui avancent main dans la main avec l'Etat, plutôt que les petits artisans qui taillent encore à la main les vraies matriochkas qu'ils auraient bien besoin de vendre...

Peut-être que la situation mondiale actuelle impose une certaine régulation de l'immigration. Mais lorsque cette immigration se limite à un passage de moins de trois mois sur un territoire, les Etats pourraient bien lever sans risque leurs pseudo-protections très coûteuses, et profiter pleinement d'une large entrée de devises !

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

0 commentaires

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil