10.9.04

Les tics de la discussion

Au repas de midi, j'ai eu une discussion animée avec un vieux professeur communiste (non, pas pléonasme ! votre serviteur en est la preuve vivante) de mon lycée. Ce dernier entame la discussion sur certains abus des pharmaciens, puis se lance dans une diatribe, expliquant qu'on devrait interdire les pharmaciens libéraux, et autoriser uniquement les pharmacies mutualistes d'Etat. "On ne devrait pas faire de profit sur la santé des gens", me dis ce vieux con qu'on devrait pousser à la retraite très vite pour préserver nos gosses. Là, j'avoue m'être énervé. J'aurai pu foutre en l'air toute sa rhétorique en :
- prenant l'exemple de la médecine socialisée en Angleterre et au Québec
- disant que si on ne doit pas faire de "profit" sur la santé (et au fait, on arrête de payer les médecins), on ne devrait pas non plus faire de "profit" sur la bouffe, etc...
Par manque d'expérience des débats, j'ai oublié de le faire (il est vrai que l'année dernière, j'ai soigneusement évité de déjeuner au restaurant du lycée, pour m'épargner les âneries de certains de mes collègues).

J'ai néanmoins fait valoir que ça ne me paraissait pas évident, qu'il y avait de toute façon une médecine à d'innombrables vitesses, des médecins excellents comme des escrocs, et que le critère par l'argent pour l'attribution des meilleurs médecins aux patients n'était après tout pas plus mal que le critère par la chance.

Là, le vieux con ressent comme un malaise en voyant qu'un de ses collègues
ne s'endort pas en rêvant au grand soir prolétarien, m'assène le traditionnel et pathétique "et l'Egalité dans la devise de la République, on en fait quoi, alors ?", et termine par un fabuleux "même si l'égalité est impossible, il faut TOUT faire pour y tendre le plus possible", auquel je ne réponds pas, parce que je m'aperçois que le type est irrécupérable, et n'a tiré aucun enseignement de l'échec des expériences communistes.

Ma conclusion, c'est qu'une meilleure pratique du débat m'aurait permis de ratatiner des vieux cons dans son genre. Je crois que je vais retenter l'expérience.

Ah et sinon n'oubliez pas de me contacter en privé pour savoir où ne PAS envoyer vos gamins en classe.

VeloDeus

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

13 commentaires

Blogger C2H5OH a écrit...
"Ah et sinon n'oubliez pas de me contacter en privé pour savoir où ne PAS envoyer vos gamins en classe."

Pas besoin, la réponse est : l'enseignement publique...

Cdt.

Ethylic.
à 6:11 PM
 
Blogger VeloDeus a écrit...
Précisément.
à 2:14 PM
 
Blogger O. a écrit...
"Ma conclusion, c'est qu'une meilleure pratique du débat m'aurait permis de ratatiner des vieux cons dans son genre. Je crois que je vais retenter l'expérience."

Comme quoi il est *mal* de traîter un libéral de con, mais un communiste, ça passe très bien.
à 8:33 AM
 
Blogger melodius a écrit...
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
à 10:27 AM
 
Blogger melodius a écrit...
Qualifier de "con" un type qui défend une idéologie qui a 100.000.000 morts à son actif, je trouve ça plutôt gentil.

Moi j'aurais écrit "criminel en puissance".
à 10:30 AM
 
Blogger Bix a écrit...
100 millions seulement melodius ? Je te trouve bien modeste, tu es sûr que tu n'as pas oublié les SDF morts de froid à cause de l'État socialiste français ? ou les Cubains morts à cause des cyclones ? Tu as aussi oublié de compter les millions de gens morts de vieillesses pendant les 80 ans de l'URSS ! un scandale ! Sans oublier les milliards de personnes tuées au goulag.

Blague à part, ça m'a toujours fait marrer cette manie d'assimiler les idées de gauche à du communisme et le communisme aux "100-millions-de-morts" (avec l'affiche qui mettait Hue au même point que Lénine et Staline, à mourir de rire).
à 11:49 AM
 
Blogger melodius a écrit...
La différence entre le négationnistes nazis et les négationnistes bolchos est que pour chaque Faurisson, il y a des millieurs de Bix.

Le simple fait qu'il tente de relativiser, voire de plaisanter à ce sujet démontre qu'il est parfaitement conscient du caractère criminel du communisme et de l'identité entre ses opinions et celles des bourreaux bolchéviques.
à 1:00 PM
 
Blogger Octavius a écrit...
Personnellement, étant plutôt pragmatique, je préfère scolariser mes enfants dans le public (de bonne qualité chez moi) que dans le privé (l'école privée du coin étant constituée de baraques en pré-fabriqués, à proximité de grandes routes...)
à 3:02 PM
 
Blogger Bix a écrit...
Je ne nie absolument rien, je suis parfaitement conscient des horreurs de la Révolution de 1917, tout comme je suis conscient de l'horreur de la guerre civile qui a suivi.
Les goulags (simple récupération des camps impériaux déjà existants) ont tué des millions de gens, ça continue en Corée du Nord (surtout avec la famine), à Cuba (et l'embargo états-unien y est aussi pour beaucoup), et ailleurs... pas toujours dans les États communistes d'ailleurs, mais ce n'est pas le sujet.
Maintenant mélodius, libre à toi de penser que si je plaisante à ce sujet je suis complice de millions de morts, mais c'est un peu abusé je pense. Libre à toi aussi de penser que quiconque a des idées de gauche est un criminel en puissance, alors que "gauche" ne signifie nullement dictature, tyrannie et répression sanglante. Ou dans ce cas, Pinochet, Noriega et les Saoud sont des communistes, ce dont je doute sérieusement.
Je te laisse cette liberté mélodius, et je m'octroie quant à moi la liberté de penser que tu as tout faux, et puisque tu traites un prof (qui doit tout bêtement voter PS, ce qui est loin d'être un soutien à Staline) de criminel, mi je te traite d'imbécile, c'est ma liberté.
à 7:56 PM
 
Blogger Octavius a écrit...
Il ne me semble pas que le prof désigné soit décrit comme "de gauche" mais comme "communiste" Le système communiste reposant sur le marxisme qui est intrinsèquement criminogène, en effet, ce prof est un pousse au crime. Au même titre qu'un prof qui se présenterait comme fasciste.
à 9:19 AM
 
Blogger melodius a écrit...
Pour Bix "communiste" et "de gauche", c'est kif.

Remarquez par ailleurs les "petits" mensonges qui émaillent son texte: le goulag ne serait que la continuation du système tsariste (quid des famines provoquées à dessein par Lénine et ses successeurs ?), Cuba mettrait les gens en prison et les exécuterait à cause de l'embargo américain, etc. Relativisons, relativisons.

Se faire qualifier d'imbécile par un négationniste est un honneur.
à 10:51 AM
 
Blogger Sous-Commandant Marco a écrit...
Déjà à l'époque, George Marchais disait que les ce que nous appelons les goulags n'étaient rien d'autre que des prisons et que le bilan de l'URSS était "globalement positif". Rien de nouveau dans le discours de Bix, donc.

Autre erreur: comparer les Bolcheviques avec le Tsar. Rappelons que les Bolcheviques ont fait la révolution d'octobre contre un gouvernement d'union nationale plus ou moins démocratique et que le Tsar avait déjà été destitué plusieurs mois auparavant.

Enfin, cerise sur le gâteau, un sophisme: tous les gauchistes sont des criminels en puissance, or Pinochet est un criminel, donc Pinochet est un gauchiste. Je comprends mieux la logique communiste maintenant, merci.
à 11:37 AM
 
Blogger Bix a écrit...
Non mais n'importe quoi, vous avez vraiment une lecture particulièrement orientée de mes commentaires, j'hallucine. Vous avez vraiment lu ce que vous vouliez lire du "petit gauchiste criminel en puissance".

J'arrête là, c'est pas la peine. Vous m'aurez bien fait rire par contre, et mon frère aussi. Au moins vous servez à quelque chose.
à 11:17 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil