29.9.04

Enrichissement des masses

Il est bien connu que l'objet de la société est de permettre de sortir de la misère et de permettre à tous de s'enrichir.
Pour ce faire, quelques types de politiques ont été mis en place : formation, libre entreprise, sécurité sociale...

La méthode française est particulière : mettre en place un impôt stupide appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune. Ceux qui le payent sont riches, donc plus il y a d'assujettis à cet impôt, et plus la population est riche. Et après, il suffit de ne plus modifier son barème de calcul (depuis 1997 par exemple) pour voir mécaniquement ce nombre d'assujettis augmenter. Avec l'augmentation du prix de l'immobilier, gageons que ce nombre explosera les prochaines années.

Comme disais Jean Yanne dans Liberté, Egalité, Choucroute : "partageons les richesses des Marquis, comme ça, quand les marquis aussi seront pauvres, au moins il n'y aura plus de jaloux"


Mitraillette andalouse

C'est le titre de la version belge de "Super Size Me" qui sortira sur les écrans à la fin de l'hiver. Jef Van Pipperzele, réalisateur de courts-métrages primés au festival du court-métrage de Mariakerke (c'est lui l'auteur de "Un deux trois deux mille", chicon d'or 1991), veut démontrer à ses compatriotes la nocivité du célèbre "paquet à cinquante".

Pendant un mois, sous la supervision d'une équipe médicale de l'université de Huy-Warocqué dirigée par le professeur Ghislain Quasier d'Orval, Jef va s'alimenter uniquement dans les fritkots et les snacks de la capitale. Au menu : mitraillette kefta sauce andalouse, frites-carbonnades et poulycroc-samouraï, dürum poulet piquant sauce blanche et harissa, bicky burger sauce curry-ketchup et bien sur une bonne fricadelle.

Souhaitons-lui d'ores et déjà bonne chance !


28.9.04

Gérer l'Etat comme une entreprise ?

Pour continuer ici sur une remarque de Chitah concernant C'est de la Bâle, Bébé, il est évident que gérer une entreprise et gérer une administration sont deux choses différentes.
Par contre, quel que soit l'acteur concerné, la transparence de l'information est indispensable.
Lorsqu'une entreprise utilise des fonds privés (un capital social), il rend des comptes aux généreux donateurs sur l'emploi de ces biens. Par contre, en France, il semble inutile, voire nuisible, d'être transparent sur l'emploi de fonds publics.
En France, je suis chaque fois surpris de voir des étatistes défendre l'intervention de l'Etat mais cacher l'impact des politiques étatistes.
Je m'explique : la classe politique défend en masse la retraite par répartition et refuse de toucher aux régimes spéciaux mais hurle quand il s'agit de mettre en place les normes Bâle II permettant de chiffrer le coût de ces choix.
J'admettrais à la rigueur que des hommes politiques défendent une politique socialiste s'ils avaient l'honnêteté intellectuelle de dire "vive la retraite par répartition et les régimes spéciaux, qui vous coûteront xxx centaines de milliards d'euros dans les années à venir"
Mais non, les politiciens étant d'une franchise absolue (la même que celle de l'âne qui recule) ils sont capables de prétendre que leur politique ne coûte presque rien.

Pour finir, la dette de la France est la somme des dettes du gouvernement, des régimes sociaux et des entreprises nationales publiques. Et bien, sans Bâle II, la dette de la SNCF est passée par un coup de baguette magique, hors bilan. Elle n'apparaît donc nulle par sur le bilan français (8,22 milliard, quand même) mais continue à générer des intérêts de plus de 600 millions d'euros par an.


27.9.04

Mao à l'heure

Pour coller à l'image populaire de Mao Tse-Toung, Jaeger LeCoultre sort une montre à huit exemplaires, destinée bien entendu au peuple (comme tout mythe communiste) Le prix ? Seulement 17.500 euros, rassurez-vous.

Moi, je trouve ça représentatif !!!


C'est de la Bâle, Bébé

Les nouvelles normes comptables (le fameux sujet "Bâle II" dont tous les consultants parlent) créent bien des difficultés à nos hommes d'Etat français.
Le principe est tout bête : obtenir une vision la plus juste de la valeur d'une entreprise en intégrant les risques et les coûts hors bilan dans le bilan.
Par exemple, pour les entreprises de crédit, il faut désormais définir les risques d'impayés et introduire les coûts qui y sont liés à la vision comptable de l'entreprise.
Quelques sociétés cotées devront, par exemple, faire figurer le coût éventuel d'une clause de parachute proposée à leur PDG, ce qui peut représenter, le cas échéant, un coût non négligeable plombant les résultats de l'entreprise.
Et voilà nos entreprises publiques dans la mouise.
Parce que, d'après Bâle II, tout coût prévisible, comme des clauses particulières de RH, doit figurer dans le bilan de l'entreprise. Par exemple, une clause proposant un régime de retraite particulier. Et c'est ainsi que la RATP doit intégrer 18 milliards de dettes dans son bilan, La Poste 57 milliards et la SNCF 70 milliards. Et la SNCF doit en plus ajouter ses dettes hors bilan (vous savez les 8,22 milliards sortis par miracle du bilan et dont l'Etat paie pour environ 600 millions d'intérêts par an !)

On comprend mieux que les socialistes ne suportent pas le capitalisme et son besoin de transparence de l'information !!!


Violence à l'école

Ce matin, les "maternelles" (émission sur La Cinq) présentait une rubrique de questions-réponses entre parents et psychologue. Une des questions portait sur la violence à la maternelle.
D'après la psychologue, les enfants venant de crèches sont plus violents que les enfants confiés à une nourrice ou restés dans le giron familial.
Alors, ma question, c'est : pourquoi les hommes politiques poussent-ils à la création de crèches au lieu de permettre au marché de se réguler et de créer des places de nourrice ?

Alors les réponses qui me viennent à l'esprit sont les suivantes :
1 - les politiciens ne sont pas informés des résultats de cette étude.
2 - les politiciens connaissent les résultats de cette étude, mais en nient les conclusions par idéologisme et sectarisme.
3 - les politiciens connaissent les résultats de cette étude, mais ne voient pas d'autres moyens pour s'en sortir.
4 - les politiciens connaissent les résultats de cette étude et agissent en parfaite connaissance de cause, parce que :

* mettre en place des crèches et scolariser les enfants tôt, ça légitime leur action et leur position.
* la violence de demain devra trouver une réponse sociale, coercitive ou réglementaire, et ça leur fait du travail pour les années à venir, et ça légitime leur situation de demain.


De toute façon, leur réaction est révoltante :
dans le cas 1 : on ne peut prétendre gérer une situation sans être informé, c'est une règle de base.
dans le cas 2 : nier la réalité par idéologie est stupide, mais bon, en France...
dans le cas 3 : prétendre gérer une situation en étant dépassé par celle-ci, c'est de l'incompétence.
dans le cas 4 : c'est du cynisme. Mais, bien entendu, cela ne ressemble pas à nos responsables politiques.


24.9.04

Les va-t-en-guerre

Un article belliciste publié récemment pointait vers un site gore où l'on peut trouver l'intégralité des vidéos de la décapitation des derniers otages américains exécutés. Ceux qui ont l'estomac bien accroché n'ont qu'à suivre ce lien, elles y sont toutes.

J'ai pour ma part suivi le lien et assisté à la décapitation au couteau d'Eugène Amstrong. Il est clair que voir des êtres humains (ou prétendus tels) se livrer à un acte d'une telle barbarie est proprement insoutenable.

L'auteur de l'article se sentait du coup autorisé à conclure : "La scène filmée par ces terroristes assassins suscite un ensemble de réactions émotionnelles. Sauf une : laisser leurs crimes impunis.".

Cela veut dire quoi exactement, "laisser leurs crimes impunis" ? Mettre l'Irak à feu et à sang pour retrouver Zarkaoui ? Rabaisser à leur tour les militaires US au niveau de la bête (on a bien vu ce que ça donnait à Abu Ghraïb) pour "leur apprendre à ces salauds d'intégristes" ?

Pour ma part, je n'ai pas ressenti cette réaction-là. Ce que j'ai ressenti au plus profond de moi, c'est la haine de la guerre et des Etats et des organisations terroristes qui la mènent. La tristesse et l'impuissance aussi. Un peu comme le jour où j'ai parlé avec ce soldat israëlien dans un bar du centre de Londres. Il m'a conté son écoeurement face à ce qu'il avait fait lors des batailles contre le Hizbullah auxquelles il avait participées au Sud Liban. Les ordres inhumains qu'il avait suivis ("si vous croisez un blessé, égorgez-le, ça fera un Hizbullah de moins"), les amis qu'il avait vus mourir, son dégoût grandissant. Lorsque je lui ai demandé s'il trouvait dès lors que la paix avec les Arabes était souhaitable, il m'a répondu simplement "Non, ces salauds ont tué mes amis".

"Ces salauds ont tué Amstrong, il faut les éliminer". C'est un peu ce que nous dit notre chroniqueur va-t-en-guerre. Je me demande s'il a un jour dû tuer quelqu'un. Le viser avec son arme, voir le sang jaillir et la vie s'en aller. Une fois, deux fois. Jusqu'à n'être plus qu'une bête, guère plus excusable que les animaux qui ont décapité ce pauvre type. La guerre et la violence, si légitimes soient-elles, nous enlèvent notre humanité. Doucement, jour après jour, le monde bascule dans la folie guerrière.

Moi, la vision de cette vidéo, n'en déplaise à notre chroniqueur assoiffé de sang, l'émotion qu'elle a éveillé en moi, c'est la tristesse et l'amertume. L'amertume de constater qu'il se trouve encore des gens, et ils sont nombreux, pour penser que plus de violence arrêtera la violence.





La puissance: idole des (ex- ?)gauchistes

Dans une interview parue dans "Le Figaro littéraire", le chroniqueur et historien français Jacques Julliard émet une remarque très valable sur les anciens trotskos et maos passés avec armes et bagages du côté de la promotion inconditionnelle de l'impérialisme néoconservateur:

Beaucoup d’intellectuels venus du communisme sont, effectivement, tentés par la perspective d’une défense de l’Occident dont les Etats-Unis seraient le leader. Dans ce cadre, la France aurait moins à coopérer qu’à obéir. C’est le cas d’André Glucksmann et d’autres. Quant au livre d’Yves Roucaute, il est tellement outrancier qu’il détruit sa propre thèse. Que voulez-vous répondre à quelqu’un qui compare Napoléon à Hitler ? Aucun historien sérieux n’accepterait d’en débattre. « Qui a renoncé à ses démons, nous ennuie avec ses anges », dit quelque part Henri Michaux. Je crains que beaucoup de ces gens, hier philo-soviétiques ou prochinois, soient surtout fascinés par la Puissance en soi. Ils ne cessent de répéter « les Etats-Unis : c’est la puissance. » Leur fascination a changé d’objet, pas de nature.

Il est notoire que les pères fondateurs du néoconservatisme américain sont, de leur propre aveu, d'anciens gauchistes qui ont simplement transféré leur dévotion "étato-pouvoiriste" sur un autre Dieu. Il en va de même avec plusieurs anciens (?)gauchistes français: le philosophe André Glucksmann, le cinéaste Romain Goupil ou - dernièrement - Yves Roucaute... ancien membre du PCF et auteur d'un livre au titre édifiant: La Puissance de la liberté. Cet auteur continue d'ailleurs d'ignorer ce qu'est réellement le libéralisme, puisque - dans un entretien paru dans le même périodique et intulé "Pourquoi Dieu est américain" (sic) - il affirme péremptoirement:

Aux Etats-Unis, néo-conservateur correspond à ce que nous appelons «libéral» en France. Alors que «libéral» signifie, là-bas, de gauche ou «progressiste». Il faut donc se méfier des confusions.

Je ne saurais trop l'inviter à rester fidèle à cette dernière maxime... (De même que le journaliste ayant interrogé Julliard, car il commet la même bourde.)




Gekloechte Jakobijn Vlaanderen

Certaines idées reçues circulent sur la Flandre. En raison d'une économie plus prospère que dans la partie Sud du royaume de Belgicanie, trop de commentateurs se figurent que cette Région serait davantage tournée vers le libéralisme. Or il n'en est rien; la Flandre est gouvernée par une bande de politiciens centralisateurs, comme l'atteste leur volonté d' assimiler de force les étrangers, afin qu'ils défilent le doigt sur la couture du pantalon en chantant le "Vlaamse Leeuw".

Autre comportement détestable: ils prennent l'habitude de fermer leur marché "intérieur" aux PME non-néerlandophones. En témoigne la dernière trouvaille de ces tristes sires: la fermeture du marché des chauffagistes, réservé désormais aux seuls praticiens de la langue de Vondel. Notons que, depuis la régionalisation, la situation n'était déjà pas triste, puisque le professionnel devait solliciter trois numéros d'agréation (because trois Régions) pour pouvoir exercer dans tout le pays.

Somme toute, bien qu'exécrant officiellement la culture "franskillonne", les édiles du Nord ne sont jamais aussi à l'aise que lorsqu'ils empruntent leurs idées à la vieille tradition jacobine hexagonale...



De Bali à Pékin

Les grandes causes sont toujours servies par de grands hommes. La Sécurité Sociale est une de ces grandes causes, érigée en religion d'Etat depuis quelques décennies déjà.

Il fallait s'en douter, un machin du nom de Assocation Internationale de la Sécurité Sociale se doit d'exister pour matérialiser l'importance de la cause, et doit surtout, c'est important, organiser des colloques.

Le dernier en date se déroulait entre le 12 et le 18 septembre à Pékin: un millier de représentants de 130 pays étaient présents d'après Le Canard Enchaîné. La dernière en date se déroulait à Bali; par ailleurs, une visite de la rubrique "Réunions" du site internet de l'AISS montre que les Amis de la Sécu savent vivre, ce n'est pas demain la veille que ces colloques auront lieu à Maubeuge ou Béziers!

Sur le millier de délégués, 25 sont américains, 30 allemands, et 180 français. A Bali en 1995, ils étaient 135 délégués français.

Inutile de préciser que les indices convergent vers un état de fait tout à fait étonnant: il est possible que ces 180 délégués n'aient absolument rien foutu là-bas, mis à part s'intier à la beauté de la Cité Interdite ou visiter Pékin,

Au fait, un détail: en gros, cette petite escapade a dû coûter dans les 700 000 euros. Une misère, c'est le rayonnement de la France, vous dit-on!


23.9.04

C'est pour votre bien !

Attention, anti-étatisme primaire !


22.9.04

Bienvenue au Goulag

Ce matin, sur les ondes de la Radio Totalement Bolchévique et Francolâtre, un journaliste se félicitait de ce que la ministre-présidente de la "Communauté Sans Fraises Wallonie-Bruxelles", l'effrayante Marie Arena - dont la coiffure n'est pas sans rappeler celle de Malvira - s'indigne de ce que certaines communes ne consacrent pas assez d'argent à la Kultur. Du coup, notre passionaria étatiste s'est fixé pour objectif de faire voter un décret pour rendre obligatoires les dépenses culturelles des communes. Je ne sais pas si c'est l'automne, mais ce matin j'ai froid dans le dos.


21.9.04

Rothbard Vs. Polanyi

Le Mises Institute a eu l'excellente idée de mettre en ligne le salutaire et tonique pamphlet de Rothbard contre la thèse primitiviste et rousseauiste du socialiste Karl Polanyi exprimée dans The Great Transformation. Dans cet article, on s'aperçoit que rigueur scientifique et tempérament polémique peuvent se combiner harmonieusement.


Accord SNCM

Le MRC de George Sarre, comme beaucoup d'organisations, dénonce l'accord passé entre la SNCM et le STC, notamment sur la préférence régionale d'emploi de salariés.

Je tiens à rappeler à tous que le MRC proposait, lors de la campagne présidentielle, des choses aussi absurdes que la préférence nationale en matière de cinéma ou que l'Etat opère actuellement une préférence nationale ou européenne dans la plupart des postes qu'il propose.

Alors, en effet, il est temps de remettre tout cela à plat et revoir cette notion de préférence nationale.


20.9.04

Pension de reversion

Les hommes de l'Etat n'ayant qu'une parole, mais l'ayant déjà donnée, il y a bien longtemps, s'amusent à remettre en cause les engagements passés. Et les retraites en font, évidemment, partie.

Personnellement, lorsque je me couvre contre un risque en payant une assurance, j'estime être couvert contre ce risque. D'autant plus lorsque j'ai cotisé pendant des décennies.

Et bien, imaginez, le système français de retraite prévoyait un système au poil permettant aux veuves de toucher un revenu correspondant à une partie de la retraite de son époux lorsque celui-ci disparaissait.

On appelle cela la pension de reversion.

Et bien, le système change.

Désormais, cette pension (60 % de la retraite de l'époux) ne sera versé plus qu'à hauteur d'un revenu global de l'épouse de 15.000 euros. Tous revenus compris.

Les veuves apprennent donc que leurs époux ont cotisé toute leur vie pour rien, ou pas grand chose.

Mais bon, il s'agit de sauver la retraite par répartition. Imaginez maintenant les réactions des syndicats si une assurance privée avait annoncé faire de même !


19.9.04

Le Maillon Faible

Il est intéressant de voir comment un simple jeu télévisé peut résumer les valeurs d'une société. Chez TF1, ils ont choisi d'apprendre aux français les valeurs démocrates.

Le scénario est à peu près toujours le même : on crée artificiellement une situation où il ne peut y avoir qu'un seul gagnant (par conséquent ce qui est gagné par quelqu'un est pris à tous les autres), et où ce gagnant est déterminé non par ce qu'il produit (ses réponses aux questions) mais par le vote de la population. Au début du jeu les moins bons sont éliminés, et puis, au fur et à mesure que le jeu avance, ce sont les meilleurs qui s'en vont : la majorité des médiocres les élimine pour avoir une chance de gagner.

Ca ne vous rappelle rien?


Anti-War... quand ça l'arrange

Le célèbre anti, heu, sioniste (jugez vous-mêmes) a encore écrit une grosse bêtise.

Figurez-vous que maintenant, Poutine, il est sympa.

Je pense qu'il n'y a rien à dire d'autre que ceci : sa haine des néo-conservateurs l'a conduit au délire total.


18.9.04

Intégration et valeurs occidentales

D'après "La Libre Belgique", Marino Keulen, ministre VLD en charge de la politique d'intégration (au sein du gouvernement régional flamand), aurait déclaré: "Les allochtones ne peuvent plus se calfeutrer dans leurs propres biotopes. (sic) (...) Il ne leur suffira plus d'apprendre la langue de Vondel, car ils devront aussi montrer qu'ils acceptent les valeurs occidentales." Après lecture de ces propos, plusieurs questions me sont venues à l'esprit:

- Pourquoi partir du principe que les étrangers seraient hostiles à l'Occident ? Marx et Hitler étaient allemands, donc de culture occidentale; mais n'ont-il pourtant pas figuré parmi ses pires ennemis ?

- Ensuite, vous aurez constaté assez aisément que la notion d' "étranger" - pardon, d' "allochtone" - défendue par ce ministre est dirigée contre certaines personnes. Un Italien, un Anglais, un Espagnol ou un Américain ne seraient plus - selon sa logique - étrangers sur le sol belge. Seuls le seraient ceux qui n'ont pas d'appartenance occidentale... Ceux-ci devraient, en outre, fournir des efforts inimaginables pour arriver à prouver qu'ils sont presque plus occidentalisés que ceux dont le hasard a fait qu'ils étaient nés dans une famille de vieille souche marollienne ou campinoise...

- Enfin, j'aurais réellement aimé savoir quelles étaient les valeurs occidentales auxquelles l'Excellence songeait. Si M. Keulen entend par là: "social-démocratie, fiscalité et eurocratisme", alors il peut me ranger, ainsi que beaucoup d'autres Belges, dans la catégorie des "allochtones non intégrés et rétifs aux glorieuses valeurs européo-atlantistes"...

Pour moi, les valeurs occidentales forment une triade indissociable: "liberté, propriété et responsabilité". On le voit: elles sont parfaitement universalisables. Et, au final, nous pouvons observer à leur aune qu'aucun homme politique - belge, français, anglais, allemand, espagnol, italien ou américain - ne mérite d'être considéré comme vraiment occidentalisé. A bon entendeur...


17.9.04

There's something rotten in the Kingdom of Kristol

Les néo-conservateurs sont-ils au bord du schisme ? Un nouvel article de Francis Fukuyama, l'auteur de "La fin de l'histoire et le dernier homme" fait en tout cas beaucoup de bruit.

Un extrait choisi:

Of all of the different views that have now come to be associated with neoconservatives, the strangest one to me was the confidence that the United States could transform Iraq into a Western-style democracy, and go on from there to democratize the broader Middle East. It struck me as strange precisely because these same neoconservatives had spent much of the past generation warning-in The National Interest's former sister publication, The Public Interest, for example-about the dangers of ambitious social engineering, and how social planners could never control behavior or deal with unanticipated consequences. If the United States cannot eliminate poverty or raise test scores in Washington, dc, how does it expect to bring democracy to a part of the world that has stubbornly resisted it and is virulently anti-American to boot?


Affaire à suivre, donc !


16.9.04

Réponse du berger à la bergère

J’ai lu récemment un article concernant (et consternant) les crimes contre l’humanité des régimes communistes ("Génocides").
Grosso-modo, cet article disculpait le communisme de ses crimes en les présentant sous la forme de crimes racistes en développant deux exemples : les Khmers-Rouges et la famine en Ukraine.
Je peux, bien entendu, alimenter de tels arguments : Lénine qui ne supportait pas les Russes, les Serbes voulant supprimer les Croates, les Vietnamiens contre les Cambodgiens… Mais avant tout, Marx, juif complexé par ses origines et devenu profondément antisémite et pro-germanique.
Mais, ce que semble oublier l’auteur de l’article, c’est qu’une démarché inductive n’est pas scientifique. Quelques exemples ne peuvent en aucun cas étayer une démonstration.

Le communisme est un système criminel reposant sur des bases criminogènes

Alors, voilà plutôt la réalité. Le communisme est un système reposant sur des théories tirées à la base des œuvres de Marx. Ces œuvres sont intrinsèquement criminogènes et violentes (relire mes propos et ceux de N°3 ce sujet) Un système politique basé sur une théorie criminelle peut-elle échapper à son destin criminel ? Personnellement, j’en doute fort. Affirmer une telle chose revient à prétendre qu’un système basé sur Mein Kampf pourrait être humaniste.
Le système prôné par Marx et Engels est pleinement influencé par leur racisme – aussi bien racial que social.

Hormis la théorie marxiste, le communisme est forcément un pousse au crime

Pour fonctionner, le marxisme doit forcément supprimer la propriété privée et donc changer la nature humaine.
Un système communiste supprime de fait la propriété privée. Alors, imaginez la réaction des individus à qui on vient retirer le fruit de leur labeur passé. Toute spoliation de masse de propriété privée est suivie par une attitude de défense de la part d’une partie des anciens propriétaires, donc des actions violentes envers ceux-ci. C’est pour cette raison que les théoriciens avaient prévu le passage obligé par une dictature permettant de purger la société des réflexes de propriété privée.
Mais, il ne faut pas se leurrer, le réflexe de propriété privée est inhérent à la nature d’une partie de l’humanité. Sinon, vous pouvez bien imaginer que les jeunes générations de ces pays socialistes seraient tous des adeptes de la propriété collective.
Et c’est pour cela que, selon moi, il n’est pas possible d’aboutir au communisme réel. L’attachement à la propriété privée n’est pas un facteur culturel ni génétique. Il n’est pas possible de supprimer ce vieux réflexe des individus d’une génération et de se dire que les générations suivantes en seront débarrassées. Non, les générations suivantes verront toujours une partie de leurs membres attachés à la propriété privée et à la liberté individuelle. Et l’Etat devra toujours agir de façon coercitive contre ces individus.

En conclusion, la mise en place d’un Etat socialiste entraîne forcément l’utilisation de la force (physique ou propagande), mais, contrairement à la théorie, cette violence est pérenne. Parce que dès que cette violence tombe, le système s’écroule, voyez le mur de Berlin.


L'shanah tovah


15.9.04

Pays de frileux

En France, l'ambition majoritaire des jeunes est de devenir fonctionnaire, suivi de près par l'action dans une association non lucrative.

Loin derrière, la création et la direction d'une entreprise, euh ! pardon, l'exploitation des prolétaires.


Pensée unique

On peut lire un peut partout que la France serait le chantre de la pensée unique néo-libérale. Je suis donc ravi d'apprendre que les socio-démocrates à la française du type Borloo'n'co représentent cette clique du renouveau de la pensée libérale française.


Merci M. Borloo

Certains messages des libéraux ont du mal à passer auprès de l'opinion. Parmi ceux-ci, le fait que le gouvernement actuel soit socialiste paraissait jusqu'alors particulièrement difficile à faire comprendre.

Alors, je crois que les libéraux doivent dire un grand merci à M. Borloo qui vient appuyer cette thèse avec son nouveau plan de cohésion sociale.

Tout y est : dépenses somptuaires en pleine période de déconfiture budgétaire, création d'emplois dans le domaine non marchand (il faut être socialiste pour croire que ce type d'emploi génère de la croissance !!!), volontarisme étatique sur la baisse du chômage, incitation des entreprises à la débauche...

Bref, Jean-Louis vient de nous sortir de son chapeau un plan que le gouvernement Jospin n'aurait pas renié.


14.9.04

Aujourd'hui, parlons de Marx.

Marx nous fait rêver en nous parlant d'une société où tout serait gratuit, où l'on pourrait profiter de tout et où l'on ne serait plus aliéné par le travail.

Tout serait gratuit ? Mais pour produire quelque chose, il faut fournir des efforts. Par exemple, même pour manger une simple pomme, il faut d'abord la cueillir. Est-ce à dire que les efforts ne seront plus récompensés ? Par un salaire par exemple.

Marx propose que les efforts soient justement récompensés par la gratuité du monde. Tu bosses, et en échange tu prends ce que tu veux. Tu fais des efforts pour les autres, et tu profites des efforts des autres.

Wahou, ça a l'air trop cool ! Alors puisque tout est gratuit, ben je profite je profite je profite... Bon, c'est vrai, je bosse de moins en moins parce que je ne pense qu'à profiter... Mais ça ne se voit pas trop...

Ah mais mince, tout le monde a fait comme moi, tout le monde a profité et n'a plus travaillé, et maintenant il n'y a plus rien.

Mouais, Marx est malin, cette situation il y avait bien pensé. C'est pourquoi il a inscrit en gros dans le programme politique du Manifeste du Parti Communiste (mesure 8) :

TRAVAIL OBLIGATOIRE POUR TOUS


Et si il y a des rebelles ? Il y a pensé aussi, il a inscrit :

CONFISCATION DES BIENS DE TOUS LES EMIGRES ET REBELLES (mesure 4)

Sacré programme d'émancipation sociale, n'est-ce pas ? Quand on fait de la critique de l'aliénation au travail le credo marxiste de base, on se demande quand même si il n'y a pas foutage de gueule.

Après une petite relecture du Manifeste, je me (re)dis que ceux qui l'ont lu et qui continuent d'être marxistes sont soit des gros idiots qui n'ont rien compris, soit des gros connards qui se font les complices implicites de l'étatisme esclavagiste et des collectivismes criminogènes.


Renaud Dutreil dans le Parisien

A lire, le coup de gueule de Renaud Dutreil dans Le Parisien, sur l'attitude irresponsable des administrations qui, contre les consignes gouvernementales, multiplient les dépenses à la con (en gros, gabegies immobilières, implantations parisiennes avec déséquilibre accru des marchés...)


Délocalisation

Entendu sur BFM, ce matin, une intervention sur les délocalisations françaises.

Une étude de la Datar (désolé, je n'ai pas retrouvé cette étude) donne les résultats suivants sur les délocalisations qui représentent :

- environ 5 % des investissements français dans les pays proches
- environ 1 % des investissements français dans les pays lointains

mais surtout, il apparait que plus de la moitié des délocalisations sont liées à l'évolution des marchés des entreprises qui se rapprochent de leurs nouveaux clients. Et non pas à une volonté de profiter des faibles coûts de main-d'oeuvre.


Un bon point pour le gouvernement

Et oui, me voilà à donner un bon point au gouvernement (pour une fois, il faut le marquer d'une pierre blanche)

Donc, voilà l'histoire. Voyant un grand nombre d'élèves perdre leur concentration, des enseignants se sont rendu compte qu'une forte proportion des élèves arrivait en classe le ventre vide. Pour remédier à ça, l'Etat avait mis en place un système de déjeuner complémentaire (un verre de lait et un morceau de pain) permettant de remplir les petits estomacs de nos chères têtes blondes.

Mais bon, comme d'hab., les bons sentiments étatiques aidant, la petite collation a évolué. Le verre de lait est devenu un jus de fruit et le morceau de pain est devenu un gâteau bien sucré. Un quasi-self service du petit déjeuné.

Personnellement, je déjeune avec mes enfants, leur fournissant laitages, céréales et fruits. Mais, devant l'offre de collation, ils doublaient ce déjeuner avec leurs amis. Double usage dans bien des cas. Et des parents très attachés à ce double emploi (parce que ça leur permet de réveiller les enfants plus tard, ai-je entendu dire, par exemple) Mais l'école est-elle destinée à faire déjeuner nos enfants ?

Et bien, notre gouvernement a supprimé cette collation devenue totalement inutile, voire nuisible, à nos enfants.

Alors, bravo, enfin une bonne mesure.


Coût du social en France

Il est bien connu, tout système de prestation sociale d'Etat est un clientélisme électoral permettant à une classe politique de rester au pouvoir.

En 2003, les prestations sociales ont représenté 30 % du PIB (source : Les Echos) Un peu cher pour permettre à une caste de rester au pouvoir.


13.9.04

Cantines

Comme je l'ai déjà dit, je vais être amené à payer un surcoût de cantine de par ma grande richesse.

D'après l'Expansion (du mois de septembre), les frais de cantine des établissements privés tournent autour de 3 à 4 euros par repas. Personnellement, dans le public, je paie 4 euros 49.


Réforme difficile

Un article particulièrement intéressant sur les difficultés de réformer un système économique.


Un nouveau mouvement dans le paysage politique

Un nouveau mouvement politique fait son apparition dans notre paysage politique bien français. Ce mouvement, créé par un membre de l'UMP autour de thèmes bien précis (la jeunesse, la parité, l'homophobie...) est fondé par M. Romero, ancien responsable de la question de l'homophobie au sein du parti.

Bref, un nouveau mouvement créé pour la plus grande gloire de ses initiateurs, avec une ligne politique plus que floue et une assise populaire aussi large que le string de Brigitte Lahaie.

Parce que, cerise sur le gâteau, c'est cette charmante personne qui sera vice-présidente du mouvement. Au moins, cela donne formes au projet...


11.9.04

La Voix de la France

Les services publics d'information portaient autrefois ce surnom, mais on peut supposer que l'idée sous-jacente perdure: par exemple le service public France Télévisions est supposé être objectif et indépendant, notamment face aux media privés vendus aux puissances de l'argent et au capitalisme apatride comme on dit du côté des forces de progrès (jje veux bien sûr parler de la gauche française.)

Tiens, nous sommes samedi, il y a une petite manifestation à Paris:

Manifestation pour le maintien de l'Hôtel-Dieu

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi pour le maintien de l'Hôtel-Dieu

Les manifestants, 150 selon la police, 400 selon les organisateurs, le "comité de soutien à l'Hôtel-Dieu" et l'union locale CGT, se sont rassemblés devant l'hôpital, sur les grilles duquel une banderole proclamait "sauvons l'Hôtel-Dieu".
L'Hôtel-Dieu est visé par un projet d'extension du palais de justice de Paris.

LA CGT n'est pas loin, c'était à prévoir, la caisse de résonnance des exigences et ultimatums de l'extrême-gauche altermondialiste française est toujours prête à apporter son soutien logistique à une grande cause. Une grande cause, qu'est-ce qu'une grande cause? Nous y reviendrons.

"Cela serait une véritable atteinte à la structure hospitalière en Ile-de-France. L'Hôtel-Dieu offre, en plein centre de Paris, des facilités d'accès uniques à de nombreux malades", a déclaré à l'AFP la maire (PS) du IVe arrondissement Dominique Bertinotti.

Il est intéressant à ce stade de préciser où se trouve cet hôpital: à Paris, bien sûr, dans le centre de Paris pour être précis, juste à côté de Notre Dame. Autour de cet hôpital se trouvent les quartiers les plus chers de Paris, autant dire qu'il n'est pas situé dans un quartier difficile. Une place peinard dans un hôpital peinard, ça a sa valeur.

Une précision de taille de la part du chef des insurgés:

"Nous n'agissons pas par corporatisme mais par conviction: l'Hôtel-Dieu occupe une position stratégique au centre de Paris, c'est un symbole, l'un des plus vieux hôpitaux de France et il est reconnu pour ses activités d'excellence", a expliqué à l'AFP le Dr Jean-Luc Pourriat, président du comité consultatif médical de l'hôpital.

Corporatisme, voilà un bien vilain mot, qui oserait penser cela?

Le service public de France Télévision décide donc de parler de ce rassemblement microsopique, dont l'objectif est à l'évidence corporatiste: mais est-ce vraiment une grande cause? N'y a-t-il pas d'autres manifestations à Paris, impliquand aussi quelques dizaines de personnes, qui mériteraient une plus large couverture aussi?

Hé ben si: l'équipe de Contrepoison nous rappele cette manifestation hebdomadaire, devant les grilles de l'ambassade de Cuba à Paris. Oui, hebdomadaire. L'Association Européenne Cuba Libre manifeste depuis déjà longtemps, qui en a entendu parler?
Les raisons de cette manifestation sont bien sûr claires pour quiconque n'appartient pas à la gauche caviar-bobo-altermondialiste, l'Association les rappele dans son manifeste No Castro nor his regime.
Il est en plus cocasse de constater que les journaliste de France 2 font bien peu de cas de leurs confrères enfermés à Cuba, le Lider Maximo étant de loin le plus grand persécuteur de journalistes de sur cette planète. Les nouvelles publiées par Reporters Sans Frontières sont pourtant très claires, et les cas sont abondamment documentés, depuis des années.

La libération de Cuba n''est donc pas une grande cause. La Voix de la France sera celle de la CGT pour cette fois, les misérables qui croupissent dans les geôles de l'ami d'Ignacio Ramonet, directeur du Monde Diplomatique (voir photo des deux amoureux ci-dessous et cet article où Ramonet se justifie et qui devraient rester dans les annales de l'hypocrisie intéressée) devront patienter encore; que doivent-ils attendre, me demanderez-vous:rien de la France à mon avis.


Pour finir, à titre d'exercice, nous allons comparer les occurences du mot "CGT" à celles de "Cuba" sur le site Info de France 2 à l'aide de Google. Les résultats parlent d'eux-mêmes: 16 pour "CGT", la plupart des news concernent des appels et soutiens à des grèves, ou sont des copies des communiqués de la centrale syndicale communiste, pour la plupart quasiment mot pour mot.
Et seulement deux pour "Cuba", l'une concernant une soirée de musique cubaine à l'Olympia (le bobo aime la musique produite par les miséreux du tiers-monde) et l'autre la prison américaine de Guatanamo Bay (le bobo n'aime pas les américains).


10.9.04

Les tics de la discussion

Au repas de midi, j'ai eu une discussion animée avec un vieux professeur communiste (non, pas pléonasme ! votre serviteur en est la preuve vivante) de mon lycée. Ce dernier entame la discussion sur certains abus des pharmaciens, puis se lance dans une diatribe, expliquant qu'on devrait interdire les pharmaciens libéraux, et autoriser uniquement les pharmacies mutualistes d'Etat. "On ne devrait pas faire de profit sur la santé des gens", me dis ce vieux con qu'on devrait pousser à la retraite très vite pour préserver nos gosses. Là, j'avoue m'être énervé. J'aurai pu foutre en l'air toute sa rhétorique en :
- prenant l'exemple de la médecine socialisée en Angleterre et au Québec
- disant que si on ne doit pas faire de "profit" sur la santé (et au fait, on arrête de payer les médecins), on ne devrait pas non plus faire de "profit" sur la bouffe, etc...
Par manque d'expérience des débats, j'ai oublié de le faire (il est vrai que l'année dernière, j'ai soigneusement évité de déjeuner au restaurant du lycée, pour m'épargner les âneries de certains de mes collègues).

J'ai néanmoins fait valoir que ça ne me paraissait pas évident, qu'il y avait de toute façon une médecine à d'innombrables vitesses, des médecins excellents comme des escrocs, et que le critère par l'argent pour l'attribution des meilleurs médecins aux patients n'était après tout pas plus mal que le critère par la chance.

Là, le vieux con ressent comme un malaise en voyant qu'un de ses collègues
ne s'endort pas en rêvant au grand soir prolétarien, m'assène le traditionnel et pathétique "et l'Egalité dans la devise de la République, on en fait quoi, alors ?", et termine par un fabuleux "même si l'égalité est impossible, il faut TOUT faire pour y tendre le plus possible", auquel je ne réponds pas, parce que je m'aperçois que le type est irrécupérable, et n'a tiré aucun enseignement de l'échec des expériences communistes.

Ma conclusion, c'est qu'une meilleure pratique du débat m'aurait permis de ratatiner des vieux cons dans son genre. Je crois que je vais retenter l'expérience.

Ah et sinon n'oubliez pas de me contacter en privé pour savoir où ne PAS envoyer vos gamins en classe.

VeloDeus


Publicité

C'est la rentrée, et, de nouveau, nos pubs sont maculées de commentaires à la con (du style "quand c'est cher, c'est pour les bourgeois" et "quand c'est pas cher, c'est fabriqué par des esclaves")

Bref, la bêtise frappe encore.


1984, fin, mais sans suite

Contrairement à ce que je vous annonçai en juillet, non seulement 1984 n'est pas sorti en DVD, mais en plus cette sortie est annulée.


9.9.04

Animaux de cirque

Le ministre de la Santé Rudy Demotte a publié aujourd'hui le nouvel arrêté royal sur les animaux sauvages dans les cirques (si si, l'Etat s'occupe de tout, on vous dit). Nous apprenons ainsi que les cirques ne pourront plus exhiber d'hippopotames. La Commission Européenne et Louis Michel ont refusé de commenter cette décision.



L'extrême gauche méprise l'Homme

Besancenot propose LA solution miracle pour faire disparaître le chômage. Adapter le temps de travail aux besoins de l'économie.

Alors là, j'admire.

La première question à se poser est de savoir comment il est capable de connaître et d'adapter le temps de travail hebdomadaire de chacun dans notre système. J'imagine la création d'un méga ministère du temps de travail qui définira chaque mois les besoins détectés. En fait, c'est un peu en suivant ce système de planification que l'URSS s'est plantée. Mais, bon, l'Histoire, c'est une discipline bourgeoise.

Mais surtout, quel retard intellectuel ! La gauche a toujours été en retard d'une guerre. Et là, encore une proposition digne du plus grand idéologue d'analyse d'un système industriel de production de masse. Alors, bon, il est temps d'apprendre à la gauche que nous ne sommes plus dans un tel système de production.

Et puis quel mépris pour l'Homme de prétendre que baisser le temps de travail permet de réduire le chômage. Une telle absurdité revient à dire que tout travailleur est remplaçable au pied levé. Plus d'effet d'expérience, plus d'apport personnel à son travail. Plus rien. L'homme n'est plus qu'une machine substituable du jour au lendemain par une autre machine.

Il faudrait peut-être leur dire que nous ne vivons plus dans un système fordiste dans lequel les travailleurs se limitaient à serrer des boulons à la Charlot. Dans les entreprises industrielles, les tâches sont enrichies, ce qui demande plus de savoir-faire, l'organisation implique un travail d'équipe. Chaque individu apportant sa pierre à l'édifice. Quant aux sociétés de service, la relation établie entre un salarié et son client est unique. Il faut faire preuve d'une méconnaissance de ce type d'entreprise pour croire que n'importe qui peut remplacer n'importe qui.

Et il existe encore des gens pour penser que l'extrême-gauche est humaniste !


Le fameux contrat social

Les défenseurs du système de protection sociale à la française et de l'intervention étatique prétendent qu'il y a une sorte de contrat social qui lie les Français et l'Etat. Les Français sont d'ailleurs extrêmement attachés à ce contrat social. Et ils le défendraient bec et ongle.

Ainsi, pendant les vacances, ils ont préféré en masse partir dans le sud de la France que d'aller en Croatie, pays à bas coût. Les Français sont quand même formidables...


DVD Cultes

A tous ceux qui, comme moi, apprécient Jean Yanne, sachez que les DVD de ses meilleurs films sont sortis en versions remastérisées :

- Chobizenesse
- Je te tiens, tu me tiens par la barbichette
- Les Chinois à Paris
- Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil

sont désormais disponibles.

A vos lecteurs.


8.9.04

Verhofstatolâtre, le roi de la démagogie à deux balles

Aristophane nous relate la dernière invention de notre premier de ministre.


Paris, 2012

A lire dans L'Expansion de ce mois, un article excellent sur les jeux olympiques de 2012 et la candidature de Paris.

Vous y apprendrez que le budget sécurité a explosé (1 milliard d'euros) suite aux attentats.

Mais surtout, le budget est à l'équilibre. 6,27 milliards d'euros de dépenses prévues (ah, ah, je me marre) pour 2,5 milliards de recettes. Mais, les éventuels déficits (sic) seront couverts par l'Etat à hauteur de 1 milliard et par l'organisateur.

Bref, camarade, même si tu n'aimes pas le sport, prépare-toi, France, à débourser au bas mot 4 milliards d'euros pour 2012. Parce que l'Etat et l'organisateur, le fric, ils le trouvent dans ton portefeuille.


7.9.04

Chômage de masse à la Française

Hier, sur France 2, un "journaliste" parlait de la nécessité d'inciter les chômeurs à rechercher un emploi.

Et, ce matin, sur RMC-info, j'entendais que des producteurs de vins étaient obligés de faire appel à du personnel espagnol et italien, ne trouvant pas leur bonheur en France.

On aura tout vu.


5.9.04

Les gauchistes découvrent l'insécurité

Et bien oui, ce n'est plus un fantasme, d'un seul coup elle existe. Et les criminels? Ah, ces pendards doivent subir une punition exemplaire. Leur exploitation, leur désespoir? Ils ne bénéficient certainement pas de circonstances atténuantes. Le meurtre? Un assassinat. Idéologique. Le mec, il avait potassé Ludwig von Mises, et quand il est arrivé à la page où il est écrit "tuez les partout où vous les rencontrerez", il a trouvé l'illumination. Il les a capturés puis égorgés. A moins que je me trompe de bouquin et d'histoire. La mort! Le Peuple (ouais, enfin, ceux qui prétendent être le peuple à eux tous seuls) demande la mort! Ou alors, la rééducation par le travail.

Vous n'y croyez pas, hein? Bah, j'ai juste oublié de vous donner quelques détails.

Les victimes ne sont pas de simples sujets citoyens, ce sont des nobles fonctionnaires. Plus encore, ils exercent le métier le plus pacifique qui soit : inspecteurs politiques du travail.

Pauvre agriculteur rendu fou par le système... S'il n'en reste qu'un pour te pleurer, je serai celui-là.


2.9.04

Les voyous du logiciel

Cet article a été édité une deuxième fois grâce à l'aide d'un gentil juriste. Il devrait désormais être plus compréhensible, tout en ne risquant pas de donner l'occasion à l'entreprise en question de me poursuivre en justice. Je le remercie de son aide.

Imaginez un peu. Une entreprise qui ferait passer pour un antivirus absolu et invincible un logiciel qui présenterait en réalité certaines failles et faiblesses. Cette entreprise se livre-t-elle à de la publicité mensongère pour ce fait? On peut se poser la question, surtout si un informaticien indépendant avait démontré preuves à l'appui, en analysant le programme, qu'il ne peut en l'état tenir toutes ses promesses.

Que croyez-vous qu'il arriva? L'entreprise lui fit un procès.

Faire un procès à quelqu'un qui ne dit rien d'autre que la vérité, ce sont des méthodes extrêmement critiquables, n'est-ce pas? Celà revient à essayer d'utiliser la justice étatique pour décourager les honnêtes gens de répandre la vérité, et la DGCCRF ne les inquièterait même pas alors que le but de leur action serait d'empêcher leurs victimes de découvrir qu'ils ont été victimes d'une tromperie, si l'entreprise continuait de commercialiser son logiciel sans corriger ses faiblesses.

Et le pire, c'est qu'ils pourraient gagner. Alors il faut agir. J'en appelle donc aux victimes : qui que vous soyez, particulier ou entreprise, si vous possédez un antivirus ViGUARD de la TEGAM International acheté après le 7 juin 2002, date à laquelle cette société a porté plainte contre cet informaticien et ne peut donc prétendre ignorer les failles révélées, téléphonez à la Répression des Fraudes. S'il est avéré que les failles n'ont pas été comblées, ce qui semble être le cas puisque TEGAM s'est toujours contenté de dénigrer cet informaticien en criant au complot international, et n'a jamais publié de patch ou de mise-à-jour, vous pourrez peut-être même déposer une plainte contre cette entreprise pour publicité mensongère, tromperie sur la marchandise et rupture de contrat, qui peut, si vous vous constituez partie civile, vous rapporter des dommages et intérêts - ce qui est bien le moins.

J'oubliais : un procès malheureusement pas du tout fictif se déroulera "le 5 Octobre 2004, 13h30 à Paris. C'est public. L'adresse exacte est: 31ème Chambre /1, Tribunal de Grande Instance de Paris, 4 Boulevard du Palais, 75100 Paris RP SP." Si vous le pouvez, venez.


Update : à la demande générale des calmoniateurs de ma personne, je vais prendre la peine de répondre point par point aux répliques de TEGAM qui ont été citées en commentaires. Je vous publie ça avant le procès.


1.9.04

La clope, pas glop !

Rentrée des profs aujourd'hui. Le proviseur de mon lycée se félicite que celui-ci soit en pointe dans la lutte anti-tabac. Les cigarettes y sont en effet interdites PARTOUT dans le lycée, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Mais alors, me demanderez-vous, que font les gamins fumeurs qui veulent s'en allumer une petite ? Eh bien, ils quittent le lycée au moment des pauses pour se la griller sur le trottoir d'en face. Et qui les attend sur le trottoir d'en face ? Des dealers de cannabis.

Je n'invente rien, c'est tout simplement la direction du Lycée qui nous explique cela. Finalement, pour résoudre le problème posé par les dealers, on a demandé à des flics en civil de surveiller les alentours.

Etrangement, personne n'a suggéré qu'on pourrait réserver une partie de la cour du lycée aux fumeurs, ce qui permettrait de réaffecter quelques policiers à des tâches plus utiles... Il est vrai que ce n'est pas le lycée qui règle la note de surveillance...