23.6.06

Communautarisme

Mehmet Koksal, un esprit indépendant comme on les aime, relate sur humeur allochtone les déclarations de Laurette Onkelinx au sujet du génocide arménien. La plupart des cyber-commentateurs libéraux, tels mes amis Climax ou encore Lucilio dans les commentaires de plusieurs blogs, se focalisent sur l'insupportable cynisme des socialistes en matière de liberté d'expression, qu'ils attaquent ou défendent en fonction de leurs seuls intérêts partisans. C'est évidemment une préoccupation tout à fait légitime, mais il y a un aspect des choses parfaitement déplaisant qu'on n'aborde pas suffisamment, et qui est la stratégie socialiste de clientélisme communautaire, reprise dans une moindre mesure par d'autres partis.

Les panachages sur les listes du PS sont subtils : quelques Maghrébins aussitôt saupoudrés de Juifs "progressistes", histoire sans doute de rassurer ceux qui craignent l'émergence d'un "islamosocialisme" à la Moureaux, les inévitables Turcs, des homosexuels, des frères trois-points et autres représentants de la galaxie laïco-ulbiste dont ils forment l'épicentre, l'un ou l'autre "chrétien de gauche", bref, on râtisse large et en jouant à fond, non pas la carte des idées, mais celle de l'appartenance communautaire. Et le pire, c'est que ça marche. Si soudainement le MR tient tant à punir la négation du génocidé arménien, ce n'est pas parce qu'il veut se tailler à peu de frais un costume de rectitude morale; il a vu tout le profit que le PS a su tirer de son électorat turc et voudrait l'utiliser pour lui compliquer la vie. Personne ne me fera croire en effet que l'électorat d'un Emir Kir, un des champions bruxellois des voix de préférence, a voté pour lui pour des motifs autres qu'ethniques, hors évidemment quelques couillons autochtones pur fruit-pur sucre (dont j'avoue avec honte avoir fait partie dans ma prime jeunesse) qui votent systématiquement pour les candidats basanés de leur liste préférée pour se prouver qu'ils sont vraiment trop tolérants et méga-cools.

Tout cela risque évidemment de se payer, et d'ailleurs, on le paie déjà, puisque toutes les lois qui réduisent la liberté d'expression ont été votées afin d'acheter, à notre détriment à tous, la loyauté des minorités ethniques et des "holebis". Je ne tiens pas ici un plaidoyer pour un modèle "républicain" à la française qu'au contraire je méprise cordialement, mais il y a un juste milieu entre le respect de l'identité des gens et son exacerbation à des fins clientélistes, généralement d'ailleurs en jouant sur ses aspects les plus vils. Le "débat" sur le génocide arménien en offre un excellent exemple; soudainement on a l'impression que ce qui déterminerait l'identité turque, c'est la négation ou la bagatellisation de crimes horribles et indiscutables. Il y a certains démons qu'il est dangereux de taquiner de manière trop systématique.

Il me semble pour ma part que les Turcs de Belgique, et tout particulièrement ceux qui se baladent avec une carte d'identité belge en poche, feraient mieux d'un peu moins s'occuper de la "pensée" Atatürk (un genre de fascisme athéisant particulièrement peu ragoûtant) ou encore de débats oiseux et d'une rare malhonnêteté intellectuelle au sujet des vicissitudes de l'histoire de la mère patrie. Après tout, à défaut de pouvoir changer l'histoire, leur suffrage pèsera sur notre sort à tous, d'origine turque ou non. Et nous les gars, ce qui nous intéresse lors des élections communales, ce sont les taxes que nous payons, la propreté de nos rues, l'état de la voirie, la mobilité, l'organisation de la fête du mouton (à qui "on" a bien "fait sa fête" cette année, vous avez remarqué ?) bref, toute une série de sujets que la pensée Atatürk n'a pas abordés et que sa connaissance approfondie n'aidera pas à gérer, ainsi que l'ont prouvé les aventures d'Emir Kir, une nullité comme on en a rarement vu, même en politique.

Donc, amis "turcs", "marocains", homos, et tous les autres soyez sympas, votez pour ceux qui défendent la vision que vous avez de la société dans laquelle vous vivez, celle que nous formons ensemble, et non pour le premier imbécile venu sous prétexte que ses parents viennent du même bled que les votres (fût-ce même Schaerbeek) ou partage vos préférences sexuelles. D'ailleurs, le simple fait qu'on puisse vous croire assez stupides pour jouer dans ce jeu devrait vous pousser en octobre à botter le cul de ces manipulateurs à la petite semaine. D'avance merci !

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

1 commentaires

Blogger PYL a écrit...
On se demande jusqu'où ira cet électoralisme segmenté: aux communales en région bruxelloise, les listes comprennent souvent des candidats de plus d'un parti, au minimum le grand frère francophone et le petit frère néerlandophone, plus parfois d'autres encore, et en plus de ça des candidats "communautarisés" (même ceux qui ne veulent pas de l'étiquette se la voient accolée). Tout ceci a un côté positif si on considère la diversité des listes et le fait que le système électoral donne théoriquement sa chance à chacun sur la liste, contrairement à ce qui se passe en France par exemple. Mais il y a des effets collatéraux, surtout si la qualité de tous les candidats n'a pas été vérifiée au préalable: n'importe quel schlemiel ou autre schmuck peut remporter un siège en réussissant à convaincre un nombre suffisant d'électeurs, et il en faut moins aux communales qu'à d'autres élections. Mais n'est-ce pas là un des charmes de la démocratie ?
à 4:14 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil