3.7.04

Question historique

Quel homme politique belge a lancé la calamiteuse idée de faire payer des droits de succession? Je vous aide: il en a fait la proposition en 1848 - le prétexte étant, déjà, de renflouer les caisses de l'Etat face à la crise.

Le gagnant recevra toute mon estime !

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

2 commentaires

Blogger Chitah a écrit...
D'après ce document, il s'agirait de M. Frère-Orban:
http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/classiques/bertrand_louis/histoire_demo_belgique_2/hist_socialisme_t2_1.pdf

Le lien ci-dessus pointe vers un exemplaire en PDF de Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830., de Lous Bertrand.

--------
Le ministère libéral du 18 août 1847, qui devait pratiquer une politique nouvelle, inspirée du programme du Congrès libéral de 1846, se perdit, nous l'avons vu, dans une politique incolore, réactionnaire. Il fut surpris par les événements de 1848 et sauva le régime oligarchique dont il était l'émanation et qu'il désirait conserver à tout prix, en faisant quelques réformes dont la plus importante consistait en l'abaissement du cens électoral au chiffre minimum prévu par la Constitution.
Après la tourmente, le gouvernement voulut faire des économies. M. Frère proposa de réduire à vingt-cinq millions le budget de la guerre. La situation financière était mauvaise et le 6 novembre 1848, M. Frère-Orban déposait un projet de loi frappant d'un droit les successions en ligne directe.Ce projet, juste et modéré cependant, fut très mal accueilli, même par la majorité. «Sur tous les bancs des deux Chambres, dit Thonissen, les amis du cabinet déclaraient hautement qu'ils repousseraient un système qui semblait mêler les dépenses du fisc au deuil des familles!» En vérité, ce que voulait la majorité des Chambres, c'était empêcher le gouvernement de frapper la richesse acquise, même dans une minime proportion. Elle voulait continuer à prélever sur les petits, sur les classes pauvres, les millions nécessaires à l'État.
Frère-Orban fut vivement attaqué à cette occasion. On alla même jusqu'à le traiter de socialiste, de partageux.--------------------

Alors, j'ai bon?
à 2:50 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
C'est bien Frère-Orban. Bravo Chitah !
à 9:08 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil