27.6.06

Politique de proximité


Un grand pas dans l'analyse politique a été franchi hier dans Le Soir. L'ex-ministre du chômage, à présent préposée au rafistolage budgétaire et au protectionnisme pro-consommateur contre les "vils mercantis", Freya Vandenbossche, a en effet développé quelques arguments massues pour contrer le succès du Vlaams Belang (ex-Vlaams Blok).

Voici sa solution-miracle :

"(Il faut) faire de la politique pour les gens. Mon grand exemple,
c'est Frank Beke, le bourgmestre de Gand (NDLR : qui ne se présente plus aux
élections). Tous les samedis, il va, en vélo ou à pied, sonner aux portes des
habitants de Gand. Il vient de fêter son 50 000e coup de sonnette !"


Le coup de sonnette pour assourdir les coups de semonce d'électeurs qui en ont assez de la "solidarité fédérale" et des manigances politiciennes, il fallait y penser ! De même, la belle Freya semble oublier combien, en certaines occasions, les socialistes flamands (Louis Tobback naguère en est une illustration typique) et leurs alliés présents du VLD (cf. un Marino Keulen aujourd'hui, qui siège au gouvernement flamand) ont allègrement surfé sur un nationalisme xénophobe, flattant ainsi les "petits Blancs" du nord du pays. Sans doute au nom de l'éthique "progressiste" dont elle se prévaut...

Et puis, j''imagine déjà la tête des riverains : "Oooh non, encore ce raseur de Frankie qui va jouer au pique-assiette et boire toutes nos bières avant de pisser à côté de la cuvette quand il les aura toutes vidées."


Et FVDB de continuer de plus belle :

"Il est très honnête. Jamais il ne fait de promesses qu'il ne peut pas
tenir. Il entre, il écoute les gens. Il explique que la politique ne peut pas
tout, mais que les effets doivent venir de tous les habitants et qu'ensemble, on
arrive à faire bouger les choses. Lorsqu'il voit des déchets en rue, il les met
lui-même dans les poubelles. (...)"

Edifiant. Au fait, à propos de ramassage des ordures, le brave Frankie fera-t-il un crochet par Charleroi ? De plus, on peut continuer sur la même lancée :


- "Eh Frank, je sais que la politique (sorry, "le" politique !) ne peut pas tout, mais t'as pas envie de récurer mes chiottes, ça fait un mois que ma femme ne les nettoie plus."
- "Eh Frank, ma femme va picoler tous les samedis avec mon voisin d'à côté. Tu pourrais pas envoyer tes poulets, histoire d'intimider ce drôle de paroissien ?"
- "Eh Frank, y a encore de la vaisselle de la semaine dernière à nettoyer. T'as pas envie de la faire, j'ai trop la flemme."

La politique de proximité, c'est le nouveau vocable dans la novlangue politicienne signifiant en réalité "politique de caniveau".

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

2 commentaires

Blogger melodius a écrit...
Brolitique de proximité ?
à 10:16 AM
 
Blogger libergold a écrit...
Excellente réflexion.

Dans la même veine, je viens de créer mon blog et j'aborde le sujet des ouvertures de magasins le dimanche :
http://prisonniersdespolitiques.blogspot.com/

Toutes vos visites et commentaires sont bien sur les bienvenus.

libergold
à 11:54 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil