8.6.04

Les anti-« droits-de-l’hommistes » ratissent large

Un débat récent sur notre forum préféré a fait resurgir la question des droits de l’homme. Ou plus exactement du « droit-de-l’hommisme ». Ce terme est aujourd’hui employé avec force condescendance pour railler quiconque apprécie modérément la brutalité des forces de « l’ordre » lorsqu’elles expulsent sans ménagement un « illégal », ou quelqu'un qui proteste contre les toasts échangés entre un gouvernant occidental et un potentat totalitaire (ah, Bernadette guinchant avec je ne sais plus quel apparatchik chinois...) ou encore, qui critique les tours de moto louismichéliens à La Havane.

Cette expression est entrée depuis quelques années dans le lexique du petit-politicien-avide-de-montrer-qu’il-se-démarque-de-la-bien-pensance-boboïsante. En l’espèce, elle fut employée avec gourmandise par l’ex 1er flic de France (qui, à vrai dire, m’a toujours fait davantage penser au défunt Gendarme de Saint-Tropez, mais passons), devenu aujourd’hui le nouveau Gardien du Temple keynésien : Nicolas Sarkozy. Comme de bien entendu, ainsi que le chantait Michel Simon, les roquets du suivisme politocard lui ont emboîté le pas. « Ah, ben oui Madame, nous n’avons pas peur de nous dire de droite, et sans complexe ! Quoi? Si vous n'êtes pas d'accord, vous n'êtes qu'une droit-de-l'hommiste larvée, croyant en la soi-disant dignité de chaque individu !!»

Seulement, je voudrais tout d’abord préciser ceci : qu’ils soient de droite, je m’en tape le coquillard. Je préférerais qu’ils soient libéraux. Ensuite, ils feraient bien de se renseigner sur les antécédents de ce genre de mauvaise philosophie. Sans même faire allusion à l’ancien « penseur » du Ceres, J. P. Chevènement, lui aussi grand amateur de ce vocable, je veux en réalité parler de Joseph de Maistre à qui l'on doit ce morceau de bravoure anti-universaliste et anti-individualiste:
« La constitution de 1795, tout comme ses aînées, est faite pour l'homme. Or, il n'y a point d'homme dans le monde. J'ai vu, dans ma vie, des Français, des Italiens, des Russes, etc.; je sais même, grâces à Montesquieu, qu'on peut être Persan: mais quant à l'homme, je déclare ne l'avoir rencontré de ma vie; s'il existe, c'est bien à mon insu. »

Plus récemment, ce dédain envers les droits de l’homme a surtout constitué le fonds de commerce de la célèbre Nouvelle Droite d’Alain de Benoist (alias Robert de Herte) - dont l’amour pour le libéralisme ne m’a jamais particulièrement frappé. Ce courant est, par ailleurs, connu pour son objectif avoué de pénétrer le monde politique et intellectuel de ses idées. A cet égard, c’est une vraie réussite !

Je m'en voudrais d'omettre l'autre facette de l’anti-humanisme contemporain, que l'on retrouve dans les travaux du courant déconstructionniste français : de Lacan à Lyotard, en passant par Baudrillard - la fameuse « French Theory ». Rappelez-vous la mort de l’homme, chantée par l’un des troubadours du gauchisme français : Michel Foucault. Ou encore Derrida pour qui l’individu n’existe qu’à travers la présence-absence d’un alter-langage (n’)exprimant (pas) la « DifférAnce » (si, puisqu’on vous le dit). Notons quand même que ce dernier philosophe se souvint soudainement, un matin de 1982, des droits de l'homme lorsqu'il passa quelques jours dans une geôle praguoise pour avoir - courageusement, je le souligne - apporté son soutien à un dissident local.

Quand la droite cessera de cultiver le jardin de l’ultra-droite et de l’ultra-gauche, peut-être pensera-t-elle un jour à s’intéresser à l’individualisme et donc aux droits de l’homme.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

6 commentaires

Anonymous Anonyme a écrit...
C'est très intéressant! Je n'aurais pas cru que cette expression venait de là... Mais il me semble qu'elle ne sert pas seulement fustiger ceux qui défendent les Droits de l'Homme contre l'arbitraire d'Etat. J'ai cru comprendre qu'elle servait aussi à critiquer ceux qui militent pour une extension illimitée des droits: à l'emploi, au logement, etc. C'est-à-dire ceux qui n'ont pas bien compris en quoi consistaient les Droits de l'Homme et qui les voient partout. C'est en tout cas dans ce sens que je l'employais personnellement.
à 10:35 PM
 
Anonymous Anonyme a écrit...
Je vois que "Chacun Pour Soi", dans sa quête incessante des meilleures plumes du web, s'est assuré celle de Daniel Lindenberg. Puis-je suggérer de retitrer ce post: "Le Rappel à l'Ordre" ou plutôt, puisque c'est ici un blog d'anarchistes, "Le Rappel au désordre"?
Bon, on aura compris à la lecture de cet article passionnant que fustiger la morale à deux balles des professionnels de l'indignation, c'est se faire le complice d'un gang improbable réunissant Sarkozy, Joseph de Maistre, Alain de Benoist, Michel Foucault, Jean Baudrillard et Jacques Derrida, les carboniari en question préparant rien de moins que la mise à mort de l'individu. Ouïe, ouïe, ouïe!
C'est ce genre de jugement nuancé, évitant avec soin tout amalgame facile ou délirant, qui fait de ce blog l'une de mes adresses favorites.
à 1:26 AM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
L'auteur du précédent post aurait pu signer. Bien que j'aie une vague idée de son identité...
à 9:46 AM
 
Blogger melodius a écrit...
Remarquons d'ailleurs que, dans la plus pure tradition politicienne française, notre interlocuteur courageusement anonyme se contente de faire de l'ironie à deux balles plutôt que de réfuter les arguments de Ronnie. Il faut dire que c'est tellement plus facile...
à 9:52 AM
 
Blogger xxc a écrit...
Quelques extraits de la Déclaration universelle des droits de l’Homme :

Article 15 : Tout individu a droit à une nationalité. [...]

Article 21 : (Références à la démocratie.)

Article 22 : Toute personne [...] a droit à la sécurité sociale [...].

Article 23 : Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail [...] et à la protection contre le chômage. [...]

Article 24 : Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés périodiques.

Article 25 : Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux, ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse [...]. La maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. [...]

Article 26 : Toute personne a droit à l’éducation. L’éducation doit être gratuite [...].
à 5:59 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
Ce sont les faux droits de l'homme (Charte des Nations unies 1948?), qui ne sont rien d'autre que des objectifs politiciens égalitaristes.
à 9:12 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil