14.5.05

Parasite et fier de l'être

Ce matin je viens d'entendre à la radio quelque chose qui m'a à la fois choqué et complètement démoralisé concernant l'avenir de ce pays.

Figurez-vous qu'un "gamin" de 26 ans, sur le point de passer son CAPA (diplôme d'avocat), a, sur les conseils de syndicalistes, assigné ses parents en justice en exigeant une pension. Jusque là, rien d'autre qu'un membre d'une secte, retourné contre sa famille par le gourou, et qui fait preuve d'un degré de vilemnie inaccessible à la compréhension de la plupart des criminels qu'on peut rencontrer dans une prison. Je pense que dans ce genre de cas, le placement d'office en institution psychiatrique s'impose.

Mais le juge n'a pas vu les choses comme vous et moi. Loin de le considérer comme un malade ou un pervers, et de lui rappeler qu'il a de la chance que ses parents l'entretenaient encore jusqu'alors, et d'abord d'avoir des parents tout court - ou plus simplement, de lui énoncer la devise des honnêtes gens : "sors-toi les doigts du cul, connard!" - il lui a attribué une pension de 550€ (cinq cent cinquante euros).

Je ne sais plus qui a dit qu'une amende, c'était un impôt qu'on payait quand on avait fait du mal, et qu'un impôt, c'était une amende qu'on payait quand on avait fait du bien ; en l'occurence, cette affaire est tout de même un exemple flagrant de la vertu châtiée et du vice récompensé. Au rythme ou nous allons, il faudra bientôt avoir tué deux ou trois personnes pour qu'on vous reconnaisse des droits.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

4 commentaires

Blogger Constantin a écrit...
"Je pense que dans ce genre de cas, le placement d'office en institution psychiatrique s'impose."

J'espère que vos mots ont dépassé votre pensée, mon cher Jabial. Les mesures de placement en institution psychiâtrique sont une des plus graves atteintes à la liberté individuelle dont l'Etat a doté son arsenal déjà fort étendu. Cautionner, même dans un mouvement d'humeur, ce genre de pratiques, alors que vous professez haïr l'Etat et son ingérence dans la vie privée, ne me paraît, pour rester poli, guère cohérent.
à 1:33 PM
 
Blogger Nicolas (尼古拉) a écrit...
Hehe j'en été sûr que c'était toi qui avais posté. On reconnaît tout de suite la touche personnelle à la morale de cette histoire. En revanche je n'ai pas bien saisi pourquoi il a attaqué ses parents? Ces derniers le menaçaient de ne plus l'entretenir après son CAPA (je ne souhaite d'ailleurs pas à l'Ordre d'accueillir un tel membre).

Je suis d'accord avec Constantin au sujet de l'asile. Il faut l'envoyer faire la légion étrangère ça devrait lui mettre du plomb dans la tête, sans mauvais jeu de mot.
à 11:02 PM
 
Blogger jabial a écrit...
Il est évident que je ne cautionne aucune mesure de violation de la liberté individuelle. Lorsque je dis que "le placement d'office en institution s'impose", c'est simplement une manière élaborée de dire qu'il est fou. Merci de m'avoir donné l'occasion de le clarifier.
à 7:05 PM
 
Blogger Harald a écrit...
[b]CODE CIVIL[/b]

[b]Article 203[/b]

[i](inséré par Loi du 17 mars 1803 promulguée le 27 mars 1803)[/i]

Les époux contractent ensemble, par le fait seul du mariage, l'obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants.

Je crois que c'est clair. Si le nain a fait état de son incapacité à subvenir à ses besoins, le seul jugement possible était celui qui a été rendu.

Dura lex sed lex.
à 5:12 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil