29.4.05

De la Démocratie en France (c'est Tocqueville qui se retourne dans sa tombe)

La France est un beau pays. Très "démo"-cratique. Tout y est représentatif et représenté. Ainsi, chacun peu s'exprimer pour avoir la satisfaction de donner son avis, mais personne n'est réellement écouté.

Bien difficile, en effet, de trouver le bon interlocuteur. Par exemple, prenons le cas de mon père, habitant la (pas)belle ville de Tourcoing (Nord).

En cas de soucis, mon père est super représenté par des élus de tous types :

- un représentant de son conseil de quartier
- le canton (subdivision administrative)
- des conseillers municipaux pour la ville
- des représentants des villes à la CUDL (communauté urbaine de Lille)
- le député de sa circonscription
- au moins un ou deux sénateur(s)
- des conseillers généraux du département du Nord
- des conseillers régionaux de la Région du Nord-Pas de Calais
- un gouvernement français
- des députés Européens

A ces représentants, il est bien sûr indispensable d'ajouter les administrations (locales, semi-locales, nationales, supra-nationales, planétaires, universelles...), les organisations para-publiques, les associations à but non lucratif (du type PLI) et j'en passe.

Tout un système politico-administratif illisible pour quiconque n'a pas fait l'ENA et méprisant pour le citoyen lambda (considéra par nos chères administrations comme un citoyen bêta !!!) qui n'est qu'un pion appelé usager.

Dans ces conditions, il est risible de voir des alter-mondialistes prétendant défendre un monde plus humain parce que moins axé sur les résultats financiers grâce à cette sur représentation des citoyens.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

4 commentaires

Blogger Chitah a écrit...
Je me souviens d'une proposition de Dominique Voynet, qu'elle a bien entendu formulé avant ou après avoir été dans le gouvernement du looser Jospin, de supprimer l'échelon départemental, en qualifiant celui-ci, si mes souvenirs sont bons, de "bâtard".

En effet, sous l'ère naponléonienne, il était défini de telle manière qu'il soit possible en une journée au plus de le parcourir de bout en bout à cheval.

Actuellement, le progrès des moyens de transport et de communications fait qu'il est nécessaire de le supprimer, ni plus, ni moins.

Que fait Renaud Dutreil, ministre de la soi-disant Réforme de l'Etat. (ce sont ceux qui en parlent le plus....)
à 11:56 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
Un peu comme en Belgique, où le MR promettait dans l'opposition qu'une fois au pouvoir, il supprimerait les provinces. On attend toujours...
à 11:31 AM
 
Blogger Harald a écrit...
C'est une spécialité politicienne que de superposer les strates entre le citoyen et l'état. En France on appelle cela la décentralisation. C'est très efficace car ça permet d'ouvrir de nouvelles niches écologiques, cela multiplie les possibilités de détournement de fonds publics.

Avant de s'attaquer au département il serait judicieux de se pencher sur le problème des communes. 22.800 communes de - de 500 habitants actuellement sur quelques 36763 au total, ça fait un peu beaucoup, 22 régions c'est assurément trop, quant aux départements il conviendrait effectivement de les supprimer. Le tout saupoudré d'une votation à l'helvète, nous aurions là une décentralisation démocratique.
à 11:16 PM
 
Blogger Nicolas Lobin a écrit...
C'est comme les départements... A quoi ça sert ? Et les régions ? Et même l'Etat, à quoi il sert ? On nous apprend qu'il faut un Etat, des régions, ensuite les départements, sous départements, etc... Ce n'est pas demain la veille qu'on va résoudre le problème.
à 12:38 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil