10.10.06

Rififi à Schaerbeek

Comme il fallait s'y attendre, les socialistes, Elio di Rupo et le Stal du Canal en tête, tâchent de faire payer très cher à Ecolo la "trahison" schaerbeekoise. On sait en effet qu'Isabelle Durant, par ailleurs secrétaire fédérale d'Ecolo, a refusé d'honorer l'accord pré-électoral signé avec le PS et le CdH et a reconduit l'alliance avec le bourgmestre sortant, Bernard Clerfayt. Aucun journaliste n'a osé demander à Elio, Jowelle-la-Rouge et aux autres de justifier l'apparition de ce document qui, soudainement, prend des allures de tables de la loi, alors qu'ils en ont nié énergiquement jusqu'à l'existence avant le scrutin. Mais bon, les puissants ont le droit de mentir, c'est bien connu.

Pourquoi le PS est-il tellement fâché ? Tout simplement parce que le plan de succession bien rôdé d'Elio vient de prendre un fameux coup dans l'aile; le projet était en effet que Laurette Onkelinx acquière un pied-à-terre politique prestigieux (bourgmestre de la septième commune du Royaume) pour son élection à la présidence du PS. Pour y parvenir, tous les coups étaient permis: tant à la Région qu'au fédéral, les socialistes ont tout fait pour pénaliser Schaerbeek (où ils faisaient pourtant partie de la majorité) afin que la population comprenne que tout se débloquerait si Laurette devenait bourgmestre. On se souviendra longtemps de son "inauguration" du Parc Josaphat quelques jours avant les élections et du subtil message subliminal qu'il véhiculait. Le PS n'a par ailleurs pas hésité à débaucher Jean-Pierre Van Gorp*, un personnage qui fut fort populaire ("fut", parce qu'au vu de son résultat personnel médiocre, son électorat ne semble pas lui avoir pardonné sa trahison) et qui, parti de la frange raciste du parti poujadiste UDRT est aujourd'hui membre du PS après être passé au MR-FDF du bourgmestre. Le PS a également joué à fond la carte du clientélisme ethnique, turc en particulier. L'électorat turc est en effet censé ne pas aimer le MR en raison de sa condamnation du génocide arménien. La "Turkish Connection" explique les contorsions de Laurette au sujet dudit génocide, l'étrange aventure d'un opposant turc mais également citoyen belge qui a failli être extradé tout à fait illégalement vers la Turquie (Laurette est ministre de la justice), l'apparition de candidats issus de l'extrême-droite turque sur sa liste, etc.

Le parachutage de Laurette dans la commune a mis Ecolo dans une position très difficile. En effet, la section locale du PS ne représentait rien jusqu'à l'arrivée de Laurette, chose dont Ecolo a sans doute bénéficié puisque la plupart de voix de gauche se sont reportées sur le parti vert. L'effet de cet événement était double: d'une part, Ecolo pouvait s'attendre à perdre des électeurs au bénéfice du PS, d'autre part, il savait pertinemment que la partie fidèle de son électorat ne voulait d'Onkelinx à aucun prix. CPS tient de bonne source que ledit électorat l'a bien fait comprendre aux principaux intéressés tout au long de la campagne. Laurette Onkelinx qui fait construire une luxueuse villa à Lasne, une des communes les plus riches du royaume, et se contente de louer dans un quartier excentré et chic de Schaerbeek (dont elle déplore hypocritement la pauvreté et la "dualité"), ça a fait grincer bien des dents, y compris à gauche. De plus, il y a un consensus général que Clerfayt et sa coalition, dont Ecolo faisait partie, sont parvenus à redresser une commune à l'agonie dans un contexte financier très difficile. Laurette ignore par ailleurs tout de Schaerbeek, ainsi qu'il est apparu notamment lors d'un débat télévisé pré-électoral lors duquel elle s'est contentée de cracher des slogans creux et dangereusement populistes, contrairement à ses adversaires qui, eux, ont abordé des problèmes concrets. Le moment le plus drôle a sans doute été lorsque, parlant de la "Cage aux Ours", elle s'est sentie obligée de préciser "Place Verboeckhoven", comme si les Schaerbeekois l'ignoraient. Enfin, Onkelinx aurait immanquablement fait siéger un bourgmestre "faisant fonction" à sa place pendant au moins une partie de son mandat, puisqu'elle n'entendait pas démissionner de son poste de ministre.

La goutte qui a sans doute fait déborder le vase pour les écolos et qui explique leur attitude après le scrutin est le score impressionnant de Clerfayt (champion bruxellois des voix de préférence, passant d'environ 2.500 à pas moins de 12.654 !), le fait que l'olivier n'aurait eu qu'une seule voix de majorité au sein du conseil communal et surtout le total manque d'éthique de la campagne de Laurette Onkelinx et ses accointances avec d'authentiques fascistes turcs. Quand on sait par ailleurs que ces personnages ont été élus au conseil communal et que leur infidélité aux partis qui les accueillent est légendaire, on comprend que les écolos n'aient pas voulu s'engager dans cette aventure.

De plus, d'un point de vue plus cynique, au sein d'un olivier, les écolos auraient joué les faire-valoir, tandis que Clerfayt a certainement fait preuve de générosité afin de les pousser à faire faux bond au PS. Et il n'est pas mauvais, surtout après les innombrables mauvais coups dont le PS a gratifié Ecolo dans le passé, que les éminences socialistes s'aperçoivent qu'Ecolo ne peut être tenu pour acquis. CPS ne croit pas que les oliviers déracinés un peu partout en Région Bruxelloise soient en rapport avec Schaerbeek, même si le PS l'affirme parce qu'il foncièrement fier de ses méthodes mafieuses et espère faire éclater Ecolo en y semant la zizanie. La seule exception est peut-être Bruxelles-Ville, où officiait le maillon faible d'Ecolo, Henri Simons, une caricature du gauchiste "caviar" assoiffé de pouvoir et de mandats dont on se demande de toute façon pourquoi il n'a pas déjà rejoint le PS depuis belle lurette. Simons se comporte aujourd'hui exactement comme l'espéraient ses maîtres rouges en demandant qu'Isabelle Durant démisionne de la direction du parti vert.

Laurette Onkelinx la bobo flamboyante a polarisé le débat autour de sa personne et découvre aujourd'hui que la grande majorité des Schaerbeekois, non seulement ne veut pas d'elle, mais la déteste même cordialement. C'est tellement vrai que même le Vlaams Belang a fait de la figuration lors de ces élections et se retrouve décimé sans avoir bien compris ce qui lui est arrivé. Ce qu'Onkelinx aura par contre mis en lumière aux yeux de nombre de personnes, dont le soussigné, ce sont les qualités du bourgmestre Clerfayt, personnage discret, travailleur et efficace qui aura su réunir autour de sa personne grâce à ses qualités de gestionnaire.

Beaucoup de Schaerbeekois espèrent que la goule socialiste mettra les voiles et qu'on pourra tourner la page. Sans doute le fera-t-elle dès que ce sera possible sans trop perdre la face. Hélas, il y a fort à parier que son héritage perdurera, et pas seulement parce que la mafia rouge à la Région et au fédéral poursuivra Schaerbeek de sa vendetta, comme à son habitude lorsqu'on "vote mal". Onkelinx a réveillé les démons de l'époque du bourgmestre raciste Roger Nols, qui, comme elle, opposait le "bas" et le "haut" de Schaerbeek et exaspérait les passions ethniques. Beaucoup d'observateurs pensent en effet que la manière dont elle a flatté un certain électorat turc a également poussé les Marocains et, dans une moindre mesure, les Belges de souche, à voter pour son adversaire. On espère que ce dernier aura la sagesse de dégonfler les passions nauséabondes que son adversaire défaite a remuées avec tant d'enthousiasme.



* dont les attaques venimeuses contre Bernard Clerfayt et Isabelle Durant (voir son blog) sont un vrai régal...


PS : L'ami Mehmet se la joue Madame Irma.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

3 commentaires

Blogger Bernard Clerfayt a écrit...
Cette analyse ne manque pas de pertinence, d'intelligence et de bon sens. Merci.
Bernard Clerfayt
à 11:30 AM
 
Blogger Joe a écrit...
oups! Difficile de passer après mon bourgmestre.
Je voulais juste dire que je venais avec plaisir lire les billets de Melodius. ;)
à 11:01 PM
 
Blogger melodius a écrit...
Merci !
à 6:40 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil