10.6.04

La loi ennemie du hasard

Une obscure Commission des jeux de hasard vient de rendre son avis sur des jeux télévisés diffusés sur des chaînes privées belges : il s’agit de jeux de hasard, ma bonne dame, quelle horreur !

Voici les propos reproduits dans « La Libre Belgique » d’un fonctionnaire de ladite Commission:

Nous avons en effet constaté un faisceau d'indices: la présence d'un enjeu, la possibilité de le perdre ou de le gagner sur base d'une dimension de hasard. Ce qui correspond à une définition des jeux de hasard tels qu'interdits par la loi.


Mais voici le plus beau de cette édifiante affaire, des personnes ont porté plainte parce qu’elles avaient passé beaucoup de temps au téléphone dans le but de participer à ces jeux. Toujours d’après « La Libre »:

Des plaintes de personnes fâchées notamment de devoir supporter des frais pour y participer sans que les chances de gagner ne reposent sur des critères objectifs. Ainsi, des participants téléphonent pendant des heures pour participer à ces jeux, alors que chaque tentative est payante. Certaines personnes reçoivent alors des factures pouvant aller jusqu'à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d'euros.


Il semble donc que, pour certains, l’adage : « il n’y a pas de repas gratuit » ne signifie rien. Rendez-vous compte, ils téléphonent longtemps et à plusieurs reprises ; et ils devraient en plus payer pour ça ?! En outre, ils espéraient que leurs chances reposassent sur des critères objectifs: définis par une Commission neutre et omnisciente, je suppose...

Enfin, les masques tombent :

Par ailleurs, souligne-t-on à la Commission, ces jeux peuvent se révéler dangereux dès lors qu'un public - grand consommateur de télévision mais vulnérable comme les enfants - se laisse de plus en plus séduire par les ‘prix’ en jeu.


Pour ces grands philanthropes encommissionnés, les joueurs sont des pauvres gosses que l’Etat doit prendre en charge et sauver de la maléfique tentation du jeu. Sans doute cette aide psychologique et morale sera-t-elle financée par les gains de la Loterie nationale...

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

1 commentaires

Blogger melodius a écrit...
"Nous avons en effet constaté un faisceau d'indices: la présence d'un enjeu, la possibilité de le perdre ou de le gagner sur base d'une dimension de hasard. Ce qui correspond à une définition des jeux de hasard tels qu'interdits par la loi."

enjeu + perdre/gagner => hasard !

Avec un tel faisceau d'indices, nos Sherlocks statutaires peuvent enfin donner toute la mesure de leur talent déductif.
à 5:56 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil