6.10.04

MP3 - mensonge par omission

L'industrie de la musique s'en réfère aux Etat pour empêcher la mise à disposition de fichiers MP3 sur le WEB.

Pour appuyer leur demande, ils insistent sur la chute de vente de CD en 2003, ce qui risque de coûter cher aux entreprises (donc des licenciements en perspective) et aux artistes.

Sur la baisse des ventes de CD, ces mêmes industriels oublient d'indiquer que les ventes de DVD musicaux (non inclus dans ces statistiques) ont progressé dans le même temps de 80 %

La société change, mais les majors veulent garder leurs pouvoirs en s'appuyant sur les pouvoirs publics.

Et aux artistes voulant conserver leurs droits d'auteurs, je conseille de changer de point de vue (de monter sur le bureau, dirait Keating) et d'utiliser un nouveau paradigme : le morceau publié en MP3 sur internet peut ainsi devenir une publicité permettant d'attirer le public à leurs concerts.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

1 commentaires

Blogger arnaud.divers a écrit...
Je souscrit entièrement au post d'octavius (dont je reprend le titre sur >mon blog) à propos de la position de l'industrie du disque vis à vis du mp3. Voilà une industrie qui n'a pas su faire évoluer son mode de distribution (le cd comme support de musique semble à bout de souffle) et en appelle à une intervention gouvernementale en omettant de préciser différentes choses :
*La distibution musicale se fait aussi sous forme de DVD et de sonneries pour téléphone. Les majors profitent à plein de ces deux marchés en plein essort ;
*D'autres concurrents ont apparus ; ceux-ci distribuent de la musique sous forme de fichiers numériques. Cette forme de distribution est préférée par le consommateurs à l'ancienne forme.
Pour conclure, l'industrie musicale réclame à l'Etat une aide pour maintenir un système de distribution en déclin. Ils obtiendront malheureusement ce qu'ils souhaitent. car ils vont brandir un argument imarable. La défense de la sacro-sainte "exception culturelle".
à 11:42 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil