30.11.05

Vieux démons français

A la suite du récent vote à l'Assemblée nationale, la colonisation française devra désormais être présentée dans les manuels scolaires sous un jour positif. Le député UMP Christian Vanneste a revêtu les habits - désormais coutumiers au sein de la droite française - du donneur de leçons qui n'aime pas qu'on lui administre des cours de morale (et, accessoirement, d'Histoire), assenant que ceux qui s'opposaient à sa version nationaliste et archaïque de l'Histoire pratiquaient le "politiquement correct" et son frère jumeau le désormais fameux "terrorisme intellectuel" (ne manquait plus que le terme debenoistesque de "droits-de-l'hommisme" pour que le tableau fût complet), avant d'enchaîner sur une diatribe anti-immigrés dont on se demande ce qu'elle vient faire dans le débat.

Cette rhétorique caliméresque du pôv' homme-de-droite-de-convictions-victime-de-la-bien-pensance-ambiante commence à sérieusement m'échauffer les oreilles, pour rester poli. Il suffit, d'ailleurs, de constater avec quelle gourmandise l'expression "droits-de-l'hommisme" citée plus haut est récupérée dans tous les rangs politiques établis, en particulier chez les anciens gauchistes reconvertis au néoconservatisme salonnard, toujours prêts à sangloter sur "l'Occident mal aimé" (retrouvant en cela les accents du Club de l'Horloge, que semble apprécier le sieur Vanneste).

Ce qu'il faut d'abord retenir de cette affaire est que les politocards UMPistes ont ainsi montré - à qui en doutait encore - qu'ils n'aiment pas moins l'Histoire estampillée "République une-z'et-indivisible" que leurs collègues socialistes.

Ensuite, et surtout, c'est à ce genre de réécriture de l'Histoire par voie légale que l'on s'aperçoit de l'antilibéralisme foncier des séides de Sarko (qui oublient, ce faisant, que MonGénéral - leur soi-disant inspirateur - n'a pas eu peur de se faire des ennemis mortels en ayant le courage politique de décoloniser l'Algérie... chose à laquelle la gauche socialiste s'était toujours refusée). En effet, quels bénéfices le colonialisme français, pour ne citer que lui (la Belgique n'étant pas en reste) a apportés aux populations ainsi administrées ? Les députés UMPistes veulent-il parler de la corruption, du népotisme, du militarisme, du laïcardisme rrrrrrépublicain, ou encore de l'économie dirigée ? En somme, par cette loi, ils veulent une fois encore chanter les louanges du merveilleux modèle étatiste si cher à leur coeur... Rien que pour ça, ils méritent collectivement de recevoir un trophée. Pourquoi pas le prix Lyssenko ? Mais, non, suis-je bête, c'est le droit-de-l'hommiste anticolonialiste primaire que je suis qui se le verrait immanquablement attribuer par le Club mentionné plus haut.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

4 commentaires

Blogger jabial a écrit...
Comme d'habitude, l'Etat fait passer son oeuvre (la colonisation) pour responsable des bons résultats de toute l'action privée pacifique qui lui a été contemporaine, et celle-ci pour responsable de tous les malheurs que l'action étatique a causé.

On serait étonné de voir à quel point ce que racontent faussement les tiers-mondistes à la sauce ATTAC sur la paupérisation peut s'appliquer tout à fait justement, cette fois, à l'esclavagisme colonialiste.
à 8:12 PM
 
Blogger prisme a écrit...
cher ronnie

si aujourd'hui des politichiens de droites veulent montrer un visage de l'histoire du colonialisme plus présentable c'est parce qu'ils ont pris conscience du malheur qu'a engendré l'autoflagélation permanente faite par les socialistes bien pensants.

je suis tout a fait d'accord avec toi sur le principe de ne pas s'approprier l'histoire dans un but politique. malheureusement les statolatres de tous bords ont encore la main mise sur une science dont ils se servent comme une arme.

simplement je comprends les droitistes qui veulent reprendre à leur compte l'histoire coloniale.
à 8:11 AM
 
Blogger jabial a écrit...
Autrement dit, prisme, c'est normal pour un parti de mentir parce que l'autre ment aussi?

Il n'y a pas de légitime mensonge. Le
à 2:38 PM
 
Blogger Taranne a écrit...
Rendons à Vanneste ce qui appartient à Christian: sa loi n'impose pas de n'enseigner QUE les "aspects positifs" de la colonisation mais simplement de leur faire une place (de choix) dans les programmes. Je suis parfaitement opposé à ce genre de loi, mais il faut reconnaître que l'enseignement de l'Histoire dans notre beau pays est souvent tout sauf fair and balanced. Il y aurait certainement eu beaucoup de monde dans les rues et d'articles dans les journaux si la loi avait porté sur les "aspects négatifs". Signe des temps...

P.S.: Qu'est-ce que les accointances horlogères de Vanneste ont à faire avec le sujet? Il y a suffisamment d'arguments contre sa loi pour ne pas donner dans l'ad hominem.
à 4:46 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil