7.12.05

La censure moderne

Il fallait s'en douter : les jeux vidéo sont néfastes, à fortiori quand ils sont américains. Alors, aujourd'hui, le gouvernement belge se pose une douloureuse question : faut-il légiférer pour interdire les jeux vidéo qui ne sont pas solidaires, festifs et citoyens ?

On se croirait revenu au bon vieux débats d'il y a vingt ans sur la violence à la télévision, ou à l'époque des procès intentés aux Etats-Unis par des mères d'ados suicidaires à l'encontre des premiers groupes de heavy-métal satanistes.

Tremblez, braves gens, les jeux vidéos feront de vos petits nenfants de méchants psychopathes assoiffés de sang ! Demain, les pavés des cours de récréation seront recouverts de sang, de crachats et de larmes, car bien sûr, aucun enfant (qui, rappelons-le, doit être remis au centre de l'apprentissage, acteur et non plus spectateur de la transmission de savoir-être et de savoir-faire) n'a jamais eu l'idée de frapper un camarade de classe, ou de lui voler son quatre heures, ou de se mettre en bande avec les copains pour mettre le cul du premier de classe sur une poubelle. Eloignons d'eux ces vilaines idées, à coup sûr inspirées par l'idéologie ultralibérale de George Bush ! Heureusement, l'Etat veille au grain, et promet de mettre bon ordre à tout cela.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

11 commentaires

Blogger Turuk a écrit...
Attention, une petite erreur dans ton lien.

La référence correcte est:
Comment empêcher «Bully» de nuire?.
à 3:48 PM
 
Blogger Constantin a écrit...
En principe, le lien correct figure à présent dans la chronique.

Merci d'avoir signalé cette erreur.
à 5:08 PM
 
Blogger h16 a écrit...
C'est bizarre. J'ai jadis beaucoup joué à pacman. Je n'en cours pourtant pas plus dans les couloirs en bouffant des boules de gomme... Un problème d'identification, sans doute.

En 25 ans de jeux vidéos, les effets adverses devraient maintenant faire jour de façon évidente... Pourtant, rien. Etonnant.
à 1:58 PM
 
Blogger Harald a écrit...
Il faudra aussi penser à censurer certaines chansons comme "Les Villes de Grande Solitude" de Michel Sardou par exemple. On y trouve des paroles proprement insoutenables:
[...]
L'envie d'éclater une banque
De me crucifier le caissier
D'emporter tout l'or qui me manque
Et de disparaître en fumée
[...]
J'ai envie de violer des femmes
De les forcer à m'admirer
Envie de boire toutes leurs larmes
Et de disparaître en fumée

Mais que font les gouvernements ? Aargh! Des pulsions m'assaillent.....
à 11:25 PM
 
Blogger Constantin a écrit...
Il y a quelques mois, The Economist (encore lui) publiait un fort intéressant article sur les jeux vidéos. Il y notait, non sans amusement, que les critiques dont les jeux vidéo sont à présent l'objet sont celles dont ont, in tempore, été victimes les films et les feuilletons télévisuels.

The Economist insistait en outre sur le caractère éducatif des jeux, même les plus immoraux. Que le jeune joueur soit un policier vertueux ou un truand infâme, la réussite dans les jeux vidéo dépend de la capacité d'adaptation du joueur a un univers dont il ignore tout en début de partie. En outre, la résolution de problèmes d'un ordre de complexité croissant fait généralement partie intégrante des jeux.
à 10:25 AM
 
Blogger Turuk a écrit...
Oui, certains de ces articles sont toujours visible en ligne (faire une recherche Google: economist video games, economist breeding evil,...).

Un autre point important: une étude montrait que 35% des jours avaient moins de 18 ans. Comment ne pas pénaliser les 65% de joueurs qui devraient pouvoir accéder au jeu sans aucune restriction?

Le label +18 semble suffisant comme avertissement...
à 11:25 AM
 
Blogger thibault a écrit...
On a là, une vraie question.
Que faire contre les produits qui génèrent de l'aliènation dans tous les sens du termes.
Et l'interdiction, n'est elle pas elle même une aliénation.
Un vrai sujet de phylo.
Cela dit en attendant la fête continue, les jeunes sont une cible idéale en terme de fric.
Et là on est sur un cycle under control.
Ce sont les jeunes qui réalisent les produit, qui les font les tests, qui achètent.
à 4:11 PM
 
Blogger Turuk a écrit...
Arnaud, votre commentaire est un peu confus.
Pouvez-vous détailler cette aliénation ?
Etes-vous contre (tous) les jeux vidéo?
à 4:33 PM
 
Blogger melodius a écrit...
L'aliènation de thibault est une conséquence directe de sa phylo.
à 5:02 PM
 
Blogger DeadZone a écrit...
Voici le premier jeu (d'une longue série ?)qui n'aura absolument aucun effet sur vos enfants ...
à 6:23 PM
 
Blogger furgole a écrit...
Comme réaction contre les entraves à la liberté, que pensez-vous de la révolution bleue (manifestation demain jeudi 15 décembre 2005 à 18 heures, devant l'Eglise Saint Germain à Paris):
Pourquoi la Révolution bleue ? Parce que la situation politique française est complètement bloquée et qu'il appartient désormais au peuple de se faire entendre.
Les politiciens ne sont ni aveugles ni sourds. Mais ils ne voient et n'entendent que ce qu'ils veulent bien. Et comme les médias sont défaillants, rien ne vient les détromper, sinon de temps à autre le résultat d'une élection, qu'ils s'empressent d'oublier afin de préparer la suivante.

Le système politico-médiatique est si bien verrouillé qu'aucune force politique nouvelle ne peut apparaître. De ce fait, le mécontentement et la colère ne peuvent plus emprunter d'autre canal que le désespoir démocratique, qui se manifeste par une abstention massive aux élections, ou bien la violence, qui perturbe gravement la vie des Français et dont l'enchaînement peut conduire au pire, c'est-à-dire à la guerre civile.

L'immense majorité des citoyens n'aspire qu'à travailler et à vivre en paix. C'est devenu aujourd'hui impossible pour un nombre sans cesse croissant d'entre eux, qui sont confrontés au chômage et à l'insécurité.
Les socialistes et la droite parlementaire alternent au pouvoir depuis trente ans. Et pendant ces trente ans la situation du pays n'a cessé de se dégrader pour aboutir à la catastrophe actuelle. Ce dramatique échec tient au fait que ces deux camps font à peu près la même politique. Et tout indique que cette fausse alternance va se poursuivre. En 2007 les Français ne pourront élire qu'un président et une majorité parlementaire socialistes ou UMP. Autrement dit, rien ne changera !

Dans ces conditions, l'explosion est certaine, et rien ne dit d'ailleurs qu'elle ne se produira pas avant les prochaines échéances électorales.
C'est pourquoi il est urgent d'agir. Les Français exaspérés doivent se montrer et se faire entendre. Le moyen que nous proposons a obtenu des résultats en Ukraine, avec la Révolution orange, et en obtient régulièrement au Japon, où les salariés, plutôt que de se lancer dans des grèves qui leur nuisent tout autant qu'à leurs employeurs, arborent un brassard en signe de mécontentement.

Trois thèmes sont susceptibles de rallier une majorité de Français :

Non à la chienlit !
Non au trop plein d'impôts et de charges !
Non aux politiciens incapables !

Ils constituent désormais la revendication de la Révolution bleue.

Pour la faire aboutir, nous demandons aux Françaises et aux Français de porter une écharpe bleue en signe de soutien et de reconnaissance.
Au cours des prochaines semaines, nous inviterons tous ceux qui se reconnaissent dans la Révolution bleue et en portent le signe à se réunir pacifiquement et régulièrement en divers endroits de nos cités et de nos villages afin de se connaître et de se compter. Les rangs de la Révolution bleue ne cesseront de grossir jusqu'au succès final.

Et les partis politiques dans tout cela ? Ils peuvent évidemment souscrire à la Révolution bleue s'ils en partagent les objectifs. La Révolution bleue n'est en aucun cas un parti politique de plus et elle n'entend absolument pas entrer en concurrence avec les formations existantes. C'est à ces dernières et à elles seules qu'il appartient de faire connaître les moyens qu'elles entendent mettre en œuvre pour faire aboutir les trois objectifs de la Révolution bleue. Et c'est aux électeurs qu'il appartiendra de voter pour les partis politiques et pour les candidats aux élections qui leur paraîtront les plus crédibles.

La Révolution bleue veut épargner à la France le désastre que constituerait une guerre civile. Alors, tous ensemble, portons l'écharpe bleue, couleur de la France et image d'un ciel sans nuages.

Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue
à 8:21 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil