22.8.06

Les "bonnes oeuvres" du CDH

Dans une interview donnée à la Dernière Heure, la présidente du cdH (centre démocrate humaniste - non, lecteur français, ce n'est pas une blague), Joëlle Milquet, ouvre en fanfare la nouvelle saison politico-démagogique.


En effet, espérant toujours accrocher son parti au wagon fédéral, la reine du néant sonore bat encore tous les records, puisqu’elle propose que le gouvernement aide financièrement les jeunes de leur naissance jusqu'à leur premier emploi. Et de proposer qu’un compte d’épargne soit ouvert au bénéfice des enfants d’allocataires sociaux en justifiant sa mesure comme suit : "Ce compte, bloqué, servirait à financer sa formation : des stages d'immersion linguistiques (sic), une remédiation extrascolaire, un minerval... Je veux, dès sa naissance, ôter de la tête de ses parents l'idée qu'une formation ne lui sera jamais accessible..."


Déjà, qui a dit que les enfants d’allocataires se destinaient nécessairement aux études supérieures (cf. l'allusion au minerval) ? Et s’ils suivent cette voie, sont-ils donc incapables de financer leurs études ? Surtout, ce dépôt d’argent, qui proviendra de l’impôt, se base sur un principe faux : il suppose qu’il est normal que des parents restent allocataires toute leur vie, ou du moins durant le temps que leur enfant reste à "leur" charge ! Milquet veut donc garantir une rente supplémentaire aux dépens du cochon de payant ! Elle souhaite, en d'autres termes, perpétuer le socialisme au nom de la "défense de la famille". Il est vrai aussi que ses cousins idéologiques socialistes sont très "famille"... au sens corléonesque du terme. Gageons qu’Elio aura compris le message.


Afin de nous convaincre de la grandeur de son idée, la Ségolène Royal bruxelloise assène : "C’est une politique sociale moderne !" Hélas, serions-nous tentés de conclure.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

4 commentaires

Blogger melodius a écrit...
La Milquet semble considérer que son rôle politique est d'établir un clientélisme au bénéfice des "familles".

On a les idées que l'on peut.
à 3:15 PM
 
Blogger climax a écrit...
"Surtout, ce dépôt d’argent, qui proviendra de l’impôt, se base sur un principe faux : il suppose qu’il est normal que des parents restent allocataires toute leur vie, ou du moins durant le temps que leur enfant reste à "leur" charge"

En effet. Tu as mis le doigt sur la prémisse aberrante de l'idée géniale Milquet...

Il m'est d'avis que ce genre d'idées foireuses se multipliera dans les semaines qui viennent, cf. la proposition de Rik Daems qui, à sa manière, souhaite réintroduire l'esclavage en Belgique.

http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_246251.html?wt.bron=homeArt16
à 8:44 PM
 
Blogger Don a écrit...
Tant qu'on y est, les pensionné eux-aussi touchent de l'argent sans rien faire. Et ce n'est pas le fruit de leur cotisattion, mais bien des nos cotisations (du moins si comme moi vous êtes actifs).
Je trouverais tout à fait normal que pour l'argent que je leur donne via mes cotisations sociales, ils rendent quelques services à la collectivité. Entretenir les parcs (souvent les vieux aiment jardiner) ou tout atres activités du même genre.
Il va bien sûr de soi que la durée hebdomadaire de ce volontariat librement imposé sera expotionnellement proportionnelle à la hauteur de la pension reçue.
Par la même occasion, ils n'iront plus le dépenser dans le sud de la France ou en Espagne, ce qui ne peut être que tout bénéfice pour l'économie par le relance de la consomation intérieure.

Nous aurons donc un nouveau ministère dont la devise sera "Le repos, c'est le travail"


Bonjour chez vous...
à 1:30 AM
 
Blogger Constantin a écrit...
Remarquez bien que l'idée perverse de Rik Daems a germé dans son cerveau parce qu'il est encore plus impensable de proposer que les chômeurs perdent leur "droit" aux allocations de chômage au bout d'un certain temps.
à 10:17 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil