11.12.04

Eskoh contre le libéralisme "tronc"

L'excellent Eskoh vient de publier un remarquable (as usually) article critiquant le libéralisme "tronc" (et tronqué). Ce dernier participe d'une conception trop politicienne et instrumentalisante de la liberté. Comme il le rappelle, la quête de "l'unité" à tout prix risque de saper les fondements individualistes de notre philosophie (et, donc, de scier la branche sur laquelle nous sommes assis !). Un post que j'aurais aimé écrire !

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

5 commentaires

Blogger Charles Legrand a écrit...
La différence entre la démocratie et le libéralisme, c'est que le libéralisme ne consiste pas à donner autant de liberté à tous, avec des lois pour garantir que personne n'empiète sur la liberté des autres, mais à donner la totale liberté aux plus forts d'écraser les plus faibles.

Le principe de base pour ça est (..)
http://pour-un-autre-monde.blogspot.com/2004/12/libralisme-larme-absolue.html
à 1:01 PM
 
Blogger Jerome Morrow a écrit...
Je suppose que vous avez dû vous tromper, votre commentaire (et votre article) n'a rien à voir avec ce post de RonnieHayek, ni le mien. D'ailleurs, avez-vous compris ce qu'est le libéralisme ? A vous lire je crois que non et eu égard à votre commentaire je crois que vous semblez un peu perdu.
à 2:16 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
M. Legrand, je suis évidemment prêt à discuter avec vous, mais encore faudrait-il que votre commentaire ait un rapport avec mon texte. Merci d'avance.
à 4:22 PM
 
Blogger Thierry a écrit...
Le libéralisme est vraiment diabolisé de toutes parts. Merci donc pour cet article stimulant.

Actuellement, je "polémique" vivement sur mon blog au sujet de la politique belge du logement avec un acharné adepte de l'intervention étatique tous-azimut.
Pas triste non plus...

http://bruxelles-ma-ville.skynetblogs.be
à 10:09 PM
 
Blogger Promethee a écrit...
Très bon article même si je regrette parfois qu'un public relativement virginal ne retienne que la dimension libertarienne du courant alors que comme Eskoh le précise, la pluralité est de mise....
à 8:22 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil