16.1.05

Martin Masse contre la droite québecoise

Dans la dernière livraison du "Québecois libre", le talentueux et dynamique Martin Masse nous donne son avis sur les rapports entre les libertariens et la Droite, tout particulièrement au Québec.

Le directeur du QL le rappelle très pertinemment :

Comme les gauchistes, ce que les conservateurs de droite ne comprennent
pas, eux, c'est que la moralité ne s'impose pas et que les collectivités n'ont
pas d'autre existence que dans l'esprit des individus qui croient y appartenir.
Seuls des individus entièrement libres de leurs actes peuvent s'associer
volontairement et défendre un « intérêt public » dans la sphère
limitée de leur association. Pour le reste, il n'y a en effet que des utilités
personnelles, puisque les collectivités ne pensent pas, ne ressentent rien et
n'ont pas d'intérêt. Le prétendu intérêt public défendu par la droite ou la
gauche collectivistes, ce n'est en fait que l'intérêt d'un petit groupe qui est
imposé de force sur l'ensemble de la société
.

Pour la bonne "Bush" (hi, hi, hi), le pontifiant métaphysicien du néoconservatisme postmoderne, Maurice G. Dantec pour ne pas le nommer, se fait tailler un costard pour l'hiver (qui s'achève, mais bon).

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

1 commentaires

Blogger Sous-Commandant Marco a écrit...
Hé hé hé, je ne suis pas fâché de voir Dantec enfin remis à sa place. Ses romans et journaux ne sont pas mauvais (quoique nettement en dessous de ceux de son frère ennemi Houellebecq) mais sa prose politico-narco-mystique est vraiment répugnante, à l'image de ses idoles.

Je crois que Dantec était de gôche quand il était jeune, ce qui confirme le proverbe sur le fanatisme des fraîchement convertis.
à 12:10 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil