25.1.07

L'Injustice fiscale

Les élections françaises approchant, plusieurs débats télévisés commencent à aborder la question fiscale. La plupart des représentants politiques et associatifs ne se lassent pas de vitupérer "ces richards qui viennent pleurer alors que l'impôt progressif ne représente qu'un faible pourcentage des recettes fiscales !". Naturellement, ces messieurs-dames se placent du point de vue de l'État et non de ses victimes qui se font racketter... Or, pour ces dernières, ce ne sont pas quelques unités de pourcents de leurs revenus qui s'en vont, mais au moins dix ou quinze fois plus ! C'est le principe même de l'impôt progressif, totalement discriminatoire (trouverait-on normal qu'un boulanger fasse payer plus cher le même pain à un P-DG qu'à un salarié?) - auquel les socialistes ont ajouté dans les années 80 le tout aussi détestable et spoliateur ISF (mieux connu comme "impôt de socialisation de la fortune") - que tout libéral doit condamner. On retrouve chez les défenseurs de la progressivité fiscale (synonyme de régression civilisationnelle) les arguments socialo-démocratiques classiques tentant de justifier l'oppression de gens appartenant à une minorité et laissant entendre que leur rendre justice n'est pas prioritaire, voire constituerait une odieuse trahison envers la patrrrrrrrrrrie en danger.

L'impôt progressif sur le revenu ne représentant effectivement qu'un pourcentage faible (environ 20%, si j'en crois ces données) des rentrées fiscales en France (constat que généralisait déjà Hayek dans sa Constitution de la liberté), il serait aisé de l'abolir d'un trait de plume. Par conséquent, le refus de le supprimer n'a rien à voir avec la peur d'un "bain de sang" social, mais est uniquement fonction de l'idéologie égalitariste haïssant les producteurs de richesse.

Ceux qui raillent aujourd'hui l'exil fiscal de Johnny sont en réalité des veaux bêlants toujours prêts à gueuler leur "envie d'avoir toujours envie"...

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

3 commentaires

Blogger xxc a écrit...
On en revient toujours à l'envie. L'envie est vraiment le grand moteur socialiste. L'envie de faire mal, la cruauté.
à 9:12 PM
 
Blogger raaahlovelymelodius a écrit...
Cette obsession de vous accrocher à votre fric alors que des gens sont dans le besoin me donne envie de vomir. Vous êtes la lie de l'Humanité, des gens méprisants et méprisables. Certains salaires sont trop hauts, d'autres trop bas; que l'Etat intervienne dans la redistribution est son rôle.

Mais gardez-le, votre fric, et allez pourrir à Monaco, Genève, ou même sur les îles Caïman, avec vos semblables sans saveur, ni coeur, ni humanité.

Vous direz bonjour à Justine et Johnny de ma part. Je suis sûr que vous aurez avec eux des conversations passionnantes, empreintes de cette philosophie de comptoir dont vous vous faites les chantres.
à 11:53 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
Qui est obsédé par le fric, sinon les gars dans ton genre qui, précisément, veulent toujours en confisquer plus aux riches ?
à 11:43 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil