24.8.07

Chiche !

Les fidèles lecteurs de CPS savent tout l'amour que nous vouons à l'état PS, en Walbanie comme à Bruxelles. On pourrait donc s'attendre à ce que nous applaudissions à la volonté des partis flamands - ou en tout cas du CD&V-NVA - de délivrer leur région de l'emprise socialiste en poursuivant le détricotage de l'état belgique.

On pourrait, et on aurait tort.

Nous avons déjà insisté plusieurs fois sur ce blog sur l'énorme machine clientéliste qu'est la régionalisation - et pas seulement en Walbanie. Une nouvelle régionalisation, ça signifie plus d'administrations, plus de fonctionnaires, plus de concentration du pouvoir et plus d'impôts.

De plus, nous ne pouvons ignorer qu'aux niveaux régional et communautaire, malgré son piètre résultat aux élections fédérales, le PS continue à dominer la Belgique francophone. Lorsque Ditché Reynders disait donc, juste après les élections, qu'il n'allait pas donner au PS des pouvoirs que l'électeur venait de lui refuser, il raisonnait évidemment en chef de parti, mais en l'occurrence c'est un point de vue auquel les francophones non socialistes, les "francophones qui se lèvent tôt" si on veut, ne peuvent que souscrire.

Si les politiciens flamands raisonnent donc en collectivistes, et tiennent absolument à opposer Flamands et francophones, grand bien leur en fasse. Nous raisonnons en individus, et en l'occurrence en individus qui refusent de se sacrifier à un collectivisme qui ne les concerne pas. Il n'y a pas que les Flamands qui paient des impôts que le PS utilise pour asseoir son pouvoir clientéliste. Nous aussi nous "transférons". Notre priorité n° 1, c'est donc la lutte contre le PS. Le déshabillage de l'état belgique en sa faveur est une attaque en règle contre les francophones qui se lèvent tôt, elle est donc "onbespreekbaar", totalement non-négociable. Et si les Flamands menacent de faire péter la Belgique, il n'y a qu'une seule réponse à faire : chiche ! Vu le pouvoir démesuré qu'ils exercent déjà au sein de l'état belgique, forts de leur majorité démographique et de la complicité du PS toujours prêt à nous vendre pour un plat de lentilles, nous ne pouvons qu'y gagner, politiquement, territorialement - nous pourrons enfin casser le carcan autour de Bruxelles - et même économiquement si "l'électrochoc" s'avère fatal au PS.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

15 commentaires

Blogger Brigant a écrit...
Pouvoir démusuré? Wil u dan dat we u anders gewoon meteen een meerderheidsaantal zetels geven in het federale parlement? We hebben als defacto onze meerderheid opgegeven via de alarmbelprocedure.

Vlaanderen heeft enkele essentiële socio-economische regionaliseringen nodig. Men doet alsof er van die onderhandelingslijstjes niets afkan, eigen nummerplaten hebben wij niet nodig! Wij hebben minimale hervormingen nodig om ons eigen economisch peil staande te houden ten einde de PScratie (Wallonië) financieel overeind te houden.

Kan de PS verslagen worden? Neen, dat denk ik niet. Hun cliëntelisme is daarvoor al te diep geworteld en daarnaast komt nog eens het allochtone voetvolk. Want die zijn veelal de 'sukkelaars', lage scholingsgraad & weinig tewerkstellingskansen. Naast hun demografische (quasi) exponentiële groei en veelal 'eerder Franstalig sprekend' vormen ze een leuk wapen om tegen de Vlaamse numerieke meerderheid uit te spelen en de socialistische familie aan de macht te houden. Waarom denkt u dat er een eerder etnische invulling heerst van nationaliteit bij de Vlamingen (het 'racisme')?!

U weet evenzeer als ik dat de Vlamingen u nooit het BHG in handen gaan geven. U weet evenzeer als ik dat het opgeven van BHG ook betekent dat het randgebied mee betrokken zal worden. U weet maar al te best dat dit in uw voordeel zal uitkomen want dan zal u zeker een landtong bekomen richting BHG en nog eens uitbreiding. Alleen raakt u daarmee aan de taalgrens.
Raken aan de taalgrens komt neer op het doorknippen van de Belgische slagader.
à 12:49 PM
 
Blogger melodius a écrit...
L'analyse que vous faites de l'immigration à Bruxelles me hérisse déjà; vous ne savez absolument pas de quoi il s'agit - indice : vos fantasmes eurarabes ne correspondent à aucun réalité observable - et vos réactions démontrent en effet que beaucoup de Flamands ne se sont toujours pas dépêtrés d'une approche ethnique de la nationalité. Affirmer que cela est dû à l'immigration est par ailleurs un mensonge particulièrement grossier. Un exemple parmi des milliers d'autres : lorsque j'étais gamin et habitais une commune de la periferie, le torchon de la VU locale ("De Schans", tout un programme...) publiait notamment des textes litéraires. Je me souviens tout particulièrement de l'histoire d'un ouvrier agricole flamand qui travaillait en Wallonie pendant les récoltes et qui résistait à l'attrait diabolique qu'exerçait sur lui la brune et wallonne Olivia en évoquant les Veerle et les Goedele blondes aux yeux bleus de sa patrie flamande. Ca c'est fin années '70 et non pas milieu années '30 comme on pourrait le croire. Alors ne me faites par marrer avec vos histoires d'immigration qui poussent tant de pauvres Flamands à être "racistes". Et tant qu'on y est, virons les guillemets, et récrivons cela correctement : racistes.

Quant à Bruxelles, je me demande bien quels "droits" la région flamande pourrait faire valoir sur nous si la Belgique éclate. Et vous avez raison, dans ce cas-là, il y aura aussi immanquablement une révision de ses limites, et la frontière linguistique réelle deviendra une frontière d'état. C'est "in de sterren geschreven". La condition sine qua non pour éviter cela, c'est le maintien de la Belgique fédérale, voilà tout. Vous ne voulez pas le voir, c'est votre problème.
à 1:40 PM
 
Blogger Brigant a écrit...
Haha, u bewijst eens te meer waarom België niet meer kan bestaan. Wij spreken niet met elkaar maar naast elkaar. U reageert niet op mijn commentaar maar er compleet naast.

Voor u zijn Vlamingen blijkbaar inherent racistisch. Waarom zouden we dan nog samen leven? Als dat uw visie is dan zou ik u aanbevelen om volgende keer op het FDF te stemmen.

U heeft uw verhalen vanuit de rand, ik heb de mijn vanuit Brussel. Heeft u zich kunnen uitleven in uw culturele eigenheid? Ik niet.
à 3:10 PM
 
Blogger melodius a écrit...
Mon bon Monsieur, vous n'êtes pas "les" Flamands, vous êtes "un" Flamand, et un Flamand dont les arguments sont très faibles, pour la bonne et simple raison qu'ils n'ont aucun lien avec la réalité.


Une de ces réalités est que Bruxelles est une ville très majoritairement francophone, une autre que le mouvement flamingant véhicule depuis longtemps un nationalisme "ethnique" rance - même si tous les flamingants n'ont pas ce travers, voir par exemple Bart De Wever.

Mais bon, la réalité, ça n'intéresse pas les idéologues collectivistes.
à 3:46 PM
 
Blogger Pieter Cleppe a écrit...
Monsieur,

je suis aussi un libéral/libertarien comme vous, et je ne vois pas comme vous ne voyez pas que la fin de la Belgique sera la fin du pouvoir du PS.

Le pouvoir du PS est fondé sur l'argent payé principallement par les flamands.

3 nouveaux Luxembourgs, voilà! La Wallonie va profiter plus de l'indépendence que la Flandre.

PC
à 7:15 PM
 
Blogger melodius a écrit...
Pieter, je crois que mon article répond parfaitement à ce que tu as écrit.

La Belgique de Leterme, où les francophones seront sous le joug flamand avec le PS dans le rôle du Kapo, ça ne m'intéresse pas.

La situation actuelle est déjà inacceptable, il est exclu d'aller plus loin; donc oui, à mon avis, si les partis flamands ne renoncent pas à leur exigence, la meilleure solution pour les francophones est la fin de l'état belgique.
à 8:16 AM
 
Blogger John Loque a écrit...
Monsieur,

je suis aussi un libéral/libertarien comme vous, et je ne vois pas comme vous ne voyez pas que la fin de la Belgique sera la fin du pouvoir du PS.

Le pouvoir du PS est fondé sur l'argent payé principallement par les flamands.

PC


Tu as raison Pieter, mais il faut bien préciser qu'à court terme, le pouvoir du PS sur la Wallonie et Bruxelles sera renforcé. C'est à long terme que l'indépendance de la Flandre aura un effet négatif sur le PS et donc positif sur la Wallonie et Bxl.

A part ça les sondages sont bons, 40% des flamands veulent l'indépendance, on y est presque... Voilà de quoi casser le mythe d'un nationalisme limité à la classe politique flamande. Celui-ci a gagné une bonne partie des élites et ça c'est fondamental.
à 12:31 PM
 
Blogger melodius a écrit...
Ce que John Loque ne dit pas est qu'il est carolo et qu'il compte sur nous pour venir le délivrer lorsque le PS viendra faire payer la crise aux riches.

C'est là qu'il découvrira que ses camarades libertariens pratiquent "la vertu d'égoïsme".
à 1:53 PM
 
Blogger John Loque a écrit...
Ce que John Loque ne dit pas est qu'il est carolo et qu'il compte sur nous pour venir le délivrer lorsque le PS viendra faire payer la crise aux riches.

Ca devient de plus en plus n'importe quoi. Même Milquet a compris le principe de la concurrence fiscale, elle l'a très bien expliqué hier soir sur RTL. Et elle a évidemment ajouté en quoi c'était inacceptable pour une bolchevique comme elle.
à 2:44 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
Ce qui est n'importe quoi, c'est de se fonder sur des "incitants" virtuels pour présumer que le PS perdra son pouvoir de nuisance.
à 4:39 PM
 
Blogger traveller a écrit...
@ melodius

Vous dites de John Loque qu'il compte se faire sauver par nous.
C'est qui, nous?
à 10:13 PM
 
Blogger melodius a écrit...
Inside joke. La plupart des intervenants belges sur ce blog se connaissent IRL.

Et John Loque, en sa qualité de hoppéen carolo, est la proverbiale dinde qui a voté Noël.
à 10:22 PM
 
Blogger John Loque a écrit...
Ce qui est n'importe quoi, c'est de se fonder sur des "incitants" virtuels pour présumer que le PS perdra son pouvoir de nuisance.

Je ne vois pas en quoi ils seraient virtuels. Les français d'Ixelles ou de Londres, ils sont virtuels eux aussi ?
à 11:17 AM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
Je te parle de l'expatriation comme "incitant" à libéraliser le pays d'origine des expatriés. De surcroît, faut-il que ces Français soient bien renseignés pour considérer la Belgique comme un paradis fiscal !
à 11:27 AM
 
Blogger fcal a écrit...
Précautions et solutions ( réaction parue récemment dans la presse française (Libération))

La Belgique évolue vers un divorce. La France pourrait de toute façon assurer en partie que ce divorce en soit un à l’amiable avec le moins de dupés.

Il est important de situer la composition de la Belgique et des possibilités de division afin que les mesures à prendre sauvegarderaient l’entente et les bons rapports au sein de l’Union européenne tout en épousant la volonté des populations concernées.

En Belgique il y a 4 ‘régions’:
- une région francophone (La Wallonie)
- une communauté néerlandophone (La Flandre)
- une communauté germanophone (Les Cantons de l’Est) et
- une région-capitale bilingue français / néerlandais Bruxelles (également capitale de l’Europe et de la Flandre).

Ces régions sont limitées par des frontières agrées, correspondant au découpage linguistique. Dans les cas ou cela n’est pas net, il existe des zones localisées bilingues. Il s’agirait de conserver ce découpage, qui a fait dans le passé l’objet d’accords entre parties.

En cas de démembrement de la Belgique, la France pourrait être appelé à agir. Il est clair qu’elle ne sera pas seule concernée. Les Pays-Bas, l’Allemagne et accessoirement la Grande-Bretagne pourraient également y participer.
Les possibilités sont les suivantes:

- La Wallonie (indépendante ou France), localités bilingues à la Flandre afin de respecter l’unilinguisme français;

- La Flandre (indépendante ou les Pays-Bas)

- Les Cantons de l’Est (indépendants ou l’Allemagne)

- Bruxelles capitale (indépendante district européen ou Flandre avec statut bilingue et auto-gestion importante)

Naturellement il est également possible, que finalement les Belges arrivent à une solution confédérale, mais en tout état de cause, il serait bon que les autres pays concernés offrent des assurances que d’autres solutions plus drastiques pourraient être accommodées.
à 10:23 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil