30.3.05

Le rapport de force.

Les lecteurs attentifs de ce blog connaissent déjà les turpitudes des syndicats comme la CGT et le MEDEF, j'en résume quelques unes:
- l'interdiction du syndicalisme indépendant en France, soutenu par les cinq seules centrales syndicales reconnues par l'Etat, nous avions vu comment le Conseil d'Etat refuse l'agrément étatique.
- la colonisation de l'Etat par les gangsters syndicalistes, nous avions parlé de la fin de carrière d'un syndicaliste: lorsqu'ils ne sont plus sous les feux de la rampe, vous croyez que c'est parce qu'ils ont cessé de vous voler, amis lecteurs? Que nenni: le pillage est plus discret, mais il existe, et ce notament dans le domaine du spectacle (on comprend dès lors mieux, compte tenu des renvenus que tire la CGT de sa présence dans le monde du spectacle d'Etat, que cette organisation de gangsters cherchent à pérenniser l'exception culturelle)

Récemment, les syndicats de la fonction publique ont exigé du ministre, une augmentation. Quoi de plus normal. Voilà la méthode qui permet de réussir n'importe quelle négociation, méthode que je viens tout juste de baptiser la Méthode Aschieri, je cite:
Pendant la majeure partie de la réunion, le ministre a essayé de proposer autre chose. Mais, voyant que personne n'adhérait à sa proposition, il a cédé. Je pense que cette annonce est le résultat du rapport de force.[..]
si les débats n'évoluent pas comme nous le souhaitons, nous organiserons peut-être de nouvelles manifestations pour nous faire entendre. L'exemple d'hier montre que l'on n'obtient rien sans un rapport de force derrière.

Application de ma Méthode Aschieri à d'autres cas de la vie:
- rencontre avec une belle demoiselle: "excusez-moi, que proposez-vous pour ce soir? Si vous refusez de coucher avec moi, sachez que je suis prêt à passer au rapport de force, on n'obtient rien sans cela".
- demander un service à un ami: "dis-moi, ça t'intéresse que je brûle ta maison? Bon alors demain il faut que tu ailles faire la vidange de ma voiture, à tes frais bien sûr; on n'obtient rien sans rapport de force"
- parler à sa maman: "dis-moi maman, qu'est-ce que c'est que cette robe de merde? Tu viens me chercher à l'école avec ça? Recommence encore une seule fois, et tu vas voir ce qui va t'arriver, on n'obtient rien sans rapport de force."
- acheter une maison:"Bonjour, c'est vous le propriétaire de cette maison? J'aimerai l'acheter, mais à 20% du prix que vous proposez seulement. Votre femme et vos deux enfants, que j'ai pris en otage, pensent que ce discount est justifié, qu'en pensez-vous? Désolé, on n'obtient rien sans rapport de force.".

Dans ces quatre situations, n'y-a-t-il pas aggression? Et n'y a-t-il pas d'autres moyens pacifiques pour arriver à ses fins, comme séduire la jeune femme du premier exemple, ou négocier le bien immobilier normalement dans le dernier exemple?

Ce que propose Aschieri, comme modèle de société, c'est la violence, la confrontation, le rapport de force.
Si aggression il y a, ne devrait-il pas y avoir de légitime défense? Que faire contre Aschieri et son gang?
A quand la nuit du 4 août de l'abolition des privilèges syndicaux?

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

2 commentaires

Blogger Charles Legrand a écrit...
Pfffff, les rapports de forces existent, et c'est parce que la Droite et le Patronat les utilisent constament qu'on ne voit pas pourquoi les faibles, les exclus, les exploités ne devraient pas les utiliser.
à 4:17 PM
 
Blogger Nicolas Lobin a écrit...
Très bien vu. Il y a des réformes à faire de ce côté aussi.
à 8:36 PM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil