26.1.06

La cyber-tyrannie est en marche 2

Google propose donc aux Chinois un moteur de recherche ad usum delphini.

On remarquera que ses concurrents font pareil et même pire, puisque Yahoo ! a été jusqu'à fournir aux autorités chinoises des informations qui ont permis de condamner un dissident.

Pour vous donner une idée de ce que cela signifie, voici ce que donne une recherche images sur Google Chine et sur Google Belgique lorsqu'on introduit "tiananmen square".

Sans commentaires.

links to this post

Links to this post:

<\$BlogItemBacklinkCreate\$>

10 commentaires

Blogger Fabrice a écrit...
impressionnant, le contraste est véritablement impressionnant.
à 1:40 PM
 
Blogger h16 a écrit...
Terrifiant, aussi.

"Soon to a Google near you ?"
à 2:29 PM
 
Blogger RonnieHayek a écrit...
Tout ceci démontre que les Etats se sentent chez eux partout: dans le territoire qu'ils administrent, dans le logement de leurs administrés, hors de leurs frontières, et maintenant sur le ouèbe. Le monde de l'internet, originellement sans frontières, devrait en créer une de frontière - et une sévère ! - pour éviter l'intrusion des gouvernements dans les affaires individuelles.
à 2:39 PM
 
Blogger Chitah a écrit...
A lire,une interview intéressante de Sergey Brin, l'un des deux fondateurs de Google (avec Larry Page). Elle se termine par une intervention de Ken Roth, de Human Rights Watch
à 4:08 PM
 
Blogger Wapiti a écrit...
Intéressante en effet. Mais contrairement à ce que Brin affirme, il ne semble pas y avoir d'avertissement en cas de censure sur google.fr (voir l'exemple "stormfront" que j'ai donné sur lib.org).
à 4:46 PM
 
Blogger Turuk a écrit...
Don't be evil (Catallarchy)
à 11:34 AM
 
Blogger melodius a écrit...
J'espère ne pas avoir donné l'impression de condamner Google sans appel; ce n'est pas le cas.

Je n'aurais pas aimé devoir prendre cette décision à leur place.

Ce que je voulais illustrer, par contre, c'est comme il est facile de réglementer Internet en pesant sur ses acteurs les plus importants.

Certains libertariens estiment qu'il n'est pas dangereux de laisser des sociétés privées amasser des données personnelles au sujet des internautes; moi je n'en suis pas si certain, et notamment parce qu'une société qui a pignon sur rue est une cible facile pour un gouvernement. Dans la réalité, contrairement à ce qu'on peut lire dans "Cryptonomicon" par exemple, il n'y a pas de face-à-face entre geeks et police. Peut-être devrait-il y en avoir.
à 11:51 AM
 
Blogger Wapiti a écrit...
Sans doute que l'existence de services clés quasi-monopolistiques de fait comme les moteurs de recherche facilite la tache des gouvernements, mais à mon avis, ce n'est pas cette affaire qui l'illustre.

En effet, la pression sur google est possible uniquement parce que le régime chinois contrôle le territoire chinois, et qu'il peut de ce fait restreindre l'accès à internet des internautes chinois et empêcher google de fournir un service viable.

En revanche, je partage ton avis, nous ne sommes pas du tout assez paranos ! Il serait peut-être bon de développer les réseaux pair à pair cryptés et anonymes pour les rendre aussi faciles d'accès que le web standard. C'est faisable techniquement à condition que suffisemment d'internautes en ressentent la nécessité.
à 12:07 PM
 
Blogger melodius a écrit...
Le gouvernement américain pèse également sur eux. Et là, c'est une question de vie ou de mort pour l'entreprise, pas juste une décision d'être présent ou non sur un marché en expansion.
à 2:51 PM
 
Blogger philippe psy a écrit...
Superbe blog!
Et pour google effectivment, c'est impressionnant !
à 6:10 AM
 

Enregistrer un commentaire

<< Retour à l'accueil