30.7.04

Bové, t'auras pas Thoreau !

Tout récemment, mon ami Octavius s'est, à juste titre, moqué de la récupération de la notion de "désobéissance civile" par les alter-cons. Ces propagandistes ont réussi le tour de force de transformer complètement le sens d'une expression on ne peut plus noble. Pire, les braillards à la Bové ne craignent pas de profaner l'héritage de H. D. Thoreau en s'en réclamant effrontément !

Par souci de justice autant que de salubrité publique, je renvoie le lecteur à la vraie pensée du poète et philosophe américain - qui préféra séjourner en prison plutôt que de payer des impôts (servant, en l'occurrence, à financer la guerre contre le Mexique). Rien à voir, donc, avec les agressions anti-propriétaristes commises par les malfaisants imbéciles, moustachus ou non.


Le soleil de Floride a eu raison de l'ami Constantin

Juste un petit mot d'encouragement pour le candidat democrate aux elections, qui rattrape Bush dans les sondages :

"Kerry, catch up !"


(et c'est delicieux sur les frites)



Les americains sont vraiment des cons (episode 2)

En Floride, il y a beaucoup de soleil. D'ailleurs on appelle la Floride "the sunshine state", c'est vous dire s'il y fait chaud. L'innocent vacancier qui se rend sur une plage de Floride s'expose a des doses massives d'UVA et d'UVB et risque a terme de developper une forme de cancer appelee "melanome malin" (l'emploi de l'epithete "malin" sert a differencier le melanome de l'americain moyen qui, comme tout le monde sait, est vraiment un con).

Comme s'il n'avait pas assez de ces dangereuses radiations, l'americain a invente le SUV. On ne m'a pas clairement explique de quoi il s'agissait ni comment on le produit mais mon ami Jose Bove m'a dit que les SUV - au contraire des UV qui s'attaquent a la couche d'ozone - viennent renforcer l'effet de serre. Franchement, il faut vraiment etre con pour installer des serres en Floride, il fait deja bien assez chaud comme ca.



Un vent frais

Décidément, il souffle un vent frais cet été ! Nombre de blogueurs s'attaquent à de nouveaux projets, dont notamment nos amis Eskoh et le Blogographe qui commencent un blog commun, Zonel.

La présentation de ce nouvel arrivé contient une analyse de la blogosphère libérale qui ne manque pas d'intérêt.


Distribution interdite

La rentrée sera chaude dans les collèges et les lycées de France et de Navarre.

La vente de barres chocolatées et autres biscuits y sera désormais bannie.

Plus de distributeurs, pour la santé de nos enfants. Entre 6.000 et 8.000 machines vont ainsi disparaître l'an prochain. Nos enfants sont gros, il faut faire quelque chose.

Bon, d'accord, il ne leur sera pas interdit de grignoter, mais seulement d'acheter sur place. Personnellement, si j'avais 10 ans, je me frotterais les mains et je passerais régulièrement acheter des stocks de barres chocolatées pour les refiler aux jeunes qui m'entourent, moyennant bénéfice.

Encore une fois, nos politiciens nous montrent toute l'étendue de leurs capacités.


29.7.04

Les americains sont vraiment des cons (episode 1)

Non seulement ils envahissent des democraties moyenne-orientales a moustache pour un oui ou pour un nom, mais en plus ils ont une orthographe deplorable. La preuve : ce matin, je me suis retrouve dans une rue qui, d'apres la pancarte suspendue au carrefour, s'appelait "ARCTURUS". C'est bien gentil de vouloir faire un hommage a Goldorak mais bon, la moindre des choses c'est d'ecrire correctement, non ?



N'abandonnez pas tante Lulu !

Ceux qui lisent le camarade Aristophane savent tout le mal qu'il convient de penser de la "déclaration libératoire unique", grâce à laquelle le gouvernement belge espérait mettre la main sur l'argent mis à l'abri de ses papattes grapillardes. Pas de chance, le contribuable belge n'est donc pas un imbécile puisque, jusqu'à présent, l'opération n'a rapporté que 17,53 millions d'euro, soit à peine 2% du total espéré. Rappelons que l'opération dure un an et se termine à la fin de l'année.

En bon anarchiste, je voudrais rappeler à tous ceux qui ont pu mettre une partie de leur patrimoine à l'abri (ce n'est malheureusement pas le cas du soussigné, faute de patrimoine à mettre à l'abri...) que le seul "avantage" de la DLU est de devoir payer une amende inférieure aux montants prévus si on ne s'auto-dénonce pas (oh, merci !) et que leur argent servira à payer ministres, fonctionnaires et autres parasites qui empoisonnent la vie des braves gens. Si vous avez ne serait-ce qu'un fifrelin de civisme et d'amour du prochain, gardez vos sous afin d'empêcher l'état de les utiliser pour nous emmerder. Soyez solidaires, n'abandonnez pas tante Lulu.


Et c'est reparti pour un tour...

Notre super Ministre de l'Intégration sociale et de l'égalité des chances (notez le titre orwellien) Maria Arena a trouvé LA solution pour combattre le racisme. La nouvelle invention de nos maîtres, c'est que tout qui exprimera de vilaines pensées interdites sera non seulement mis à l'amende, voire emprisonné, mais également privé de ses droits civiques. Yeah ! Franchement, si c'est comme cela qu'ils s'imaginent contrer la montée du Blok et autres FN, on n'est pas prêt d'arrêter de rire.

On notera aussi la volonté affichée de fliquer le Net et la "création d'un outil d'évaluation de la tolérance", fort utile pour offrir une sinécure à divers universitaires dûment encartés. Il y avait déjà le Centre pour l'Egalité des chances, mais un petit machin en plus ne fait jamais de tort.

Voilà ce qu'est la "lutte anti-raciste": atteinte permanente aux libertés des citoyens, gaspillage de l'argent du contribuable au bénéfice de la clientèle des politiciens et un résultat qui n'a même pas la décence d'être nul, puisqu'il est carrément négatif.

Pauvre Belgique !


Pensée unique et élections US

Les médias français refusant la pratique de la pensée unique, à l'image de cet article, votent clairement pour Kerry.

La présentation monolithique franco-française présente bien les choses : les élections donnent à choisir un président parmi deux candidats, Bush, méchant-facho-stupide-obsédé-sexuel, contre Kerry, brillant-héros-antiguerre-honnête-avocat. Cette description vous donne l'idée de l'intention de vote des journalistes (et "torchonistes") français.

Il existe malgré tout quelques journaleux pour parler d'un certain "Nader", obscur homme d'affaire sans envergure économique.

Par contre, personne ne parle de Mickael Badnarik.

Faites un petit test autour de vous et demandez qui connaît cet américain. Et bien, c'est le candidat libéral aux élections présidentielles US.

Après le mensonge par conviction en faveur de Kerry, le mensonge par omission contre Badnarik.


Gâtisme populiste d'irresponsable socialiste

Ce matin, sur BFM, un journaliste interrogeait M. Delebarre, ancien ministre d'Etat socialiste, sur les annonces du gouvernement Raffarin.

Et, comme d'habitude, lorsqu'il s'est agit de la réduction drastique du nombre de fonctionnaires (pensez donc, 8.000 fonctionnaires en moins, ça en fait du monde), cet édile a relancé le couplet "il faut voir quels fonctionnaires vont être touchés, parce que s'il s'agit d'infirmières, de policiers ou d'enseignants"

Eh bien, monsieur Delebarre (si je respectais la fonction politique, je devrais plutôt écrire M. le Ministre), je crois qu'il est temps d'apprendre une réalité de notre pays : la fonction publique ne se résume pas à des infirmières, des policiers et des enseignants.

Et cet argument à la con que les politiciens (politichiens comme dirait Claire...) socialistes nous ressortent sans arrêt ne fait plus réagir personne. Il faut se renouveler. Il fut un temps où le PS était un parti d'avant-garde, synonyme de modernisation et d'avancée. C'était en 81, les socialistes arrivaient au pouvoir et changeaient le monde (enfin, plutôt la France) Et le pays s'est modernisé.

Mais ce sont toujours les mêmes socialistes qui nous bassinent avec leur vision éculée du monde. Nous ne sommes plus en 1981, messieurs. La France, vous l'avez changée, et elle a du mal à s'en remettre. Vous avez gonflé les effectifs de la fonction publique, mais pas avec des policiers, ni des infirmières, mais avec ce gras qui plombe notre économie mais surtout nos libertés.

Que voulez-vous faire de plus ? Transformer tout le monde en fonctionnaire à la solde de l'Etat ? Tout le monde totalement réduit à l'état de larves sans passion ?

Alors, 8.000 fonctionnaires en moins ? Vous me faites rire. C'est la fonction publique tout entière qu'il faut supprimer.


28.7.04

C'est son choix et il vous dit merde

Je me suis retrouvé cet après-midi devant une émission du service public : "C'est mon choix". Le thème de l'émission était la radinerie et l'un des invités se vantait d'être extrêmement radin, au point de ne tirer la chasse d'eau qu'une fois par semaine.
A chacune de ses interventions, le public et d'autres invités le huaient joyeusement, installant ainsi une ambiance de fraîche convivialité.
A la vue de cet énergumène qui semblait tout à fait heureux avec lui-même, je me suis demandé pourquoi quelqu'un comme lui était hué alors qu'il est l'aboutissement de ce que les alter-mondialistes, les écologistes réclament : un moteur de la décroissance. Consommant très peu, il évite le gâchis et protège donc ainsi notre environnement à tous.
Mais le public de France 3, sûrement à la solde de Rafarrin, le huait parce qu'il ne participe pas à la consommation et empêche le retour de la croissance.


Ben tiens !

Pour ceux qui l'ignorent, Borloo, notre ministre du logement, est en train de concocter une (je dirais des tonnes !) loi visant à améliorer l'accession au logement en France.

Comme d'habitude, et malheureusement, la solution retenue est est bien celle d'un politic-h-ien, prendre d'une main et donner de l'autre, en prenant une super commission au passage.

En gros, le système des Fonds de solidarité logement (FSL, gérés par les départements mais payés par la CAF, accès : permet de financer le dépôt de garantie, les frais d'agence et le 1er mois de loyer - maintient : paye les impayés) va être étendu. Pour ce faire, et parce que ça coûte des sous, il va donc falloir créer une nouvelle taxe sur les propriétaires... pour finalement payer ces mêmes propriétaires..

C'est d'ailleurs ce que je dis à mes clients bailleurs quand ils se félicitent d'avoir récupéré des impayés par le FSL : de toute façon, ce sont vos impôts qui vous payent.

Encore un truc qui servira à rien, sinon décourager les investisseurs ...


Les nouveaux vêtements de "Chacun pour soi"

Nos lecteurs auront remarqué le nouveau look de ce blog, dû au Piranèse et à notre grand ami Eskoh.

Ce dernier en a d'ailleurs profité pour améliorer le code HTML avec l'aide de wapiti et asthenik. Les conseils de l'indispensable Fabrice nous ont par ailleurs permis de faire certains choix techniques en connaissance de cause.

Merci beaucoup les amis !


Dialecte politique

Bizarre, le dialecte politique français.

Un communiqué du gouvernement parle de réduction des dépenses, alors qu'il s'agit de limiter l'augmentation du budget au taux de la croissance.

Le gouvernement affirme avoir permis un retour à la croissance, alors que la croissance française devrait se situer quelques points en dessous de la croissance mondiale.

Les ministres parlent de réformes là où il faudrait parler de gestion socialiste.

Les membres de la classe politique française ne parlent pas le même français que vous et moi !!!


Sauveur du monde

Attention, les enfants, le plus grand sauveur du monde sera bientôt de retour sur les écrans.

John McClane (alias Bruce Willis) viendra à nouveau défendre le monde (et sa famille) contre les méchants terroristes dans un Die Hard 4 tant attendu.

Les méchants pas beaux ex-cocos devenus méchants pas beaux gangsters n'ont plus qu'à bien se tenir.


27.7.04

Chroniques parisiennes - 4

Mes deux enfants scolarisés bénéficient du centre aéré communal. Cela m'inspire quelques remarques :

1 - heureux de voir que quelques jeunes n'hésitent pas à travailler cinq jours par semaines de 7h30 à 19h30 sans râler. Les 35 h., ils les font en trois jours.

2 - curieux d'entendre des personnes ravies des activités du centre (une sortie en car par semaine gratuite), activités prétendument gratuites. Mais bon, allez leur dire que la gratuité de ces activités ne fait qu'augmenter les fiches des impôts locaux.

3 - furieux de voir des contractuels se défoncer pour des gamins, les fonctionnaires de la mairie méprisent les parents qui "profitent des centres aérés"

4 - et, cerise sur le gâteau, j'ai inscrit mes enfants aux centres de loisirs de l'année prochaine. C'est kafkaïen :
- Cela ne fait pas moins de trois centres différents (le matin, le soir, les mercredis et vacances scolaires);
- Ces trois centres sont gérés par le même service municipal (voire la même personne) ;
- Et, pour chaque centre, il faut remplir trois fois les mêmes informations (sans rire, j'ai fait trois heures de pages d'écriture). Et pas même un report d'informations d'une année sur l'autre du style "voilà les informations en notre possession; sont-elles toujours valables ?" Sans rire, 90 % des informations sont constantes : nom et prénom, numéro de sécu, contrat d'assurance responsabilité civile... Le pré-remplissage de ces zones permettrait de gagner au bas mot deux des trois heures indiquées plus haut.
- Bref, de quoi occuper les parents pour le remplissage, les fonctionnaires pour les vérifications d'informations... Au moins, ils justifient le travail de leurs employés municipaux !


Maudits Canadiens !

Apparemment, il n'y a pas qu'en Corée du Nord ou en France que l'état impose une idéologie officielle. Polyscopique nous relate la censure d'une radio québécoise en raison de ses activités "anti-canadiennes", en l'occurrence son attitude insuffisamment respectueuse envers les nationalistes québécois au pouvoir.

Il faut dire qu'on n'a pu leur fermer la gueule parce qu'ils n'émettaient pas en français, alors il a bien fallu trouver autre chose.


Erreurs récurrentes

Le Ludwig Von Mises Institute propose un article qui aborde 10 erreurs courantes dans le domaine économique. Le premier d'entre eux:
Myth #1: The Broken Window

Le mythe de la vitre cassée, par ailleurs remarquablement démonté par Frédéric Bastiat il y a 150 ans environ.

Mais celui qui a fait le plus de mal au paysage politique français, en excluant les libéraux du débat public depuis des décennies:
Myth #8: Business Corporations Favor a Policy of Laissez-Faire

La plupart des grandes entreprises n'ont jamais cherché à promouvoir la liberté de qui que ce soit, mais bien plutôt leurs propres intérêts grâce, naturellement, à l'intervention des politiques.
Le dernier exemple en date n'est-il pas Alstom, symbole de l'interventionisme à la française? N'est-ce pas un regroupement de banques qui est à l'origine de cette faillite déguisée?
Les libéraux sont les amis des entrepreneurs, pas des grands commis de l'Etat propulsés à la tête d'entreprise par une cooptation partisane.


Marvin Gaye forever

En cette chaude après-midi d'été bruxelloise, j'essaie de bosser tout en écoutant Marvin Gaye chanter "Come Get to This" sur mon ordinateur. Tant qu'à ne pas gagner ma croûte, je devrais plutôt pondre une réponse au dernier post de Zek mais j'ai une flemme de tous les diables (heureusement que je n'ai rien d'urgent à faire...)

Donc, j'ai plutôt envie de parler de Marvin Gaye.

La deux a passé récemment l'extraordinaire documentaire de Richard Olivier "Remember Marvin Gaye" sur les tribulations ostendaises du plus grand de tous les soulmen. Marvin avait quitté les Etats-Unis au début des années quatre-vingt (notamment en raison de problèmes fiscaux, tiens donc !) et est venu habiter Ostende pendant quelques mois suite à l'invitation d'un original du coin, Freddy Coussaert. Après le succès de "Sexual Healing", il regagna Los Angeles où, malheureusement, son père le révolvérisa en 1984.

Richard Olivier, ayant appris la présence de Marvin en Belgique, en profita pour tourner un bref documentaire, "Marvin Gaye Transit Ostende", dont un bootleg a été édité aux USA sous le titre "Searching Soul". C'est ce film qu'il a totalement remonté et complété pour "Remember Marvin Gaye". On y voit Marvin chanter "The Lord's Prayer" dans un petite église de campagne, s'entraîner à la boxe, discuter avec les gens du coin dans un café et généralement exposer sa vision de la vie dans un contexte quasi surréaliste et non dépourvu d'humour. Bref, un pur moment de bonheur.

Dommage que le film n'ait (semble-t-il) pas été édité sur DVD.





Un nouveau blog très attendu

Fabrice Ribet, l'animateur de Liberaux.org, de Catallaxia et d'autres sites libéraux publie enfin son propre blog.

Gageons que ce nouveau projet sera couronné d'un succès comparable à celui des précédents !


Moeurs

Ca y est, le tribunal a tranché : si t'es PD, tu ne peux pas te marier avec l'être aimé.

Il va falloir encore bien du temps avant de faire évoluer les moeurs.

Mais bon, les hommes ont bien fini par admettre que la femme avait également une âme...


26.7.04

Vive la culture libre !

Souvent une question, émise sur un ton scandalisé, est posée aux anarcho-capitalistes: "Mais sans l'Etat, que deviendrait la production culturelle, grands dieux ?!"

Faut-il que le contribuable soit contraint de payer pour des oeuvres qui ne lui plaisent pas ? Non. La culture, comme toute activité humaine, est affaire de choix individuel. Si M. Trucmuche préfère lire l'intégrale de Penthouse ou la série SAS, pourquoi devrait-on l'exhorter à se laisser extorquer pour financer l'adaptation scénographique d'Atlas Shrugged en un ballet de pétomanes nudistes chantant en picard ? 

Ainsi, si des mécènes veulent à titre personnel s'intéresser préférentiellement à des artistes français, pourquoi pas ? Mais ils ne peuvent pas obliger de tierces personnes à financer l'élaboration de ces oeuvres. Pourquoi l'Etat devrait-il protéger et subventionner la culture ? Parce qu'elle est moribonde ? Alors, il ne sert à rien de la maintenir sous perfusion aux frais d'un public qui n'en veut plus. Est-ce, au contraire, pour lui assurer une meilleure garantie de succès ? Si telle industrie culturelle satisfait le public qui en achète volontairement les produits, à quoi sert-il de subventionner quelque chose qui fonctionne ? Dans les deux cas, l'intervention est absurde. Comme le disait Jean-Baptiste Say, il y a deux siècles, en critiquant les primes d'encouragements en usage en Grande-Bretagne (ce qui démontre que le laissez-faire n'y était pas en vigueur, contrairement à la légende): "S'il y a quelque bénéfice à retirer d'une entreprise, alors elle n'a pas besoin d'encouragement; s'il n'y a point de bénéfice à en retirer, alors elle ne mérite pas d'être encouragée." (Traité d'économie politique, Livre I, chap. XVII) Cela vaut aussi bien pour la production de whisky que pour la haute couture ou encore l'édition littéraire. 


Anarchisme et laïcité

Manifestement, coller "à la française" derrière un mot signifie toujours "inefficace et prétentieux", comme dans "service public à la française". J'en trouve un autre exemple avec la fameuse laïcité à la française, qui est donc à la fois inefficace et prétentieuse. Prétentieuse parce qu'elle passe son temps à se gargariser de son prestige international alors que tout le monde se fout de sa gueule, et inefficace, parce qu'en plus d'un siècle, elle n'est pas parvenue à mettre fin à la puissance souterraine de l'hydre vaticanesque. Confier le combat anti-clérical à l'Etat est tout autant voué à l'échec que n'importe quelle autre activité.

Privatisons la lutte contre l'Eglise et tout ira mieux, on pourra enfin écraser l'infâme. Déjà, toute une série d'institutions publiques contribuent activement à la stabilité de la calotte.
1)La coopération au développement est une manne financière utilisée essentiellement par des associations para-catholiques de missionnaires tiers-mondistes. Avec l'argent des contribuables, on permet à cette maudite engeance en jupons noirs d'étendre son influence sur les pays pauvres et de récupérer au profit de l'Eglise les renvois d'ascenseurs de ces pays.
2) le financement public de la santé permet d'entretenir les grenouilles de bénitiers de familles nombreuses qui deviennent infirmières pour donner l'impression qu'elles travaillent sans rompre les clichés machistes colportés par les curés de paroisses. Leur couper les vivre est de première nécessité et terminera un transfert injustifié des familles athées vers les familles catholiques.
3) Si l'Etat n'entretenait pas les églises sous prétexte de conservation culturelle, une très grande partie d'entre elles devraient fermer, obligeant les bigotes à se déplacer alors qu'elles n'en ont plus l'âge. AU total, une bonne petite diminution du nombre de fidèles.

Évidemment, ça ne va pas se faire en un jour !
La pieuvre a encore les moyens de soutenir ses congrégations de fainéants obscurantistes. (Depuis le temps que Rome pille les richesses de la planète, ce serait malheureux). Mais un processus de sélection naturelle se mettra en place. Comme il ne sera plus obligatoire de faire coexister sans discrimination les porteurs de lumière et les porteurs d'éteignoir, on verra se mettre en place dans tous les secteurs un réseau clérical et un réseau agnostique.
Les gens auront le choix. Est-ce que les parents préfèreront envoyer leurs enfants dans une école où on leur expliquera que la Terre est plate et que Galilée était un dangereux subversif, ou dans des écoles qui les formeront à devenir des bio-ingénieurs du vivant ? La sélection naturelle jouera contre la calotte !
Est-ce que les femmes préfèreront accoucher dans des hôpitaux où l'on pratique la péridurale ou bien accoucher à l'ancienne, avec une bonne sœur pour leur murmurer gentiment à l'oreille "vous avez mal, hein ! C'est normal, vous avez pris du plaisir, maintenant il faut souffrir pour expier" ? Aucune chance de salut pour les cléricaux !

Quand les gens arrêteront de croire en l'Etat, ils arrêteront de croire tout court, et la déchristianisation pourra se poursuivre jusqu'à son terme, jusqu'à la chute du souverain pontife de son Trône d'Infamie. C'est dans un mouvement commun que nous parviendrons à mettre fin au joug du sabre et du goupillon.


Série policière

Lorsque j'étais petit, il m'arrivait de regarder la série "L'homme qui tombe à pic"

Quatre personnages principaux : Colt Seavers, un cascadeur en manque de travail qui est également chasseur de primes pour arrondir ses fins de mois. Pour ce faire, il est assisté par un ancien étudiant râté, Howard, qui en plus est son neveu, et d'une jeune fille, Jody (blonde ultra sexy)
Le quatrième personnage, Terry, est le représentant d'un cabinet de prêts pour cautions qui demande aux acolytes de retrouver des libérés sous caution qui se sont échappés.

Le générique donnait :

"Je suis l'homme qui tombe à pi-ic,
J'ai ma vie entre mes mains,
Et si je prends des risques,
Ca n'est jamais, jamais en vain"

Imaginez la même série en france :

Jean Ducon, un cascadeur en manque de travail est donc intermittent pour arrondir ses fins de mois. Pour ce faire, il est assisté par un ancien étudiant râté, Arthur, qui en plus est son neveu (bac + 8, c'est à dire huit premières années de Deug), et d'une syndicaliste de CGT spectacle, Josie (grosse ultra conne)
Le quatrième personnage est le représentant des ANPE qui fournit à la fine équipe des petits boulots de cascade tous les 36 du mois pour qu'ils puissent toucher les ASSEDICs et survivre dans ce monde impitoyable.

Le générique donnerait :

"Il est l'homme qui tombe à pi-ic,
Il a ma vie entre ses mains,
Il travaille aux Assedics,
Et boit beaucoup, beaucoup de vin"


Redevance télévisuelle et intérêts privés

La semaine dernière, Arte, chaîne fonctionnant uniquement grâce à l'impôt, a diffusé une émission sur les MP3.

Face à face : un internaute de base se fournissant en P2P contre les responsables des majors, des artistes, des disquaires, brefs tous ceux qui vivent de l'industrie du disque.

Même pas la peine de dire qui semblait avoir gagné à la fin de l'émission.

Quelques perles : un artiste "underground" s'est amusé à dire qu'il ne fallait surtout pas pirater les oeuvres, parce que lui, un jour, il risquait d'en vivre. Mais bon, aujourd'hui il ne peut produire son "art" que parce qu'il pompe tout gratuitement sur internet.

Les habituels poncifs "l'art n'est pas une marchandise comme les autres"

Il est révoltant que nos impôts permettent de défendre les intérêts privés de quelques groupes industriels sans droit de réponse.

Vive l'économie dirigée : on prend à tous pour donner aux plus riches.


Désobéissance civile

Pour faire suite à mon post précédent (Non Intervention) je vous apprends peut-être qu'un maire français (un certain Noël Mamère) appelle à la désobéissance civile les citoyens pour lutter d'une manière qui lui semble légitime bien qu'illégale. Appliquant son propre principe, il arrache quelques plans de maïs issus du travail de chercheurs.

Eh bien, j'appelle ses administrés à obéir à l'ordre de désobéissance de leur maire et à refuser de suivre toute règlementation non libérale appliquée dans sa commune.


Non intervention

La politique du gouvernement étant de ne pas intervenir dans l'économie, les gendarmes étaient présents ce week-end lors du saccage de plants de maïs transgénique par les tenants de la désobéissance civile (Mamère et Bové)

Mais ils n'étaient présents que pour "constater les arrachages"

On appelle cela "maintenir l'ordre".


Socialiste français et classe privilégiée

Il y a bien longtemps, Edmond B. s'est acheté une maison en banlieue parisienne. Oh, une maison en piteux état et dans un quartier mal famé.

"Tu ferais mieux de louer, tu es un petit, tu dois le rester" ont dit d'une seule voix tous ses proches.

Mais un rêve d'enfant reste un rêve d'enfant.

Alors Edmond B. s'est retroussé les manches et a retapé sa maison le soir et le week-end. En revenant du boulot et dès que les moyens étaient suffisants, il y allait.

Et c'est comme cela qu'un beau jour, Edmond B. était propriétaire, après maints travaux et 20 ans de remboursements de prêts, de la plus belle maison du quartier.

Et voilà Edmond B. qui prend sa retraite. Il ne souhaite plus qu'une chose : accueillir enfants et petits enfants dans sa maison si proche de Paris. Si les petits enfants veulent venir étudier dans la région, pas de problème, il y a de l'espace dans la maison des rêves d'enfance de Edmond B.

L'histoire est jolie. Mais voilà, c'était sans compter l'Etat.

Parce que le quartier où vit Edmond n'est plus si mal famé. Les temps changent et les habitants aussi.

Aujourd'hui, Edmond vit dans un quartier chic. Et ça se paye.

Edmond doit payer des impôts sur son bien. Parce qu'Edmond, avec sa petite retraite, est considéré comme un "riche" L’impôt foncier et la taxe d'habitation lui "pompent" une partie importante de sa retraite. Alors, il a loué une partie de sa maison. Le garage qu'il a transformé en annexe il y a quinze ans et loué à un jeune couple, charmant.

Et l'année suivante, les impôts sur le revenu lui volent les gains de sa location. Oh, bien sûr, les impôts sont minimes, mais tout ce qui va avec lui tombe dessus. Et lorsqu'on est à nouveau imposable, on en paye des taxes.

Et puis voilà, le couperet tombe. L'administration fiscale considère que son bien immobilier n'est pas un rêve d'enfant. Elle l'a nommé "patrimoine immobilier"

Mais, le pire, c'est qu'elle l'a évalué. Très cher, bien entendu.

Et du jour au lendemain, Edmond B. a reçu un papier lui indiquant qu'il faisait partie de ces riches et qu'il fallait payer l'impôt sur les grandes fortunes.

N'y pouvant plus, Edmond B. a revendu son patrimoine immobilier.

Il s'est acheté une petite ferme dans le Larzac. Il donne des sous à ses petits enfants pour qu'ils puissent étudier convenablement à Paris, mais regrette de ne pas pouvoir les voir plus souvent.

Mais la morale est sauve, ça y est, grâce à la manie d'imposer tout et n'importe quoi, le quartier de Edmond B. est enfin nettoyé totalement. Il n'y a plus que des "riches" qui y vivent, Edmond est parti.


23.7.04

La tontine africaine

Congoneries est l'excellent blog d'un Français qui vit au Congo Brazza. Il y a quelques jours, il nous fit faire découvrir un instrument financier africain ma foi fort intéressant.


Contrôleur contrôlé

Juste une news personnelle qui m'a bien amusé.

Une contrôleuse de l'Ursaff de mes relations ne décolère pas: elle vient de subir un contrôle (fiscal, celui-là).

Eh bien, à cause de ce "salaud de fonctionnaire" (je cite), elle va devoir revendre sa maison pour payer le redressement !



L'écologiste sceptique

Sylvain publie un excellent compte-rendu du brûlot de Bjorn Lomborg.

A lire d'urgence !


Animal (Wel)farm

Le saviez-vous? Le gouvernement belge comprend un ministre en charge du bien-être animal. Cette excellence, également détenteur du portefeuille de la Santé (financée en détroussant celui des contribuables), Rudy Demotte, a pris une grave décision: l'interdiction faite aux cirques de posséder des animaux sauvages. L'argument de Demotte repose notamment sur le constat que de moins en moins de troupes emploient des animaux sauvages. Mais, alors, pourquoi cet arrêté? Remarquons qu'il y est précisé que très peu de cirques belges sont en fait concernés, puisque rares sont ceux qui  sont propriétaires d'animaux sauvages. 

Ne s'agit-il pas, en ce cas, d'une mesure protectionniste destinée à satisfaire les éventuels forains locaux, "menacés" par la concurrence étrangère (évidemment, féroce comme un tigre) ? La question vaut en tout cas d'être posée.

A noter aussi qu'un recensement sera réalisé pour éviter l'euthanasie des pôv' bêtes. Généralement, il est vrai que les hommes de l'Etat préfèrent celle des "rentiers", comme le recommandait ce bon vieux Keynes... 



22.7.04

Happy Birthday, Eskoh !

Je tiens à souhaiter à Eskoh un excellent anniversaire, puisque cela fait tout juste un an que son site, aussi imprégné de libéralisme que de musique électro, a été mis en ligne. Puisse-t-il continuer longtemps à l'alimenter de ses chroniques libertariano-nietzschéennes que je dévore quotidiennement !


Racisme ordinaire - 8

Mon beauf togolais quitte la région lilloise pour travailler en région parisienne.

Et là, quelle n'est pas sa surprise : il peut embaucher qui il veut, noir, maghrébin, vert, rouge, jaune. Seule condition : le travail doit être fait.

Autre étonnement : il y a plein de blacks et de beurs en costard, partout.

Quel étonnement de voir l'intégration à ce niveau en région parisienne.

La région lilloise a encore bien du retard à ce niveau. Quand on sait tout ce qu'il reste encore à faire en région parisienne !


21.7.04

Le legs du gros Louis

A entendre les rodomontades serinees par cette vieille baderne cacochyme tout au long des annees qu'il a passees a degoiser ses douteuses flagorneries devant  les dictateurs les plus sanglants de la planete, nul n'oserait douter que la Belgique, comme il le dit si bien, a regagne une place preponderante dans le concert des Nations.

Depuis vingt jours que je suis en Floride, je lis quotidiennement le "St-Petersburg Times", le meilleur journal du coin - finance uniquement par la publicite et les abonnements, nous ne sommes pas en francophonie statolatre - et je n'y ai jamais vu mentionner le travail de titan de notre imposant ministre. Ni d'ailleurs la Belgique ou la France. Ah si, pour la France, ils en parlent tous les jours a la page sportive. Et je crois me rappeler qu'ils ont mentionne que le Tour passait en Belgique. Remarquez, si on parle du Tour aux USA, c'est parce que c'est un americain qui va gagner, pas parce que cette epreuve sportive permet a la France de repandre ses ideaux republicains a travers le monde civilise. Enfin, tout ca pour dire que maintenant qu'Overweight Loulou part faire je ne sais quoi du cote de l'Union Europenne, les ricains n'ont qu'a bien se tenir. Grace a son travail acharne, l'Europe va bientot reprendre sa place de leader mondial. Not ! 


Keep Cool, restez zen

A présent que
Big Loulou a plié bagages pour la Commission européenne - moyennant le grand oral de septembre - et qu'Antoine Duquesne, son ombre qui sourit quand le grand manitou trop fatigué pour cette tâche accablante le lui demande, a remis son mandat entre les mains des militants, il semble acquis que ce soit Charles Michel qui devienne le prochain président du MR.

Le ton sage et raisonnable du fiston pourrait donner à penser qu'il vaudrait mieux que son tyrannique paternel. En outre, il paraîtrait qu'il ne s'en serait pas laissé conter par les pontes socialistes qui ravagent la Wallonie. Notons quand même qu'il s'agit avant tout de querelles de pouvoir, de luttes des places : c'est le traditionnel jeu du "kinomki", et non pas une bataille d'Hernani idéologique, qui a opposé Michel Jr et Van Coco, le sinistre-président wallon (de nouveau remis en selle).  Ensuite, selon une autre version, Charlie aurait plus souvent qu'à son tour sollicité un paternel coup de pouce pour calmer les furies socialisses.

Mais, surtout, le rejeton de la Rue de Naples ne quitte pas la voie tracée de concert par les socialos et les MRdistes faussement libéraux. Il suffit de s'intéresser à l'une de ses "brillantes" initiatives (qu'il laisse donc en legs à son successeur, le PS Philippe Courard) pour s'en apercevoir. Je pense au Plan Zen élaboré il y a près de deux ans. Non, il ne s'agissait pas d'initier un programme de formation à la sagesse orientale au sein des administrations gangrénées par le matérialisme dialectique - ou dialectal. Mais, plus prosaïquement, d'un énième plan de prévention de sécurité. En visitant le site de l'ancien benjamin du gouvernement wallon, nous apprenons ainsi que "d'importants moyens financiers (30 millions d'euros en 2003, soit + 30% par rapport à 2002) ont été débloqués pour améliorer la sécurité dans les quartiers." Ces importants fonds ont ainsi servi à raviver un peu de lumière dans les villes wallonnes, au nom de l'amélioration de l'éclairage public, ou de permettre sans doute à l'un ou l'autre politicien du cru de balayer devant sa porte puisque des aspirateurs de déchets urbains ainsi que des camions-balais flambants neufs ont été mis à disposition des édiles communaux.   

Je m'en voudrais d'omettre les libéralités bien peu libérales envers le monde du sport. Nous pouvons, par exemple, découvrir avec un soulagement ému que "le Ministre Charles MICHEL a (...) décidé, dans le cadre du Plan Zen, de réserver 1 841 000 euros en faveur du sport".  Plus précisément:  "En 2002, 1027 clubs sportifs ont reçu une aide, ce qui concerne potentiellement 100 000 jeunes wallons. La volonté est de pouvoir à l'avenir étendre ce dispositif au-delà des 3 sports d'équipe les plus populaires."

En tout cas, pour qui en doutait, le sport d'équipe le plus populaire en Belgenland reste la distribution de généreuses subventions et la fourniture de nouveaux fromages aux associations et élus amis.


Finalement...

Notre ministre de l'environnement n'est pas au bout de ses peines. La taxe sur les voitures plus polluantes n'a plus beaucoup de chances d'être votée, il faut dire qu'avec Schröder, les parlementaires et Bercy contre lui il était bien esseulé pour défendre son projet.
Comme tout ministre qui se respecte il doit vouloir laisser sa trace avec une taxe, aidez-le en lui envoyant vos idées :

M le Ministre de l’Ecologie et du Développement durable Serge Lepeltier

20 avenue de Ségur
75302 Paris 07 SP


Service (ultra) minimum

Ca y est, le rapport préalable à l'étude de faisabilité permettant l'ouverture du nouveau projet de conception d'une éventuelle possibilité d'adapter la situation afin d'aboutir dans les plus brefs délais et sans passer par 4 chemins et en allant droit au but pour la mise en place d'un service minimum dans les transports public au courant du 1er semestre 2004 vient d'être rendu.

Et, comme d'habitude, ce rapport est résumé sur internet avant d'arriver sur le bureau du ministre concerné (si peu) par le sujet.

Et tout ça pour dire qu'il est impossible de mettre en place un service minimum

La commission chargée de cette étude propose que soient définis des besoins essentiels pour les usagers, et que ces besoins essentiels soient remplis. A chaque région de définir et faire appliquer ces besoins essentiels (bon courage, avec le nombre de régions socialistes, ça va faire du joli !!!)

Alors, moi, j'imagine bien :

vous allez passer un portillon et un monsieur demandera
"C'est pour quoi faire ?"
Vous : "Mes besoins essentiels" et vous vous retrouverez en taule.
Ou bien vous : "Allez voir ma fiancée !"
Lui, après consultation de la liste régionale : "Dommage, ça fait pas partie des besoins essentiels, si vous alliez voir votre maman malade ou votre grand-mère qui a besoin d'un verre d'eau (en pleine canicule...), ou alors votre percepteur pour lui payer votre tiers provisionnel, ça aurait marché, mais là, ouste, demi-tour, y'en a d'autres qui attendent"

Ou alors, vous aurez une carte de "travailleur essentiel pour la nation" qui vous permettra de vous déplacer librement, ou bien une carte de rationnement.

Enfin, bref, encore des mesures rendant notre Etat préféré indispensable à l'organisation de notre vie privée.



20.7.04

Réforme

Vous aurez tous entendu ou lu la volonté du gouvernement de réformer la sécurité sociale.
 
Mais la réforme n'est pas celle que l'on croit. Il ne s'agit pas de constater la ruine, l'ineptie ni l'immoralité d'un système mais bel est bien de mettre en place un système pérenne de modification rapide des taux de prélèvement-remboursement afin de pouvoir réagir plus vite aux évolutions de conjoncture sans passer par la voie législative.
 
Nuance.



Chroniques parisiennes - 3

En ce beau mois de juillet, les statisticiens de la SNCF, se rendant compte de la faible utilisation des trains en période estivale, ont supprimé des trains. Tant mieux, ça prouve qu'ils s'adaptent à la conjoncture saisonnière.
 
Mais, les décideurs de cette noble institution ferrovière, étant moins au courant des conjonctures saisonnières, se sont amusés à laisser sur les lignes les trains les plus anciens, sans clim, avec sièges en skaï. Alors, ce matin, il commençait à faire un peu chaud, mais ce soir, avec des wagons surchauffés, (et étant donné la canicule prédite par le gouvernement), nous allons pouvoir perdre quelques kilos dans ces saunas.
 
Mais, il est vrai, nous ne sommes pas des clients, mais des usagers...


Nouveau DVD

Attention, le 17 août, sort dans les bacs français, le DVD tiré du roman culte de G. Orwell "1984"
 
Patience...


19.7.04

D'un Socialisme l'autre

Cet article confirme que la liberté en Irak, tant vantée par les warmongers n'est à entendre que comme une inepte caricature socialiste: médias contrôlés et/ou étatisés, dépenses publiques prévues en augmentation, éducation et santé sous monopole public, etc.  Sans oublier - tiens, tiens - une réglementation sévère du commerce du pétrole... 

Preuve est faite que la liberté a autant de sens dans l'esprit de Bush et des néoconservateurs que dans celle de leurs précurseurs marxistes.   


Généreux, avec l'argent des autres

Ma marraine est socialiste tendance "génération Mitterrand" et trouve "génial" que l'Etat offre gratuitement à tous tel ou tel gadget (les préservatifs, les alcootests...)

Difficile de lui faire comprendre que les seules choses gratuites sont celles offertes à titre généreux par autrui (un millionnaire faisant don, sur ses fonds propres, d'un appareil médical à un hôpital ; les bénévoles qui offrent leur temps à des associations...)

Mais l'Etat ne fait jamais rien gratuitement. Le coût est simplement indirect, déplacé du consommateur vers le contribuable.

L'apparence de la gratuité.

Par exemple, le courant vendu par EDF n'est pas très cher, parce que notamment, une partie des coûts est payée par le contribuable (retraites, frais divers, avantages fiscaux...)

Les divers gouvernements sont tellement généreux... avec VOTRE argent.

Une question: avez-vous vu beaucoup d'hommes politiques offrir réellement quelque chose sur leurs biens propres ? Sans contrepartie ?


Tout gratuit, tout le monde fonctionnaire !

Un intéressant article de Movida (avec lien vers un non moins excellent article de Bruxelles ma Ville) au sujet du nouveau gouvernement bruxellois.

On signalera simplement à Movida qu'il ne faut pas confondre l'Ilot Sacré, aimable quartier commerçant et "commune libre", et la Région Bruxelloise. Tu me dois une gueuze tich !


Sharon et la Diaspora

Le dernier dérapage de Sharon est une parfaite illustration de ses méthodes habituelles.

Remarquons tout d'abord le timing exquis de l'ex-général de Tsahal: quelques jours après le hoax du RER D et le jour-même de l'anniversaire de la rafle du Vel d'Hiv.

Le Figaro a évidemment raison de noter que Sharon punit ainsi le gouvernement français (et, par ricochet, l'Union Européenne) d'une attitude insuffisamment complaisante envers sa politique. Une accusation d'antisémitisme, rien de tel pour recadrer le débat !

Mais ce n'est pas tout. Il y a aussi la petite phrase sur la minorité musulmane de France, assimilée globalement à une horde de SA assoiffés de sang Juif. Un type aussi sensible à l'antisémitisme ferait bien de balayer devant sa porte, surtout lorsque son gouvernement est accusé de racisme par un journal a priori peu suspect de haïr les Juifs ou Israël.

Last but not least, Sharon démontre qu'il se contre-fiche des Juifs français. De quel droit en effet le premier ministre d'un état du Proche-Orient se présente-t-il comme le défenseur et donc le représentant des Juifs français, en tenant de surcroît des propos incendiaires de nature à compliquer leurs relations avec leurs compatriotes, surtout musulmans ? Je pense pour ma part que Sharon cherche à attiser le feu et serait ravi si la France subissait une nouvelle vague de délits antisémites. Car ce que craignent plus que tout Sharon et ses pareils, c'est que leur stratégie de colonisation s'écroule faute de nouveaux immigrants issus de la Diaspora.

La réaction du gouvernement français, qui tente de se défendre en vantant sa législation liberticide, est tout bonnement pitoyable. Si Chichi en avait quelque part, il aurait invité l'ambassadeur israélien (un type très bien au demeurant) à regagner Tel-Aviv jusqu'à nouvel ordre, consulter son gouvernement.

Espérons que les Français, et tout particulièrement ceux d'entre eux qui sont musulmans et/ou arabes, s'aperçoivent que l'enseignement de cet incident est qu'il n'y a pas de communauté d'intérêts entre Sharon et les Juifs français, même pro-israéliens. S'ils pouvaient déjà se pénétrer de cette idée simple, ce serait un grand pas en avant.


Racisme ordinaire - 7

Toujours au sujet de mon beauf, le Togolais. Le jour de son mariage, l'adjoint au maire (PS) chargé de la cérémonie le tutoyait (le noir) alors qu'il vouvoyait la future épouse (la blanche).


Aberration bien française - 1

Je me demande quel a été le mode opératoire nécessaire à la dernière prise de décision de notre bien aimé ministre de l'écologie : autoriser l'exécution de 4 loups.
 
Franchement, il s'agit d'un exploit sans précédent de l'efficacité étatique française.
 
Alors, demain, si vous êtes ennuyé par cette araignée qui s'est installée au milieu du mur de votre chambre, il vous faudra remplir en 3 exemplaires la demande référencée a2785-21b adressée au ministre pour pouvoir évacuer ladite bestiole. Si vous voulez pratiquer un génocide, remplissez alors le formulaire a2785-21c, adressé au ministre qui consultera ses experts et vous adressera une réponse sous 1 mois. En attendant, bonne nuit.



Musée privé

François Pinault crée un musée d'art moderne, dans lequel l'Etat ne mettra pas un seul Euro.
 
La culture peut être libérale, la preuve.


17.7.04

Vaine nostalgie

Devant la vacuité idéologique des partis libéraux belges (MR et VLD), la tentation est grande de regretter une époque où le libéralisme était mieux défendu. Mais il s'agit d'une erreur rétrospective. Les idées de liberté ont, en vérité, été rarement prônées par les politiciens se réclamant du libéralisme.  
 
Confirmation m'en a été donnée tout récemment en lisant la brochure publiée par le Centre Paul Hymans en l'honneur du truculent Roger Motz, qui aurait fêté en juillet 2004 ses cent ans. Motz présida le Parti libéral au sortir de la Seconde Guerre mondiale et, à ce titre, entreprit de refondre sa doctrine. Selon lui, il fallait rompre avec l'aspect "doctrinaire" hérité de Frère-Orban. Or ce dernier, qui fut plusieurs fois chef du gouvernement au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, fut tout sauf un libéral inflexible: il créa notamment le Crédit communal et la Caisse générale d'Epargne et de Retraites, sans oublier la Banque nationale. Autant d'intrusions dans la vie économique du pays!  
 
Près d'un siècle plus tard, Motz prétendait donc tirer un trait sur un passé libéral "dogmatique"... qui n'avait jamais vraiment pris forme. Dans la Déclaration de Bruxelles du 16 juin 1946, préambule à un manifeste commun signé par divers représentants de partis libéraux européens, R. Motz vanta ainsi l'insigne mérite du PL d'être la seule formation à avoir changé son programme depuis sa fondation, au contraire des socialistes et des chrétiens, avant de poursuivre: 
 
Ce que le public belge ne sait pas non plus - ou ignore presque totalement - c'est que la doctrine libérale a été complètement transformée et rénovée pendant les années de guerre de 1940 à 1944 par l'action politique constructive de ces deux grands penseurs et philosophes libéraux qui ont pour nom le président Franklin Roosevelt, aux Etats-Unis, et Lord Beveridge, en Grande-Bretagne. (...) Tout ce qui, au point de vue politique a été formulé d'original et de neuf au cours des dernières années est libéral; la définition des droits économiques et sociaux de l'homme est due au président Roosevelt et à ses collaborateurs immédiats; la notion de la sécurité sociale a été répandue et popularisée par Lord Beveridge; la solidarité économique et financière entre les Nations unies, telle qu'elle est organisée par les accords de Bretton Woods et le Fonds monétaire international, est due à un plan du grand économiste libéral (sic) anglais Lord Keynes.

Bref, s'égosille d'enthousiasme le père Motz, tout ce qui a été entrepris de plus socialiste, mercantilo-inflationniste et collectiviste dans les pays occidentaux le fut sous l'égide des partis "libéraux". Aujourd'hui, ce discours stato-providentialiste tient lieu d'idéologie officielle au MR. Pour citer L'Ecclésiaste: nihil novi sub sole. A noter que, tant par ignorance de l'héritage philosophique du libéralisme que par crainte de s'aliéner un électorat frileux, chaque président du parti libéral a cru bon de marteler que la sécurité sociale valait mieux que la lutte des classes, chère - selon eux - aux seuls marxistes. Motz, comme aujourd'hui la dynastie Michel, n'ont - à coup sûr - jamais pris le temps de s'intéresser aux libéraux de la Restauration... premiers théoriciens de ladite lutte (que Marx déforma plus tard).   
  
Les "libéraux" engagés en politique ont, somme toute, le plus souvent préféré le "Laissez faire l'Etat" au laissez-faire tout court.


16.7.04

Film à connotation sociale

Fan de films fantastiques, je lis énormément de revues spécialisées sur le sujet.
Et ces derniers temps, les critiques n'arrêtent pas de nous bassiner avec les films sociaux destinés à critiquer l'économie de marché et l'ultra-libéralisme. Un exemple des plus forts est le film de George Romero Dawn of the Dead, titré en France Zombie, et dont le remake L'Armée des morts, sorti sur nos écrans, fait un véritable tabac en ce moment.
Le film original présentait un groupe d'individus cloîtrés dans un supermarché, qui étaient assiégés par des zombis anthropophages (tout un programme). Le sujet était censé symboliser la bourgeoisie s'enfermant dans l'opulence, mais dont les privilèges sont supprimés lors de l'intervention de free riders qui permettent aux zombis (les pôvres prolétaires) de rentrer dans le système.
Mais, bien évidemment, pour prendre ce genre de film au deuxième degré, je vous conseille fort la prise de substances illicites.
 
Bon, maintenant, j'aimerais faire remarquer à tous ces critiques, que si Romero n'avait pas vécu dans l'enfer capitaliste, et s'il était né à Moscou ou à Pékin, il serait devenu un petit cinéaste oublié, voire, il serait allé en hôpital psychiatrique en raison de ses idées déviantes.
Juste une question à tous ces critiques, où le cinéma fantastique est-il le plus prolifique ?
 
Est-ce dans le système hyper-subventionné à la Française ? Ou bien sont-ils nés dans ce système libéral pourri et destructeur de talent qu'est le cinéma américain ?


Le Jour de la Libération Fiscale

Tes 197 jours d'esclavage annuel se terminent aujourd'hui, lecteur. A partir d'aujourd'hui, le fruit de ton travail sera tien jusqu'à la fin de l'année.
Si tu es assujetti à l'impôt sur le renvenu, c'est vraisemblablement plus. Tiens, d'ailleurs, tu devrais faire le calcul: pars de ton salaire brut, retire les charges tu arrives au salaire net, puis déduis impôt sur le revenu et TVA.

Au total, sur ces 197 jours tu auras donné:
-80 jours pour la Sécurité Sociale
-67 jours à l'Etat et aux administrations centrales
-37 jours pour les collectivités locales
-9 jours payer les intérêts de la dette
-4 jours pour l'Europe

En moyenne, les Etats européenns asservissent leur population pendant 177 jours, les pays de l'OCDE pendant 148 jours, ce qui est déjà nettement mieux.

Plus d'informations ici: Les Contribuables Associés


15.7.04

Interventionnisme

Mitterrand en personne avait fait savoir à Disneyland que la couleur prévue pour les volets de certains hôtels ne convenaient pas.
Le visuel du timbre Marianne est redessiné à chaque élection présidentielle ; ce visuel est alors validé par les plus hautes instances politiques du pays.
Le ministre de la santé nomme les chefs de services des hôpitaux publics.

Et après ce genre d'exemples (ridicules s'il en est), d'aucuns continuent à croire que la France est un pays libéral...


Politique américaine

J'ai déjà écrit sur ce blog la nécessité pour la gauche française de suivre la gauche US.

Aux USA, le keynesien est à droite (Bush - républicain) alors que l'orthodoxe est à gauche (Kerry - démocrate)

Mais ne demandez pas trop aux politiciens français.


Joyeux Anniversaire

Le 15 juillet 1914 entra dans la loi fiscale française une innovation, due aux efforts de Joseph Caillaux, éminent député socialiste. Cette innovation, c'est l'Impôt sur le Revenu. Ce qui était alors ponctionné au peuple était défini ainsi:
Cet impôt est progressif et frappe une fraction croissante des cinq tranches de revenus prévues : dans la première (de 5000 à 10000 F), le revenu imposable ne vaut que pour 1/5, dans la seconde, que pour 2/5, ceci jusqu'à la cinquième tranche qui taxe dans leur intégralité les revenus supérieurs à 25000 F. Son taux est minime : 2 %. Sur l'impôt ainsi calculé, chaque contribuable a droit à une réduction de 5 % pour une personne à charge, 10 % pour deux personnes, sans que la réduction puisse être au total supérieure à la moitié de l'impôt.


L'impôt sur le revenu perdurera trente ans environ sous cette forme: l'historique complet de ce merveilleux outil d'oppression étatique est résumé sur le site du Ministère des Finances


Sentiment national

Ouf ! C'est passé, nous sommes enfin le 15 juillet.
Hier, nous avons tous subi ces démonstrations de notre patriotisme exacerbé tendant à démontrer notre amour sans borne pour la patrie.
Défilés, feux d'artifices, bals populaires.
D'ailleurs, hier soir, pour faire plaisir à femme et enfants, j'ai participé au bal de notre commune. Qui a permis à trois fêlés, deux clochards en mal de purge hygiénique, et une camée de se défouler en public.
Et trois questions qui me viennent à l'esprit :
1 - combien coûtent toutes ces conneries (c'est pas tout ça, mais les comptes nationaux sont tous dans le rouge, il faudrait bien songer à économiser quelque part)
2 - pourquoi ne me demande t-on pas mon autorisation à utiliser mes rues et mes parkings pour ces démonstrations ?
3 - à quoi servent toutes ces bêtises sinon à planter l'arbre qui cache la forêt ? Au moins les citoyens, émerveillés par tout cela, ne pensent plus aux réformes, aux impôts (...)

Alors, en attendant, je souhaite une minute de silence pour nos amis belges, qui auront à leur tour à subir tout ça le 21 juillet.


13.7.04

Speaking of Liberty

Speaking of Liberty, dernier ouvrage de Lew Rockwell est disponible en format pdf ici. Il s'agit d'un recueil de conférences traitant aussi bien de questions strictement économiques (l'étalon-or, l'inflation, etc.) que de problèmes liés à l'interventionnisme militaire - sans oublier les hommages rendus aux deux grands économistes et philosophes politiques que furent Mises et Rothbard. Un livre copieux !

Rappelons que Rockwell préside le Mises Institute dont le site est hautement recommandable, tant pour approfondir ses connaissances sur l'économie "autrichienne" que pour s'informer sur l'évolution du libéralisme aux Etats-unis.


Chroniques parisiennes - 2

En passant, comme je l'ai décrit dans le premier épisode de cette chronique, du train à la ligne 4 de métro, je passe devant des distributeurs automatiques de tickets de trains (en face du kiosque de journaux) Eh bien, un de ces distributeurs est en panne depuis quelques semaines.

Entre-temps, un petit malin a trouvé le moyen d'écrire un graffiti sur ce distributeur perpétuellement "momentanément hors fonction"

Ce graffiti est constitué de deux mots : "Service Minimum"

Pourvu que ça dure.


12.7.04

Citation du jour : la grosse commission

"Government's handling of a difficult matter by appointing a commission ...
is just like a person going to the toilet. There is a sitting, a report, and then the matter is dropped."


C. Northcote Parkinson


Racisme ordinaire - 6 bis

Allez, pour approfondir le sujet, vous pouvez consulter quelques statistiques sur l'évolution des actes antisémites en France.


La tentation socialiste

Beaucoup de libéraux pensent que les socialistes français sont plus libéraux que la droite française.

Pourquoi cela ? Parce que non seulement ils sont plus libéraux que la droite en matière sociétale (mariage homo, radios libres...) mais en plus, ils le sont en matière économique (libéralisation des marchés financiers, privatisations...).

A ces libéraux, je tiens à lancer un pavé dans la mare :

Les socialistes français ont convenu leur attitude économiquement libérale, parce qu'ils ont assumé les promesses réalisées par les gouvernements précédents (en matière de privatisation). En clair, les socialistes ont assumé le libéralisme des gouvernements de droite précédents.

En matière sociétale, les mesures mises en place par les socialistes tendant dans la majeure partie des cas du populisme et sont teintées d'un pousse au crime anti-responsabilité individuelle.

Alors, si en militant à droite, on n'est pas sur d'obtenir des mesures libérales, à gauche, on est sûr de ne pas en obtenir.

A bon entendeur...


Racisme ordinaire - 6

Le train de la honte.
Non seulement une jeune femme a été agressée dans le RER D entre Louvres et Garges, mais en plus personne n'a bougé.
Je résume l'abomination de cette attaque antisémite :
une jeune femme de 23 ans a été brutalisée sur une durée de presque un quart d'heure (un petit test : réglez un réveil à sonner dans un quart d'heure, fermez les yeux et imaginez six fous furieux armés de couteaux, vous forcer de rester à terre à vous demander "que vont-ils me faire, et que vont-ils faire à mon bébé ? et là ! vous comprendrez peut-être en partie ce qu'a pu ressentir cette jeune femme) par six jeunes cons (comme disait Bedos, encore six jeunes blacks et beurs qui votent pour le FN)
Un quart d'heure durant, cette jeune femme a été brutalisée à l'aide de couteaux, vêtements lacérés, cheveux coupés, croix gammées dessinées sur le ventre. La poussette a été renversée, et le bébé de deux 13 mois qui y siégeait s'est retrouvé à terre, à son tour.
Pourquoi tant de violence ? Parce que la fille est née dans le 16eme, et que, là-bas, tout le monde est juif. Ajouter l'ignorance et le racisme à la bêtise.

Et le pire dans cette histoire, c'est que PERSONNE N'A REAGI !

Alors refaites le test, maintenant et imaginez cette scène qui arrive à votre fille, à votre femme ou a vous-même.

Et oui, ce post est moins polémique qu'à mon habitude. Parce qu'aujourd'hui, il ne s'agit plus d'indignation ou de révolte mais de dégoût. Dégoût d'une société qui a tellement monter les classes, les races, les groupes d'individus les uns contre les autres, qu'on en arrive à ces horreurs.

Et, en plus de cet acte immonde, certains journaux reprennent l'information en insistant sur le fait que le fait est d'autant plus immonde que la jeune fille n'est pas juive. Imaginez, les jeunes ont brutalisé une fille en croyant qu'elle était juive, alors qu'elle est innocente. Ah là là ! et certains hommes politiques qui reparlent du problème juif !


11.7.04

Domaine public ? Chasse gardée

Intégrez ce principe le plus rapidement possible : L'état français est propriétaire de tout.


9.7.04

Citizen Dassault ?

La CONCENTRATION des médias !!
Il faut la craindre et surtout être contre, sinon on risque d'être manipulé. Quand un groupe de BTP s'associe à un groupe d'armement pour prendre le contrôle rentrer dans un groupe de presse, c'est dangereux pour la liberté de la presse.
Le journal Libération fait le point pour nous expliquer pourquoi il faut s'inquiéter de ces manœuvres douteuses.

Résumons :

"la Socpresse représenterait près de 40 % de la presse écrite. Et compte aussi un grand club de foot, le FC Nantes. C'est donc le rapprochement de deux géants hexagonaux, qui dominent chacun leur secteur et créent de facto un monopole de l'information en France."

Programme de mathématique de CE1 : 100-40=60. Le fait que la Socpresse contrôle 40% de la presse écrite ne crée donc pas de facto un monopole de l'information en France. Il reste 60% de la presse écrite mais aussi l'information télévisuelle, Internet, radio, et tout ce qu'il y a derrière : discussions, débats. Nous ne sommes pas encore enfermés dans une salle avec uniquement TF1 à regarder et Le Figaro à lire.

"TF1 c'est surtout 54,7 % du marché publicitaire de la télé. Et 16 % de la pub médias en France. Plus encore que ses lecteurs, la Socpresse, c'est entre 18 et 20 % du marché publicitaire de la presse. Alliés, TF1 et la Socpresse recueilleraient 30 % des investissements publicitaires dans les médias et trusteraient le marché de la pub."

Libération peut se rassurer, 100-30 fait toujours 70% et je suis sûr que le journal arrivera à en prendre une bonne part.

"TF1 a toujours fait bon accueil aux idées de la droite, surtout quand elle est au pouvoir. (...) Avec le Figaro, la panoplie idéologique serait complète."

Maintenant que Dassault a pris le contrôle du Figaro, ce journal réputé pour son indépendance passerait donc à droite ? Malheureux lecteurs que nous sommes. Heureusement qu'il reste Libération, phare de l'objectivité.


Ce qui me fait peur à la lecture des articles de Libération, c'est que les journalistes citent exactement les raisons pour lesquelles il faut prier pour une privatisation complète et véritable des médias mais que le seul souhait de Serge July soit de légiférer : "Une logique démocratique de base consisterait à interdire à tous ceux qui vivent des contrats passés avec la puissance publique de pouvoir accéder à une telle ambition."
Non, si l'on veut une véritable liberté d'expression, de l'information plus indépendante du pouvoir il faut redéfinir clairement les droits de propriété sur les médias. C'est bien sûr inquiétant de voir la collusion permanente entre des médias et des groupes industriels directement liés au pouvoir. Mais il se trouve que l'information c'est comme l'air, c'est inépuisable. Si nous publions à plusieurs le plus beau de tous les blogs, cela n'empêche en rien d'autres personnes de prendre possession d'un bout de la toile Internet pour en publier un autre. Si Dassault contrôle plusieurs journaux, rien ne devrait empêcher quelqu'un d'autre d'en publier un. Cette abondance n'est plus limitée à la presse écrite, les nouvelles technologies permettent de multiplier les chaînes de télévision et les stations de radio.
Si Serge July était logique, il demanderait au contraire que le législateur se retire de tous les médias : Audiovisuel public compris.


Tais-toi, machine!

Nous passons notre temps, sur ce blog, à démontrer l'abjection des thèses socialistes. Dans le cadre de mes balades sur le net, je ne pensais pas tomber sur quelquechose d'aussi cynique:

"Tout industriel considère comme normal et nécessaire de prélever sur ces recettes les sommes indispensables à l'entretien de son matériel. La Sécurité sociale, dans une large mesure, représente l'entretien du capital humain du pays, qui est aussi nécessaire aux industriels que les machines. Dans la mesure où la Sécurité sociale contribue à conserver le capital humain, à développer ce capital, elle apporte à l'économie un concours que l'on ne saurait sous-estimer."
Daniel Mayer, Ministre socialiste du Travail

Toi, individu, tu es une machine. Moi, l'homme politique, je déclare que tu m'appartiens. Comme je tiens quand même à ce que ta vie se prolonge tel le maître veillant sur ses esclaves, j'oblige les employeurs à qui je loue TA force de travail, à t'entretenir, comme un four à pain.


Trop d'infirmières en France

Oh, je sens que je vais me faire bannir à tout jamais, avec un titre pareil.

Mais voilà, telle est la question : en France, y a t'il un manque ou trop d'infirmières ?

Tous les rapports publics vous répondent "il manque d'infirmières, il faut en former en engager, créer des postes, de nouveaux fonctionnaires"

Pourquoi vous dit-on cela ? Parce que les rapports étudient le parc de services existant et le manque d'infirmières dans chaque service.

Sachant que, techniquement, un service est composé d'un minimum de 6 infirmières de jour, le calcul est simple à réaliser.

Mais, quelques questions ne sont jamais posées :
- la pertinence des services : la France fourmille d'hôpitaux et de services redondants. Il est absolument indispensable de regrouper des services et de bénéficier d'économies d'échelles. Prenez Lille, avec un grand nombre d'hôpitaux (et de services redondants) dans un rayon de 20 km. Alors, pour estimer la difficulté bien française à réformer et optimiser la carte hospitalière française, renseignez-vous sur les noms des dirigeants de ces établissements (ne vous étonnez pas si il s'agit de votre maire !) On ne peut pas être juges et partie !!!

- la technologie disponible : aujourd'hui, une infirmière passe 80 % de son temps de travail en tâches administratives, la plupart du temps sur des dossiers papier. Cette durée pourrait diminuer de 70 à 80 % en utilisant des technologies appropriées. Ceci permettant de libérer du temps pour s'occuper réellement du patient.

- les tâches allouées aux infirmières et au personnel soignant : avant de recruter des infirmières, il serait nécessaire de redéfinir les responsabilités de chacun. Aujourd'hui, lorsqu'un patient doit changer de service, le médecin doit se charger de trouver un lit disponible dans un autre service voire un autre hôpital. Lorsqu'un patient décède, l'infirmière présente doit s'occuper de la convention obsèques (ce qui peut lui prendre la journée de travail pour un patient) Alors, pourquoi ne pas plutôt déléguer toutes ces tâches de secrétariat à des secrétaires ? Parce qu'on peut également demander au personnel soignant de gérer les RH, la comptabilité, faire le nettoyage...


Donc, avant d'embaucher de nouvelles infirmières, il faudrait
- redessiner la carte des hôpitaux
- acheter quelques ordinateurs
- embaucher quelques secrétaires

Le système de soin public serait beaucoup plus efficace, de meilleure qualité et beaucoup moins coûteux. Mais, évidemment, ces mesures rendrait l'Etat de moins en moins utile. Peut-être est-ce pour cela que ces réformes ne sont d'ailleurs pas appliquées !!!


8.7.04

"Je libère d'une main; je contrôle de l'autre"

Depuis le 1er juillet, le prix du pain a enfin été libéré en Belgique. En effet, nos gouvernements successifs continuaient jusqu'à cette date de perpétuer l'antique tradition dirigiste du contrôle gouvernemental de cet article, héritée de la guerre 40-45. Toujours cette idée que, sans intervention de l'Etat, les pauvres citoyens crèveraient de faim sur les trottoirs tant l'appât du gain des commerçants est mortifère. Notons, entre parenthèses, que plusieurs activités subissent encore cette contrainte anti-économique.

Mais voilà, pour différentes raisons, dont la pesanteur fiscale n'est sans doute pas la moindre, plusieurs boulangers ont, depuis cette tardive libéralisation, augmenté leurs prix. Horreur ! La disette, complotée par ces vils exploiteurs mercantiles, hurle déjà dans le lointain. Guidée par le sens de l'intérêt général, Fientje Moerman - ci-devant ministre de l'Economie - a décidé de saisir le Conseil de la concurrence, afin que celui-ci vérifie s'il n'y a pas eu entente entre les boulangers ayant pratiqué cette opération. Le cas échéant, les "coupables" devront payer une solide amende pouvant aller jusqu'à 10% de leur CA.

D'abord, notons qu'il est assez curieux que certaines ententes apparaissent, aux yeux des hommes de l'Etat, pires que d'autres. Lorsqu'il s'agit de conclure un accord plus ou moins occulte entre présidents de partis pour évincer un adversaire ou pour échanger des postes plus ou moins prestigieux, tout cela sur le dos du contribuable, cela démontrerait un grand sens de la probité. En revanche, il faudrait criminaliser des entrepreneurs et commerçants qui décident, éventuellement, de fixer des prix. Point de méprise: loin de moi l'idée de défendre cette dernière pratique. Mais tant qu'ils n'empêchent personne de leur faire concurrence, où est le mal? J'irai plus loin, ce type de cartel est, de toute façon, voué à ne pas durer... sauf si les hommes de l'Etat trouvent quelque intérêt à le préserver en fermant le marché.

En conclusion, ne tuons pas la concurrence au nom d' une fausse conception de la concurrence.


Chroniques parisiennes - 1

Comme beaucoup de monde, je suis un de ces usagers anonymes des transports publics parisiens. Habitant en banlieue, j'ai la chance de dépendre de la SNCF et de la RATP.
Alors, chaque jour, je goûte la joie d'utiliser ces outils de déplacement qui sont, pour nos élites, des modèles à suivre et des exemples face à ces répugnants transports en commun privés.
Voilà donc le propos de ce post (marqué du n° 1 car, comme je l'imagine, ce ne sera que le premier d'une longue série) Chaque fois que cet outil peinera à être ce modèle tant décrit et que j'en serai témoin, je témoignerai ici.
Alors, voilà, comme tous les matins en ce moment, j'arrive gare du Nord par le train de banlieue. Je tire d'ailleurs mon chapeau à la SNCF, parce que les trains, en cours de rénovation, sont plus confortables, proposent des zones "vélo" et ainsi de suite.
Je me dirige donc vers la ligne 4, descend grâce à l'escalator et passe le tourniquet après avoir présenté mon badge. Je passe dire un petit bonjour au marchand de journaux qui fait face à ces tourniquets (un charmant noir, très sympathique) Et là, je me dirige vers "mon" métro. Pour accéder à cette ligne, il faut prendre un petit couloir qui passe en dessous. Ce couloir est accessible par escalier (pour descendre) et par escalator (pour remonter).
Alors, si vous voulez tester mon parcours, vous verrez que l'escalator est en panne depuis 1 semaine. Pour moi, ce n'est pas gênant (jeune, beau et sportif, je ne souffre pas de monter un escalier) Mais toute personne ayant des difficultés pour marcher sont à plaindre. De même, un escalator peut tomber en panne, mais il ne peut pas rester bloquer une semaine.

Et après, en prenant le métro, je me rends compte qu'il y fait plus de 30 degrés. Vivement la canicule.


Méthode d'analyse et 35 heures

L'Ecole Autrichienne a développé un principe d'analyse basé sur une vision qualitative et non quantitative de l'économie et des phénomènes sociaux.
Je m'explique. Les penseurs "autrichiens" estiment que l'étude quantitative d'un phénomène se fait a posteriori (une fois le phénomène réalisé et les données quantitatives connues) mais qu'il est impossible de prévoir a priori l'impact quantitatif d'une mesure. Par contre, il est tout à fait possible de décrire a priori les mécanismes qui joueront à la suite de ce phénomène.

Par exemple. Lorsque un produit est lancé sur le marché, on peut dire qu'il va suivre le principe d'offre et de demande (plus le produit sera cher et moins il y aura d'acheteurs. Mais il est impossible de dire a priori qu'en augmentant le prix de 10 %, la demande diminuera de 2 %. Seul l'acte d'achat compte dans cet exemple.

En suivant ce principe, il est impossible de dire aujourd'hui, comme le prétendent certains instituts économiques bien peu recommandables, que la mesure des 35 heures ont créé 700.000 emplois. Pourquoi ? me direz-vous, la mesure fait partie du passé, elle est donc quantifiable a posteriori ! Mais, vous répondrais-je, bien sûr, l'impact de cette mesure en elle-même est quantifiable, mais n'est pas quantifiable l'impact sur l'économie du statu quo ni celle de la libération du marché du travail. Il est donc impossible de dire que les 35 heures ont créé plus d'emplois que ces autres politiques.

En conclusion, je dirai qu'heureusement pour les promoteurs de cette politiques, les libéraux "autrichiens" ne croient donc pas aux sondages (l'expression d'une pseudo-opinion recalculée en fonction de modèles économétriques) mais aux actes individuels (pour votre culture, l'étude des actes individuels s'appelle la praxéologie) Parce que, sinon, nous aurions beau jeu de claironner que les Français veulent à 66 % une réforme de la loi des 35 heures, mais surtout à 90 % qu'on les laisse choisir leur temps de travail.


7.7.04

Chanson

Allez, je vous conseille d'écouter une superbe chanson de Noa. La complainte d'une jeune fille mariée contre son gré à un homme qu'elle n'aime pas.


Yuma

Lyrics & music: Traditional Yemenite
English lyrics: Achinoam Nini (Noa)


Oh father, mother
Don't make me marry him for money
I love another
Whose eyes are kind and lips are honey

The cattle grazing fields are free
So why enbondage me
Your cows and oxen can be sold
Do not enslave my soul

Oh father, mother
Your nights are stormed
With rain and thunder
Oh father, mother
Your nights are stormed
With rain and thunder

The water gushing from the sky
Is teardrops from my eyes
The thunder tearing skies apart
The Beating of my heart


Juste pour le plaisir.


Un revers pour le nationalisme sanitaire

Les Belges se souviennent peut-être qu'après la révélations des décès survenus en France pendant la canicule, nos élites politiques avaient assuré qu'il ne s'était rien passé de semblable dans notre beau pays. Pensez donc, nous bénéficions du meilleur système de santé au monde ! C'est d'ailleurs la même chanson que serinent les politocards de France, de Grande-Bretagne, de Suède, du Japon ou des Etats-unis - alors que tous ces systèmes n'en forment qu'un: un carcan collectivo-étatiste.

Forts de leur gloriole patriotarde, nos maîtres, usant du principe de précaution, préférèrent éviter de divulguer les chiffres de la mortalité estivale avant l'issue des élections.

La mousson électoraliste s'étant quelque peu dissipée, l'heure est enfin venue de savoir le fin fond de l'histoire: en juin est parue une étude destinée à l'Institut scientifique de Santé publique qui révèle qu'il se produisit, durant l'été 2003, entre 1258 et 1297 décès au-dessus de la moyenne.

Gageons que les édiles ne manqueront pas d'imputer cette surmortalité au soi-disant réchauffement climatique qui n'est en vérité qu'un argument... réchauffé de plus. Mais l'Etat n'a-t-il pas vocation, notamment à travers son système de santé socialiste, à refroidir ses administrés? Histoire, probablement, de diminuer le déficit de la Sécu et des caisses de retraites.


Appauvrissement

Entendu sur BFM ce matin : l'Europe est un continent dont le pouvoir d'achat diminue chaque année.
En effet, contrairement aux pays laissant le capitalisme et la libre entreprise agir, l'Europe a toujours cherché à museler la bête. On n'attache pas un étalon des plaines, sinon il meurt.
La vieille Europe veut que l'économie soit subordonnée au politique, et maintenant les citoyens le paient.

Ne vous inquiétez pas, dans 10 ans, les USA nous fourniront une assistance sanitaire...


Le parti unique de la guerre

Il était déjà notoire que Kerry avait soutenu l'invasion de l'armée américaine en Irak - et qu'il continue de défendre une présence militaire sur place. Il en va de même de son colistier: John Edwards. Ces deux démocrates étatistes n'ignorent sans doute pas que la guerre est la santé de l'Etat.

Démocrates et Républicains: ou l'accouplement de l'âne et de l'éléphant, unis dans la même dévotion envers le Welfare-Warfare State - au nom sans doute de la soi-disant "fin des idéologies".


6.7.04

Et nous alors ?

L'OCDE a décidément de mauvaises idées, elle demande à la Pologne "de limiter les "droits excessifs des locataires" qui limitent "la mobilité de la main-d'œuvre" et de revenir sur le projet de repousser de 2005 à 2008 la libération des loyers. Il faudrait commencer "immédiatement", disent les experts"

Non content de ne pas suivre le modèle du pays que tout le monde envie, la Pologne devrait aussi "[accélérer] des privatisations et la cession par l'Etat de toutes ses participations dans des entreprises publiques "pour éviter de perpétuer une structure de propriété dominée par l'Etat et par les intérêts de dirigeants nommés en fonction de critères politiques"."

L'Europe est un formidable labo, la Pologne va dans un sens, la France dans l'autre. On regarde les résultats dans quelques temps.


Panique franco-française

Ca doit jaser dans les ministères, on parle de payer les fonctionnaires au mérite.
Mais, quel mérite, celui de faire suer l'usager ?
Aujourd'hui, une "usagère" des postes est partie (après une demi-heure d'attente due à une discussion sans fin entre deux collègues derrière le guichet) en criant "marre de ce pays de fonctionnaires"
Et la réponse de nos méritants fut de huer la personne et de lui dire que si elle n'était pas contente, elle pouvait aller voir ailleurs.
Dont acte.


5.7.04

Mal bouffe

Afin de montrer les méfaits de la malbouffe imposée par les multinationales, une étude anti-capitalismo-scientifique réalisée contre McDo par Morgan Spurlock sort sur les écrans.
Pour faire la preuve de son propos (les industriels de la bouffe sont des salauds capitalistes et foutent en l'air la santé des con-sommateurs pour augmenter leurs profits), le réalisateur fait une expérience extrême : manger matin, midi et soir au McDo. Et il prend, au cours du tournage, beaucoup de poids. Preuve est faite : le McDo (donc le capitalisme) nuit à la santé.
Mais, bon, même en mangeant de la bonne bouffe, ingurgiter 6.000 k.calories par jour, ça pousse à prendre du poids.
Alors, la corrélation positive suivante a été faite : plus il y a de McDo dans un pays et plus il y a d'obèses. Je rappelle également qu'une étude montre une corrélation positive entre l’obésité et le nombre de personnes portant une chemise blanche. Alors, faut-il limiter le port de la chemise blanche ? Non, cela parait ridicule.
Donc, le réalisateur cherchant à faire la preuve de ses propos en exagérant volontiers ses actions, je lui propose les démonstrations suivantes :
- faire le tour des organismes financiers pour faire de multiples emprunts, être interdit bancaire ; il prouvera la supercherie du système financier,
- se tirer une balle dans la tête, il montrera à tous le danger de la possession des armes à feu

Sur ce, bon appétit, moi, je vais manger au McDo.


Capitalisme contre dirigisme

Qu'est-ce qu'une entreprise de merde?

C'est une entreprise qui traite mal ses salariés, qui ne rémunère pas son actionnaire mais le sollicite constamment pour injecter des fonds, qui ne respecte le client que depuis très peu de temps, etc. Tous ces défauts sont présents malgré une situation de monopole absolu, pour ce qui concerne le cas emblématique de la SNCF:
A la SNCF, vendredi, les syndicats devront donner leur réponse sur les propositions salariales faites par la direction, soit une augmentation générale des salaires de l'ordre de 1,5 % pour 2004 et des mesures revalorisant les bas salaires. Les principales fédérations syndicales, dont la CGT, se sont déjà déclarées pessimistes sur l'éventualité de la signature d'un accord.


Qu'est-ce qu'une bonne entreprise?

Eh bien c'est le contraire de la SNCF. Ses deux caractéristiques principales sont: le respect de ses clients, et le respect de ses employés et collaborateurs. Il s'agit par exemple de SouthWest Airlines:
Le Personnel Navigant Commercial de SouthWest Airlines verra son salaire augmenter de 31% en moyenne d'ici 2008, selon un accord qui doit être signé entre personnel et direction. Outre cette mesure, il est prévu de favoriser la retraite à 55 ans, les stocks options et de faire passer de 17 à 14 le nombre d'années de travail nécessaires pour toucher le salaire le plus élevé...


Oui, vous avez bien lu. Je rappelle que, depuis les attentats du 11 septembre 2001, le secteur aérien est complètement déstabilisé, les faillites ont été nombreuses, et de nombreux très gros fleurons de cette industrie ont été proches de la disparition complète. L'environnement est difficile. A l'inverse, la SNCF est protégée dans une bulle depuis sa création.
Ah oui, SouthWest Airlines est une des rares compagnies aériennes à être redevenue rentable depuis le coup de grisou du 11/09, elle pourra vraisemblablement bientôt rémunérer à nouveau ses actionnaires.

Capitalisme contre dirigisme, liberté contre esclavagisme, à toi de choisir, lecteur.


Tueur en série

Certains esprits bien intentionnés (traduction française d'anti-américains) ont développé une thèse disant que les tueurs en série sont un développement normal du système libéral et protestant américain (société puritaine, violence...)
Les faits détrompent ces gens-là.
Hélas !
Etant père de famille, je trouve les affaires de ce type qui se multiplient en ce moment, délirantes.
Personnellement, si on touche à mes enfants, on est mort. Je ne sais encore comment, mais ce serait un fait. Je vengerais ma famille.
Hier les politiques, aujourd'hui les magistrats rouges sont responsables mais pas coupables. Relâcher des ordures dans la nature et s'étonner qu'ils recommencent.
Longue vie au système judiciaire public français. Un système qui prend plus de gants avec les coupables (mais, ne sont-ce pas les victimes de la société capitaliste ?) qu'avec les victimes...


Cumul syndical

On accuse les patrons capitalistes, à juste titre et notamment en France, de cumuler les postes de pouvoir dans les grandes entreprises, publiques, para-publiques, ou proches de l'Etat car dépendantes de ses commandes ou de ses décrets.
Ces travers sont dénoncés dans la presse à scandale des bobos gauchistes: un nombre trop restreint de personnes en France dispose d'un nombre colossal de postes de pouvoirs, dans tous les secteurs industriels.

On sait aussi que le monde politique est régulièrement déchiré par ces fameuses histoires de cumul des mandats, l'exemple de Nicolas "Iznogoud" Sarkozy est de ce point de vue emblématique: ses amis ne veulent d'ailleurs pas qu'il cumule un ministère d'Etat et la présidence de l'UMP.

Ce que l'on sait moins, c'est que l'on observe la même chose dans le monde syndical, mais que les informations sont nettement moins accessibles. Ci-dessous quelques informations provenant de SOS Action Santé:

Le saviez-vous ?

Depuis un mois, la coordination et surtout la CGT du Spectacle, dont le patron Jean Voirin est omniprésent depuis le début du conflit des intermittents.
Aussi puissante qu’autrefois la Fédération CGT du Livre ou celle des dockers, la CGT-Spectacle, avec plus de dix mille adhérents, est majoritaire dans toutes les catégories des quelque cent vingt mille intermittents.
Jean Voirin contrôle, à travers elle, une multitude d’organismes paritaires, qui gèrent des fonds de centaines de milliers d’euros destinés à la retraite complémentaire, à la protection et à l’action sociales, et à la formation.
N’oublions pas que la CGT participa, à la Libération, à la mise en place du Centre national de la cinématographie (CNC) et à la création du Festival du film de Cannes en 1947 !
Statutairement, le vice-président et quatre administrateurs du Fonds de soutien au théâtre privé sont membres de la CGT spectacle.
La CGT détient également quatre sièges au Centre national de la chanson, des variétés et du jazz qui reçoit plus de 10 millions d’euros de taxes parafiscales ; quatre sièges au Centre national des arts du cirque de Châlons.
Elle est majoritaire dans les caisses de retraite Capricas et Carcicas et dans la caisse de prévoyance de l’industrie cinématographique, des activités du spectacle et de l’audiovisuel, l’Ipicas. Jean Voirin est aussi président de l’Afdas, organisme paritaire chargé de gérer les dispositifs de formation professionnelle du secteur, qui a distribué 107 millions d’euros pour la seule année 2002.
On doit à la CGT-Spectacle les grèves à répétition à l’Opéra national de Paris. C’est elle la grande responsable de l’annulation des festivals de l’été dernier.
Au-delà du gâchis artistique, des fortunes ont été englouties en pure perte. Le festival des Francofolies de La Rochelle, par exemple, vit essentiellement de sa billetterie. Il lui manque 920 000 euros de recettes et la Ville a perdu 14 millions d’euros de retombées économiques. A Aix-en-Provence, le festival a subi 5 millions d’euros de pertes (il a fallu rembourser quelque 50 000 billets) et le manque à gagner pour l’économie locale est estimé à 7 millions d’euros.
Avignon affiche une perte de 2 millions d’euros et a remboursé 74 000 billets. L’Etat, lui, a perdu 7 millions d’euros de subventions parties en fumée…
C’est la luuuuuuuuuuutteeeeeee finale…..


A quand une étude comparable à celles du DAFSA, mais pour les syndicalistes?

Peut-être qu'une bonne âme, une âme libre, pourra s'atteler à cette tâche, afin que nous débusquions ensemble les cumulards du syndicalisme d'Etat.


Pologne : boom des universités privées

Excellent article de Aurel sur son blog Le Petit Libéral, au sujet de la création de nombreuses universités en Pologne, depuis le départ de l'hydre communiste de ce pays: depuis, elle a trouvé refuge chez nous!

A lire d'urgence!


4.7.04

Finale de la coupe d'Europe

Contrairement aux bruits malsains colportés par certaines mauvaises langues, les grecs sont impénétrables.


Interlude artistique

Toi qui en a marre de la politique, de tout ces libertariens rouspéteurs, je te propose un petite balade esthétique du côté du site internet du jeune artiste Yannick dans son exposition virtuelle. Sculpture, dessins, croquis, il a de nombreuses cordes à son arc.

Bonne visite!


3.7.04

1984, 30 ans après

Non, rassure-toi, ami lecteur, tu ne viens pas d'être aspiré dans une faille spatio-temporelle. Je tiens seulement à saluer la réédition d'un disque mythique, lointainement inspiré de l'oeuvre d'Orwell: Diamond Dogs de David Bowie.

Ce disque constitue une charnière musicale entre la période glam et le tournant soul du chanteur britannique. Mais il est surtout marqué par l'influence conjointe de l'écriture-collage de William Burroughs et de l'univers dystopique décrit par Orwell, comme en témoignent le funky-shaftien "1984", l'inquiétant "Big Brother" et le glaçant autant qu'insolite "Chant of the Ever Circling skeletal Family" qui clôt l'album.

L'intérêt de cette réédition est, en particulier, d'offrir sur un second CD des morceaux presque inédits (presque, car certains figuraient sur des rééditions antérieures), dont je retiendrai l'étonnante première mouture de "1984", sorte de funk atmosphérique enchaîné à un autre titre, "Dodo". Sans oublier une version rare de "Rebel Rebel"... agrémentée d'un air de flamenco !

Il ne s'agit pas à proprement parler d'un pensum politique, et heureusement ! Mais l'interpétation de Bowie (tantôt chaude et électrique, tantôt quasi désincarnée), l'ambiance créée par les martèlements du piano de Mike Garson, les cordes obsédantes, concourent à insinuer chez l'auditeur une salutaire méfiance envers toute tentation totalitaire - celle qui finit par emporter l'anti-héros de cet album, Halloween Jack.

Beware the savage jaw of 1984 !


Question historique

Quel homme politique belge a lancé la calamiteuse idée de faire payer des droits de succession? Je vous aide: il en a fait la proposition en 1848 - le prétexte étant, déjà, de renflouer les caisses de l'Etat face à la crise.

Le gagnant recevra toute mon estime !


Pas d'accord avec K. De Coster!

Généralement, je partage les vues de la plupart des contributeurs de lewrockwell.com, le célèbre site libertarien américain. Mais, pour une fois, je désapprouve fermement ce que j'y lis.

Sur le blog Rockwell, Karen De Coster exprime un avis qui dénote une vraie méconnaissance de la réalité politique belge. En effet, dans un post consacré à la montée du Vlaams Blok, elle parle de ce parti comme de son mouvement sécessionniste favori! Autant je la rejoins pour critiquer la stratégie particratique du cordon sanitaire, autant je suis déçu de voir une libertarienne oublier que le VB est imprégné de thèmes racistes, voire carrément fascisants.



2.7.04

Qui me défend de me défendre ?


Citations marxistes

J'en ai assez d'entendre des intellectuels français répetter que le marxisme est un système fondamentalement bon mais détourné de ses fondements par les politiciens l'ayant appliqué à tort et à travers.

Alors, voici quelques citations remettant en place le système CRIMINOGENE qu'est le marxisme :

Neue Rheinische Zeitung, revue dirigée par le grand Karl Marx lui-même :
- 1849 : Engels appelle à l'extermination des Hongrois et de faire disparaître les Serbes, Slaves puis les Basques, les Bretons et les Ecossais.
- 15-16 février 1849, Engels écrit :
"En dehors des Polonais, des Russes et peut-être des Slaves de Turquie, aucune nation slave n'a d'avenir car il manque à tous les autres slaves les bases historiques, géographiques, politiques et industrielles qui sont nécessaires à l'indépendance et à la capacité d'exister. Des nations qui n'ont jamais eu leur propre histoire, qui ont à peine atteint le degré le plus bas de la civilisation, ne sont pas capables de vie et ne peuvent jamais atteindre la moindre indépendance" Engels, défini l'"infériorité" Slave comme étant due aux données historiques dont l'amélioration est rendue impossible par le facteur racial.

Révolution et contre-révolution en Allemagne - Karl Marx 1852 : "Comment se débarrasser de ces peuplades moribondes, les Bohémiens, les Corinthiens, les Dalmates,etc"

Lettre de Engels à W. Borgius (1894) : "Pour nous, les conditions économiques déterminent tous les phénomènes historiques, mais la race elle-même est une donnée économique..."

The Listener (périodique) - Bernard Shaw 1933 : Souhaitant accélérer l'épuration des ennemis du socialisme : il faut "découvrir un gaz humanitaire qui cause une mort instantanée et sans douleur, en somme un gaz policé - mortel évidemment - mais humain, dénué de cruauté" Finalement, il aurait du toucher des droit de propriété industrielle sur la mise en place des chambres à gaz !!!

Sur la Question Juive - Karl Marx 1843 : "Quel est le fond profane du judaïsme ? Le besoin pratique, la cupidité. Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu ? L'argent" et le communisme est "l'organisation de la société qui ferait disparaître les conditions du trafic et aurait rendu le juif impossible"

La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky - Lénine : "L'Etat est aux mains de la classe dominante, une machine destinée à écraser la résistance de ses adversaires de classe. Sur ce point, la dictature du prolétariat ne se distingue en rien, quant au fiond, de la dictature de toute autre classe" et "La dictature est un pouvoir qui s'appuie directement sur la violence et n'est lié par aucune loi. La dictature révolutionnaire du prolétariat est un pouvoir conquis et maintenu par la violence, que le prolétariat exerce sur la bourgeoisie, pouvoir qui n'est lié par aucune loi"

Et maintenant qui est capable d'affirmer que le marxisme est un système humaniste ?


Logique administrative

J'ai perdu mes papiers de voiture (ça arrive à tout le monde, la preuve)
Donc, je vais demander un duplicata à la préfecture (ou la sous-préfecture) dont dépend mon domicile.
Et là, oh miracle : il y a une sous-préfecture dans mon département à 2 km de chez moi.
Et bien, le miracle passe bien vite, car j'ai beau habiter à côté de ce bâtiment, être dans le même département, et bien je dois aller à l'autre bout de mon département (faire 45 km) pour faire refaire ces papiers dans un service ouvert de 9 h 00 à 16 h 00.
Et après on nous donne des leçons d'écologie !


1.7.04

Racisme ordinaire - 5

Etant consultant, j'ai encadré une équipe de 9 personnes pour les besoins d'une mission.
Bien sur, cette équipe m'était imposée. 7 hommes, deux femmes.
Parmi les hommes, un noir et un beur.
Et un consultant de me demandé : "que'est-ce t'as fait, t'es puni ou quoi ?"
Moi : "Pourquoi ?"
Lui : "Et bien, on te refile un black et un arabe dans ton équipe..."

Pour la petite histoire, j'ai demandé au beur de gérer un pan entier du projet (ce qui le faisait encadrer une des deux dames) et au "black" de me seconder (me remplacer en mon absence et reprendre le projet quand j'ai quitté la mission) Question de compétences, pas de couleur de peau.


Des nouvelles d'Arsène

Mon ami Arsène vient de m'envoyer cette touchante missive :


"monsieur l'empereur constantin,

voilà bientôt un an que je vous lis sans oser m'adresser à votre grandeur. je sors enfin de ma réserve parce que l'état ne fait rien que m'embêter. je subi les pires humiliations depuis que j'ai ouvert ma petite brasserie. je pensais pouvoir faire face au méchant léviathan et à ses sbires mais j'ai reçu hier la visite de la gestapo de la bière.....la terrible division des douanes et accises! le récit des sévices qu'is ont fait subir à votre serviteur vous ferait pâlir. j'implore votre protection. envoyez vos légions détruire leur arrogante forteresse et je m'engage à vous abreuver de murphy's red jusqu'à la fin de votre règne.

votre dévoué serviteur,

Arsène"



Mon cher Arsène,

Il m'est hélas impossible d'envoyer mon armée privée ("Constantin Security Inc.") gérée par une société installée aux Iles Cayman (dépendant elle-même d'une holding panaméenne) pour détruire l'administration des douanes et accises, l'exemple irakien nous ayant montré à quel point il est difficile de se concilier les grâces d'une population que l'on vient de libérer d'un joug sanguinaire. Je vous engage par contre à nous faire parvenir le récit des humiliations que vous avez subies afin que tous nos lecteurs puissent comprendre l'ignominie du mal-nommé "Service Public Fédéral Finances". Il est du devoir de chacun en ces heures où le socialisme s'abat sur le pays comme la vérole sur le bas-clergé de faire prendre conscience à nos concitoyens du caractère malfaisant et oppresseur de cet Etat-Providence qu'ils appellent de leurs voeux.