30.6.04

Message d'espoir

Mon lycée était privé et catholique de droite, de ce fait j'ai pu éviter la propagande marxiste de l'EN. A la place j'ai eu un prof d'histoire-géo keynésien : "Au lieu de donner des allocations aux chômeurs, on pourrait les utiliser pour reconstruire des routes ou creuser des trous, au moins ça ferait revenir la croissance", ou encore "si on payait beaucoup plus cher nos élus, on éviterait la corruption", en terminale il a été remplacé par une nostalgique de l'ambiance soviétique "la vie en Allemagne de l'Est était dure mais il y avait plus de solidarité, quand les ouvriers avaient fini leur travail ils se retrouvaient au café, aujourd'hui c'est fini."

De temps en temps je vois à la télévision d'Etat des reportages sur la vie après le communisme. Un vieux parle de sa vie : "Avant, j'avais une retraite de 1200€, aujourd'hui avec le capitalisme je n'ai plus droit qu'à 900€, la vie est plus dure". A chaque fois je prie pour qu'il ajoute "Bon, y avait les goulags, mais au moins j'avais plus d'argent."

A toutes ces personnes et aux autres nostalgiques de l'étoile rouge je dis n'ayez pas peur, ce temps reviendra. D'ailleurs, il arrive très bientôt.

Notre ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale a décidé de redonner un coup de chaud à la machine avec son plan national de cohésion sociale.

Il faut tout d'abord noter qu'il s'étend après la fin logique de son mandat. Au cas où, on a jamais assez de patates chaudes à refiler au gouvernement suivant.

Je ne vais pas reprendre dans les détails, Le Monde le fait très bien pour moi. Globalement on peut en retenir que les chômeurs seront mieux surveillés, avec un seul dossier pour suivre leur parcours.
Les entreprises de plus de 100 personnes peuvent se réjouir, on leur a concocté un plan : "Un objectif de 2 % d'apprentis est assigné aux entreprises de plus de 100 personnes."
Bien sûr le DAL n'est pas oublié puisque après avoir bloqué le marché du logement, l'état va le relancer avec la construction de 500 000 logements sociaux. Mais comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les logements privés seront aussi contrôlés, réquisitionnés. Les promoteurs immobiliers ? Boulot inutile, l'état est là.

Enfin, pour placer quelques amis sans emplois une nouvelle Haute Autorité sera créée en 2005, son nom ? La Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité, je salive déjà en pensant à son action.


Tout un festival

Allez, pour parler culture et vous changer les idées, voici le programme des festivals de l'été.
En espérant que les inter-mi-temps ne s'y mettent pas dans la désorganisation de festivals (et zut, je m'étais promis de ne pas parler politique sur ce post...)


Ardoise ministérielle

L'Etat donne des leçons de bonne conduite à tous : faites ci, ne faites pas ça.

Les entreprises doivent traiter leurs salariés humainement, doivent payer leurs fournisseurs correctement, ...

Mais, voilà, la théorie du "faites ce que je dis, pas ce que je fais" est mise en oeuvre chaque jour. Par exemple, le ministère de l'Edukacion Nationâle est incapable de connaître le nombre de personnes travaillant pour lui (bel exemple d'humanisme) Et les ministres laissent des ardoises un peu partout.

Et après ça, il faut défendre nos fleurons nationaux en difficulté !


Cours de Novlangue appliquée

Et voilà que le gouvernement français pratique sa discipline préférée : la novlangue appliquée.
Après une annonce de diminution des effectifs fonctionnaires, tout un chacun parlerait d'augmentation des effectifs.
Pour continuer dans l'humour à froid, nos gentils gouvernants utilisent même le terme de "objectif de performance" !
L'Etat et moi, c'est comme les rillettes, nous n'avons pas les mêmes valeurs.


29.6.04

L'Etat: une grande famille

Voilà que le gouvernement Raffarin, jamais en retard d'une nouvelle entourloupette keynéso-socialiste, ni avare de trouvailles stato-providentialistes, a décidé de "favoriser l'autonomie des adolescents". Comment? En volant (au moins) 5 millions par an pendant 5 ans aux contribuables pour bâtir des "maisons des adolescents" !

Mais ce n'est pas tout:

Outre ces "maisons des adolescents", il est notamment prévu de "fortement conseiller" une consultation médicale "approfondie" en classe de cinquième pour "identifier les pathologies émergentes à risque". La mesure coûterait une quinzaine de millions d'euros par an, a précisé le ministère.

Ce bilan de santé destiné à quelque 740.000 adolescents de 12-13 ans, alors que le suivi médical obligatoire s'arrête à 6-7 ans dans les établissements scolaires, sera toutefois effectué par des médecins libéraux et non au sein des collèges. Il fera l'objet d'une information aux médecins scolaires.



L'Etat thérapeute, décrit et décrié par le psychiatre Thomas Szasz: nous y sommes !

Et un peu de pompe républicaine-laïque-zet-indivisible à présent:

Pour "redonner du sens et de la valeur à l'acquisition des droits civiques et politiques", il est proposé que la remise de la carte électorale, à 18 ans, fasse l'objet d'une "cérémonie", lors d'un conseil municipal par exemple.



Et comme si cela ne suffisait pas: la Mobilisation totale des familles:

Parmi les autres mesures figurent un "week-end du sport en famille" en octobre et une initiation au secourisme de 75 minutes, lors de la Journée d'appel de préparation à la défense.


L'UMP= Union des menteurs pétainistes?


Marges arrières

Juste une question :

Qui a relevé les prix des produits de marques dans les grandes surfaces il y a trois semaines ?

Parce que, aujourd'hui les mêmes produits coûtent 3 % de plus...

Il faut bien préparer la mise en application de l'accord avec Sorkozy !


Une nouvelle étape

Entendu ce matin sur RMC Info, des grévistes euh, pardon, des syndicalistes réclament une distribution de l'électricité en fonction des besoins et non pas des revenus.

A quand la présentation de la fiche de paye pour acheter sa baguette (qui coûtera entre 5 centimes et 87,23 euros)

Je rêve, on est en plein "petit manuel du marxisme en 10 leçons"


28.6.04

Info portée par un vent favorable en provenance du MR

Maintenant que Sa Divinité Impériale Elio Di Rupo a choisi de remplacer le Kubla par des Kubénis, le MR s'interroge sur son avenir.
Lors d'une des dernières réunions de crise, "certains"ont osé dire qu'il faudrait revoir le programme pour redevenir plus attractif. Le "certain" pensait, bien sûr, à renforcer l'idéologie libérale d'une formation où le culte du chef a remplacé la réflexion. Mais, avant d'avoir pu approfondir sa pensée, Serge Kubla, le grand prophète du keynésianisme sportivo-aéroportuaire wallon, s'est exclamé : "Quoi ? Qu'est-ce qu'il a notre programme ? Il est exactement identique à celui des socialistes !"
Le plus horrible, c'est qu'il parait que ça n'a même pas jeté un froid...
Mais, bien sûr, l'analyse officielle de l'échec des élections n'est pas celle-là. Louis Michel a trouvé l'explication et le responsable. Tenez-vous bien, il s'agirait de rien moins que Alain Destexhe parce qu'il a donné une mauvaise image du parti avant les élections...
Et j'imagine que le responsable de son obésité, c'est son nombril qui veut toujours aller plus vite que son cul !


Surcharge pondérale

L'Etat français a trouvé la solution au "problème de l'enseignement privé"
Pour supprimer toute concurrence à ce formidable enseignement public, il suffit de titiller un peu les syndicats, que ceux-ci appellent à la grève, que les parents d'élèves en aient assez.
Comme cela, même les parents les plus irréductibles envoient leurs enfants dans le privé, ce qui surcharge les classes du privé.
Et voilà, demain, les classes surchargées le seront dans le privé, plus dans le public.

Bon, là où le calcul est mauvais, c'est qu'étant données les méthodes utilisées dans le privé, la qualité de l'enseignement y restera supérieure et ne fera que confirmer le besoin de libérer ce secteur.


Bremer, raïs à la retraite?

Quotas politiquement corrects, censure des partis n'ayant pas l'heur de plaire à l'"ancien" occupant, réglementations routières tâtillonnes, imposition de lois protégeant la soi-disant "propriété intellectuelle", taxes nouvelles, désarmement des citoyens, voilà donc l'indépendance laissée par P. Bremer aux Irakiens.


A tale of two movies


Michael Moore is still a jerk


A gauche, toute !

La décision du PS de renvoyer le MR (Mouvement Réformateur, pseudo-libéral) à ses chères études à Bruxelles, en Wallonie et en Communauté française augure mal pour le citoyen. L'état PS est plus puissant que jamais, et ce ne sont certes pas le CdH (chose informe qui fut sociale-chrétienne en des temps meilleurs) et ECOLO qui pourront lui résister.

Pour le citoyen, c'est une très mauvaise nouvelle. Pour le MR, dont on persiste à espérer un hypothétique sursaut libéral, ce revers cinglant pourrait être utile si les troupes en profitaient pour "remercier" l'équipe dirigeante actuelle, et tout particulièrement celui qui est responsable de cet échec et qui incarne la dérive centriste, voire gauchiste du parti, Louis Michel.

N'espérons cependant pas trop, le líder máximo sera difficile à défenestrer.


A ta santé

Difficile d'obtenir des données sur les infections nosocomiales en France.
Juste une ligne pour vous dire qu'un ami ayant la chance de travailler dans un hôpital de région parisienne vient d'apprendre que le taux d'infections nosocomiales dans sont établissement était de l'ordre de 80 % (bref, vous entrez dans l'hôpital pour faire une intervention bénigne, vous en ressortez dans 8 cas sur dix avec une saloperie, parfois multi résistante aux anti-biotiques)
Et bien, moi je dis (adossé à mon comptoir dans la position typique de l'ivrogne franchouillard), "heureusement qu'on vit en France et que not'système de santé, c'est un bon système public de kalité, et pas un de ces systaimes pourris américain ultra-libéral"


La santé: loterie d'Etat

Et après, on dira encore que le système de santé américain est "ultralibéral"...

(Trouvé grâce à strike the root)


Révolution ultra-libérale

A son habitude, notre gouvernement ultra-libéral s'apprête à une révolution ultra-libérale risquant de déséquilibrer à tout jamais le contrat social qui uni les Français à leur administration.
Imaginez, l'Etat va supprimer 17.000 postes de fonctionnaires !
Comment voulez-vous que l'Etat rende ses nombreux services au public (lui voler ses sous, payer les mafias locales, financer la super-partie d'anniversaire de Tartenpion à Trifouilli-les-oies...)
Il est temps de réagir à l'audace de ce gouvernement qui supprime à nouveau nos acquis sociaux. En réponse à une telle attitude méprisante, je vous conseille la grève : plus de fiche d'état civil pendant trois jours. Une action d'une telle ampleur les fera reculer sur ce dossier.


Service internet public

Ce matin, en allant sur le site impots.gouv.fr, voilà ce que j'ai trouvé :

"INDISPONIBILITE

En raison de travaux de maintenance, impots.gouv.fr est momentanément indisponible.


Dans l'attente, nos services en ligne restent accessibles :

- Accédez au service de paiement en ligne des impôts des particuliers
- Accédez au service de paiement en ligne des impôts des professionnels

- Déclarez et payez en ligne votre TVA

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour la gêne occasionnée par cette interruption momentanée de l'accès à notre site."

En effet, le service minimum appliqué aux impôts, c'est le paiement ! Toute une philosophie !!!


Au royaume des aveugles, la loi est borgne

Une histoire que l'on pourrait croire issue d'un film surréaliste m'a été dernièrement rapportée. Une brave dame ayant pour habitude de conduire un aveugle à son arrêt de tram reçut un jour une sévère remontrance de deux pandores bruxellois:

- Madame, vous savez que ce que vous faites est interdit?

- Comment! Mais je ne fais qu'aider ce monsieur à rejoindre son arrêt de tram. Il est aveugle, et il a l'habitude de m'attendre devant chez lui pour que je le conduise.

- Possible, mais c'est illégal.

- Ah bon??

- Oui, ce monsieur est déjà guidé par un chien. En venant à ses côtés, vous pouvez induire la bête en erreur. Donc, vous pouvez causer un accident.

- Hein?!! Mais je n'oblige pas ce monsieur à me suivre. C'est une habitude que nous avons prise tous les deux. Alors...

- Tatata, que l'on ne vous y reprenne plus. La prochaine fois, ce sera 250 euros d'amende. Bonne journée, Madame.


Au train où vont les choses, le comportement généreux de cette personne sera sanctionné pour "concurrence déloyale envers la fonction de solidarité de la puissance publique"...

Quand le principe de précaution le plus aveugle s'unit à la fermeture du marché de l'aide, il ne reste plus qu'à prier.


Service Public

Ce matin, comme quelques centaines de privilégiés, j'ai encore eu la chance de participer à ce grand progrès social qu'est la grève.
Les syndicats de EDF, pour punir ces salauds de privilégiés, de bourgeois, de capitalistes, réalisent des coupures ciblées sur des objectifs purement bourgeois.
Bon, manifestement, ces syndicalistes proches du terrain et de la réalité, estiment que prendre le RER et le métro est une forme de privilège ennnnnorme. Ce matin, j'ai mis 2 heures (au lieu de 40 minutes) pour arriver à mon bureau.
Et les media vont encore prétendre que les usagers (je dirais plutôt les usés) soutiennent la grève...


26.6.04

La bonne blague :(

Dominique de Villepin déclare, sans sourciller :
Derrière chaque joint, il y a un lien avec une activité mafieuse ou terroriste.

Et derrière chaque politic-h-ien que se cache-t-il ??

La pire des organisations mafieuses : l'Etat

Allez, ils repasseront pour la leçon !


25.6.04

Campanilisme

Eh oui, j'ai tous les défauts, dont notamment celui d'être un affreux campaniliste. Je vais donc faire la pub de deux blogs bruxellois pur fruit pur sucre.

Cela faisait longtemps que je fréquentais l'excellent Movida in the Air que m'avait recommandé mon ami Aristophane. Grâce à Movida, j'ai découvert tout récemment le tout aussi excellent Bruxelles ma ville.

Chaudement recommandés !


Racisme ordinaire - 4

Toujours mon beauf, le togolais.

Et bien, c'est bien "il s'en est tiré, il est devenu honnête (normal il s'est marié avec une française) et puis, c'est bon, il travaille"

Et puis n'oublions pas le trop fameux "il sont beaux tes gosses pour des noirs", superbe compliment, s'il en est.


Déficit

Depuis quelques jours, on nous fait suer avec les déficits de la sécu. Mais 'qu'es ce n'en na à foute ?"

En fait, c'est un peu l'arbre qui cache la forêt.

Le Figaro nous publie ce jour un rapport de Bercy. Et quel rapport !

Les Français soutiennent les régimes spéciaux, qui en fait représentent un endettement global de 850 milliards d'euros (attention, il s'agit de l'endettement global, incluant les pensions de reversions, sur toute la vie des fonctionnaires entre la rente et la fin de leur vie)

Alors, les 15 milliards de la sécu...


Sécu et Bercy

Comme je vous l'indiquais dans un brillant post il y a quelques jours, il me semblait vraiment bizarre que la sécu puisse arriver à l'équilibre avec un n-ième plan provisoirement définitif.

Eh bien, je suis rassuré de voir que les experts de Bercy pensent comme moi et le précisent dans un dossier (pas qu'ils sont en accord avec ma pensée, mais que la sécu sera dans le rouge dans les années à venir, malgré la superbe réforme de fond de Douste).


24.6.04

Tenez-vous bien...

...la lecture de cet article peut être dangereuse.

Christine Boutin veut que la droite française (l'UMP) retrouve le chemin du "social". Elle devrait suivre les actualités avec plus d'attention.

Il y a quelque temps, elle écrivait un "Rapport sur la cohésion sociale" et c'est ce matin qu'elle défendait, lors d'un colloque, une proposition phare de ce rapport : le dividende universel.

Le dividende universel, c'est une idée à 230 milliards d'euros par an, en arrondissant allègrement. Le principe ne peut être plus simple : il s'agit de verser à tous les Français, mensuellement, un revenu de l'ordre de 330 euros. Celà remplacerait le RMI et quelques prestations familiales, et les mineurs devraient attendre leur majorité pour employer les quelque 70 000 euros, plus les intérêts, offerts par le généreux gouvernement.

Jean-Pierre Raffarin étudie la proposition qui ne fait pas l'unanimité dans la majorité.

Pour rappel, l'Etat (ne) dépensait (que) 270 mds d'euros en 2003. Selon France Info, la solution envisagée par Christine Boutin pour financer la merveilleuse idée n'est autre que... l'emprunt bancaire !


Profiteur libertarien ?

"T'as beau critiquer l'état, t'en profites bien toi aussi. Ce qu'il te prend par tes impôts, il te le rend sous d'autres formes. Si t'étais réellement libéral, t'arrêterais de te faire rembourser tes médicaments, t'irais pas à l'université publique, tu ne regarderais pas la télévision..."
Face à ce genre de critique, plusieurs raisonnements me viennent à l'esprit. Il y a d'abord l'éthique pure qu'on pourrait qualifier de "John Galt-ique", cet affreux néologisme reprenant le nom du personnage d'Ayn Rand dans Atlas Shrugged qui a décidé de ne jamais dépendre de qui que ce soit.

"I swear by my life and my love of it that I will never live for the sake of another man, nor ask another man to live for mine."


Son opposé qui pourrait être l'attitude de résignation : "De toute façon j'y ai droit donc autant en profiter."

Mais à ce dernier raisonnement peut s'ajouter une vision plus machiavélique de l'assistanat. Comme le soulignait Ronnie dans son post Vive l'inefficacité étatique !, nous ne souhaitons pas que l'état fonctionne comme une machine bien huilée. Je me fiche de savoir que les comptes de la SS sont équilibrés, que les intermittents ne sont pas un poids pour l'Unedic. De toute façon la chute sera dure, on souffrira, donc autant que ça aille vite. Les gouvernements successifs de l'UMPS peuvent se succéder et "arranger" la situation, ils ne font que reculer l'échéance.

La date de cette catastrophe ? Impossible à dire, dix ans, cinquante ans ? L'URSS a tenu quatre-vingts ans, il nous reste encore un petit bout de chemin.

Seulement lorsque ce moment viendra, je souhaite que nous soyons nombreux à appuyer sur le bouton rouge pour stopper l'état, parce que sinon la conclusion pourrait fortement ressembler à celle de ce livre.

En attendant, j’essaierai de respecter mon éthique, je ne reprends pas plus que je ne donne. C’est dur de tenir les comptes, et l’état ne m’y aide pas. Mais si je suis toujours vivant lors du jour du bouton, je fais le serment ici-même de ne pas regretter mon confort étatique.


L'Etat me fait de l'ombre

Philippe Douste-Blazy se prend donc pour le Roi-Soleil en voulant contrôler les salons de bronzage - toujours sous de futiles prétextes sanitaires: la guerre - dirigée ici contre le cancer, priorité chiraquienne s'il en fut - étant la santé de l'Etat, celui-ci prétend en l'occurrence régenter celle de ses administrés.

Ajoutons à cela que, d'après le Nouvel Obs', des campagnes de pub seront diffusées - aux frais de qui?... - sur les chaînes françaises publiques.

Que nous dit le sinistre de la Santé (à ne pas confondre avec celui des pénitentiers, en dépit de sa volonté de mettre les gens à l'ombre)? Tout bonnement ceci:

«Je trouve affreux qu'on ne dise pas la vérité aux gens»

Et le Nouvel Obs' de préciser:

Le ministre doit prochainement saisir les trois agences de sécurité sanitaire, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, l'Institut de veille sanitaire et L'Agence française de sécurité sanitaire et environnementale afin de mettre à jour les connaissances scientifiques sur les risques liés à l'exposition aux UV artificiels.

Vous avez bien lu: trois agences sanitaires existent déjà ! Cela en fait des bouches à nourrir... Douste, si tu disais la vérité aux Français, hmm?


He loved Big Brother

He gazed up at the enormous face. Forty years it had taken him to learn what kind of smile was hidden beneath the dark moustache. O cruel, needless misunderstanding! O stubborn, self-willed exile from the loving breast! Two gin-scented tears trickled down the sides of his nose. But it was all right, everything was all right, the struggle was finished. He had won the victory over himself. He loved Big Brother.


George Orwell, 1984


Mêle-toi de tes oignons !

On pourrait croire qu'il a mieux à faire, mais non, notre super-ministre de la Santé Publique, le socialiste caviar Rudy Demotte, fait hardiment un premier pas pour régenter le contenu de l'assiette des Belges.

On aimerait que ses coreligionnaires et lui fassent preuve du même enthousiasme lorsqu'il s'agit de dégraisser le secteur public, dont l'obésité devrait être le premier souci de chaque politicien.

Tout cela me rappelle furieusement certaine bande dessinée. Sur ce, je vais m'envoyer un Big Mac, tant que c'est encore permis.


La Belgique poursuit les délits d'opinion

Après le Vlaams Blok, c'est maintenant le Front National (version belge) qui est poursuivi pour délit d'opinion.

Le parquet demande non seulement la condamnation de Daniel Féret, président du FN, à deux ans de prison (peine qui serait effective, puisqu'il est en sursis probatoire suite à une condamnation passée qui n'a, elle, rien de politique) mais également la dissolution du parti.

Loin de moi l'idée de critiquer des magistrats dont le boulot est de faire appliquer les lois, et non de faire le tri entre celles qui leur plaisent et celles qui ne leur plaisent pas. Plus loin de moi encore une quelconque sympathie pour le croquignolesque Féret, son parti de minables et ses "idées" de petit blanc aigri, mais le délit d'opinion est une monstruosité qu'aucun libéral ne peut accepter.

N'oublions pas par ailleurs que Féret vient d'être élu au parlement bruxellois et qu'il bénéficiera d'ici peu de l'immunité parlementaire, pour autant que ce ne soit pas déjà le cas (j'avoue n'avoir ni l'envie, ni le loisir de creuser les aspects techniques de ce problème). Condamner un type qui vient d'être élu sur un programme qui, précisément, contient les opinions qu'on lui reproche, et jouer sur une finesse technique pour contourner une "ratio legis" claire, soit la protection des représentants du peuple, ça la fout mal pour des défenseurs auto-proclamés de la démocratie.

D'ailleurs, n'avons-nous pas vu il y a quelques semaines comment l'électeur flamand a réagi à la condamnation du Vlaams Blok ? Ce serait sympa, Messieurs les "démocrates", si ce n'est trop vous demander, de ne pas participer à la réédition de l'expérience du côté francophone.


Guantanamo Bay

Ceux parmi nos aimables lecteurs qui aiment les choses sérieuses seront comblés par ce document qui détaille les arguments des "Amici Curiae" ou "amis de la cour" devant la Cour Suprême américaine dans une affaire qui oppose des détenus de Guantanamo Bay au gouvernement américain. On remarquera la présence parmi ces "Amici Curiae", non seulement de plusieurs organisations de protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales, mais également de la "Association of the Bar of New York City", de la "Law Society of England and Wales", de la "National Association of Criminal Defense Lawyers" et de diverses organisations confessionnelles juives, chrétiennes et musulmanes, dont notamment la "Anti-Defamation Leage".


Reagan et la politique étrangère

Je signale une archive qui fera sans doute grincer les dents des reaganomaniaques: Reagan the Warmonger, écrit par le vieux Murray. Rothbard se penche sur la politique étrangère du défunt président. Il relève les indignations sélectives du gouvernement: il y a les tortionnaires qui le font pour la bonne cause (les régimes autoritaires de droite ou les groupes soutenus par les USA, style "contras") et les vilains qui n'ont aucune excuse (les totalitaires).

De l'eau a coulé sous les ponts, mais peut-on dire que les temps aient vraiment changé?

PS: A noter quelques coups de griffe contre le bellicisme de certains randiens. Encore aujourd'hui, leur position en matière de relations internationales n'est pas très éloignée de celle défendue par les "leo-cons".


Hors sujet de la CGT

En cette période d'examens, il est frappant de voir qu'un organisme doté d'aussi brillants éléments intellectuels que la CGT EDF nous ponde un hors sujet aussi grotesque.

Nos défenseurs de la veuve et de l'orphelin se sentant chargés d'une mission divine ont mis en place un véritable plan de bataille contre le grand capital.

Emplis de leur habituelle verve populiste, ces activistes destructeurs se lancent à l'assaut du capitalisme avec une sauvagerie bien fasciste. On rebranche les ménages dont l'électricité a été coupée (par leurs propres soins quelques temps plus tôt !!!) C'est beau le social, mais au fait, pour quelle raison ces ménages n'ont-ils plus droit aux services publics de EDF ? Parce qu'ils sont trop bons payeurs ? En suivant le même principe, les hôpitaux et les CPAM se voient fournir une électricité gratuite ; finalement la CGT a trouvé le moyen de combler le trou de la sécu : accroître celui de l'énergie.

Alors, pour faire passer leurs actions crypto-fascistes, les irresponsables de la CGT ont appelé leur action "opération Robin des Bois"

Et là, c'est le zéro pointé en analyse littéraire. Que font nos syndicats préférés ? Ils volent à tous pour donner à quelques-uns uns (se prendraient-ils pour les soldats de l'Etat ?)

Parce que Robin des Bois n'était point un héros du socialisme. Si on reprend l'oeuvre d'origine, que voit-on ? Un noble affublé d'un shérif qui vole (pardon impose) le citoyen pour s'enrichir et enrichir ses proches. Manifestement, il devait s'agir là de l'ancêtre de nos politiciens préférés. Et Robin, que fait-il ? Il récupère le fruit du vol de l'Etat pour faire revenir un souverain juste (attaché uniquement à ses tâches régaliennes) et rend la quasi-totalité de ces espèces (sonnantes et trébuchantes) aux pauvres contribuables qui avaient été dépouillés de leurs biens.

Alors, messieurs, merci de revoir votre copie, de donner un nom plus approprié à votre opération. Parce que pour l'instant, le bac, il vous passe sous le nez.

On peut ouvrir ici un appel d'offre pour trouver le nom du voleur le plus approprié à leur cas.


23.6.04

Fume et tu le regretteras

Une étape supplémentaire vient d'être franchie dans l'ignominie du gouvernement de la France: désormais, lecteur, la "justice" aux ordres te punira, te cognera, t'écrasera et violera ta vie privée et sociale pour te faire regretter amèrement de ne pas être passé sous les fourches caudines des hommes de l'Etat.

Si tu fumes un joint, tu te prendras une amende, on te retirera ton chéquier et tes moyens de paiement, on suspendra ton permis de conduire, on t'empêchera d'utiliser une mobylette ou un téléphone mobile. On enquêtera sur toi, sur ta famille, sur tes potes, sur tes fréquentations, sur tes collègues de bureau.

Bref, les hommes de l'Etat te broieront.
"Il débloque Chitah, ou quoi? On n'est pas dans un Etat totalitaire, quand même!"

Lis donc, lecteur:
Drogues : la droite veut changer la loi

Une proposition prévoit de supprimer la prison pour les usagers, notamment de cannabis, tout en mettant en place un important arsenal répressif.
[..]
Selon plusieurs de ses membres, le texte, déposé conjointement à l'Assemblée et au Sénat, envisage la restriction de l'usage de chéquiers pour les usagers de drogue, la suspension du permis de conduire, l'immobilisation et la confiscation de véhicules, de cyclomoteurs et de téléphones portables.
[..]
S'il assure que le texte "ne vise pas les jeunes", le sénateur UMP Bernard Plasait, auteur en 2003 du rapport "Drogue: l'autre cancer", évoque une indispensable "sanction éducative", qui doit être "systématique", et la nécessité de "réaffirmer l'interdit".
Selon la proposition, la justice pourrait ordonner un placement "sous surveillance médicale" des usagers, commander des enquêtes dans leur environnement familial ou professionnel et leur imposer des cures de désintoxication dans des organismes spécialisés.


Je ne pensais pas qu'on en arriverait là si vite.


Mon moment zékien

Voici le texte d'un spam que j'ai reçu aujourd'hui:

Juste un petit mot amical...

Bonjour,

Juste un petit mot. Je voulais vous remercier pour avoir supporté tous mes mails durant la campagne précédents les élections régionales.

Grâce à vous, j'ai soutenu au PS, l'idée qu'une ville et ses habitants peuvent vivre, aussi, dans un monde convivial. Mille quatre cent cinquante et un parmi vous ont soutenu ce projet qui continuera à faire son chemin. Nous étions 1083 candidats. Notre idée est arrivée 141eme. Vous m'avez choisi pour la représenter. J'en suis vraiment honoré et j'y mets de l'énergie. Croyez moi. Une ville, une région ne sait rien faire sans ses habitants. Sans ses dirigeants non plus. Alors considérons que je suis un trait d'union.

Nous ne sommes pas seuls, plusieurs candidats portent aussi ce projet de « mieux vivre ensemble ».

Vous aviez avec moi dix objectifs. Je négocie déjà, avec quelques amis du PS, leur réalisation. La fête sera aussi dans la ville et la vie.

Le monde de la convivialité est en marche.

A bientôt, Carl


Je vous rassure tout de suite, je n'ai pas voté pour ce pitre, mais un mien "ami" a eu l'idée géniale de m'inscrire sur sa liste de diffusion afin, d'après mes renseignements, de recevoir des entrées gratuites à une soirée.

Ce magnifique condensé de langue de bois altercomprenante a eu le don de m'émouvoir, je l'avoue, et encore, je vous ai épargné les (risibles) versions néerlandaise et anglaise (cette dernière se termine par "A world of harmony is on its way...") Le site web officiel de Carl de Moncharline, car c'est de lui qu'il s'agit, vaut lui aussi le détour ! Zek, si tu me lis, je te le dédicace !

Pour les non-Bruxellois et autres Français parmi vous, "Carl de Moncharline" était jusqu'à il y a peu le nom de scène de Carl De Rijck, auto-proclamé "pape de la nuit bruxelloise". Ses amitiés politiques lui ont valu de pouvoir changer de patronyme à la vitesse VV prime, just in time pour figurer sur les listes du PS sous son ex-pseudonyme. Le monde est bien fait parfois !

Ce Jack Lang sauce Bicky est devenu un personnage culte sur le net belge. Je m'en voudrais de ne pas vous conseiller de visiter le site de ses fans, pourvu notamment d'un très réjouissant forum et d'un blog, afin d'apprendre comment on arrive en politique lorsqu'on est, selon les propres paroles du principal intéressé "un petit merdeux qui veut réussir". Vous y verrez aussi tout ce que la Belgique doit à la France...


PS (c'est le cas de le dire): J'apprends que la soirée à laquelle mon "ami" a été invité était la "fête du progrès", soit la soirée que le PS a organisée le 1er mai au Bota, bâtiment public que, bien entendu, ces braves gens réquisitionnent sans complexes pour organiser leurs sauteries prolétaires. "Fête du progrès", tu parles ! Quant à mon "ami", je me demande s'il va encore le rester longtemps...


French Connection

Un monde virtuel
Imaginez une mafia tellement forte qu'elle possède un pays.
Cette mafia est âpre au gain. Elle force les citoyens à suivre les règles qu'elle dicte. Elle forme ses soldats et ses cadres en faisant payer les citoyens pour ça.
Et non seulement, elle fait cracher le citoyen mais elle endette le fils du citoyen. Le citoyen est un esclave qui travaille plus d'un jour sur deux pour la mafia et la mafia endette tellement le citoyen que son fils devra payer les dettes du père. Et voilà comment la mafia permet la reproduction du statut d'esclave.
Cette mafia rackette le citoyen, fait payer les prostituées pour leur assurer un semblant de sécurité, touche des redevances sur quelques drogues...

Comment fait la mafia pour continuer à exister ?
La mafia possède les média, financièrement ou par tout autre moyen. Les média ne critiquent donc pas le bien-fondé de l'existence de la mafia, tout au plus critiquent-ils les actions de quelques parrains qui sont allés un peu trop loin.
La mafia possède également un monopole très particulier : celui de la violence. A part les soldats de la mafia, personne n'a le droit d'utiliser la violence dans ce pays.
Et puis le système est capitaliste. Pas libéral, capitaliste. La mafia a créé une banque chargée de gérer ses comptes ainsi que les comptes de ceux qui travaillent pour elle. Aujourd'hui, cette banque possède une partie importante de la capitalisation boursière.

Et si vous n'êtes pas d'accord
La mafia a des armes : dénigrement public, actions de pression, envoi de soldats vérifier chez vous que vous payez bien votre cote-part...
Et si vous vous révoltez, que vous décidez de ne plus payer la mafia, tant pis, pour vous. La mafia a des relations privilégiées avec votre banque, le racket sera prélevé directement sur votre compte. Déjà aujourd'hui une bonne partie du racket est prélevé à la source.
Oh ! bien sur, au début, la mafia assurait bien quelques services au citoyen (la sécurité, les routes, l'éclairage...) mais de nos jours la mafia vole les citoyens pour payer les clients de la mafia, qui lui permettent de rester en place.

Moi, je dis, la mafia italienne s'occupe de racket, de prostitution, de drogue. Et ceci en courant d'énormes risques. Elle devrait plutôt faire comme la mafia française : gérer l'Etat.


22.6.04

Enfin.


C'est la faute aux autres

V’là que nos politocards préférés en remettent une couche: selon d’éminents représentants de la classe politique flamande, le succès du Vlaams Blok ne serait pas dû à leurs propres magouilles, leurs propres promesses démagogiques qu’ils n’ont jamais eu la moindre intention de tenir, leur propre veulerie lorsqu'ils ont flatté la xénophobie d’une partie de l’électorat, non, il serait dû aux francophones qui ont le mauvais goût de ne pas offrir au Vlomse caniche les couilles d'Elio sur un plateau d'argent à chacun de ses jappements. Remarquez que l'électeur flamand, même Blokker, se fout pas mal des thèmes communautaires classiques qui préoccupent tant nos adeptes du mécano institutionnel (sinon il voterait massivement NVA) et que ce que visent en réalité nos sages à la barbe grise, c'est un nouveau round de défédéralisation qui leur permettra de créer encore plus de postes de fonctionnaires et d'amasser encore plus de pouvoir entre leurs petites pognes.

Les intellectuels aux ordres s'en prennent quant à eux à la télévision publique flamande, accusée d'avoir (bien) informé les gens au sujet des thèmes qui les intéressent plutôt qu'au sujet de ceux qui préoccupent l'intelligentsia, ou encore de ne pas se livrer aux dénonciations rituelles du Vlaams Blok qui donnent à la Retebeuf ce petit goût "citoyen" qui fait nos délices. Evidemment, ce doit être jouissif de pouvoir dénoncer, du haut de son piédestal d'intello aux petits pieds, des journalistes qui ont, eux, un public important.

Putain, qu'est-ce que je hais les politocards et leurs porteurs de valises !

Allez, on ouvre les paris, combien de pourcents le Blok fera-t-il aux prochaines élections ?


L'écroulement final

Ami lecteur francophone: tu n'as pas encore connu les délices de la mise sous tutelle de ton pays par le FMI, tu vas y goûter rapidement:
Une dégradation des comptes publics sans précédent : c'est la conclusion que l'on peut tirer des rapports que les trois principales institutions économiques et financières de l'Etat - la Cour des comptes, l'Insee et la Banque de France - ont publiés à quelques jours d'intervalle.


Cet article du quotidien Le Monde ne fait que synthétiser ce que nous avons nous-mêmes écrit sur ce blog il y a de cela quelques jours, ici, ici ou

Une situation alarmante, qu'est-ce à dire?

1 - Augmentation consciente des dépenses, baisse consciente des recettes:
La Cour [des Comptes] regrette que les baisses d'impôt, engagées par l'actuelle majorité et avant elle par le gouvernement de Lionel Jospin, n'aient pas été gagées sur des diminutions de dépenses. Elle lui demande de mettre fin à cette pratique, qui provoque une augmentation régulière du déficit de l'Etat, et, partant, de sa dette et des intérêts à payer... La Cour plaide également pour que l'Etat mette davantage à profit les départs en retraite massifs dans la fonction publique pour réduire ses effectifs.

2 - Pourra-t-on se sortir du piège de la dette? NON.
"La tendance des vingt dernières années est-elle soutenable ?" Pour les économistes, cela revient à savoir si l'Etat peut rembourser sa dette par des excédents budgétaires futurs sans changement important de politique. En termes choisis, les auteurs de l'étude, Arnaud Buissé et Dan Lévy, répondent par la négative, concluant : "On ne peut pas écarter le risque de devoir tôt ou tard procéder à un ajustement important."

3 - Sommes-nous dans des sables mouvants? OUI, toute agitation est inutile...
selon l'Insee, un point de PIB de dépense publique supplémentaire ne s'accompagne plus que de 0,24 point de recettes en plus, contre 0,6 au début des années 1990.
L'Insee relève en outre que chaque dépense publique nouvelle porte en elle-même sa propre dérive. Une augmentation de dépenses de 1 point de PIB se traduirait ainsi en moyenne, cinq ans plus tard, par une augmentation de la dette de 12 points de PIB, car l'Etat prévoit rarement les ressources pour financer sa dépense au-delà de la première année.
Autre inquiétude, la dette atteint un niveau record à un moment critique : les taux d'intérêt européens, historiquement bas, risquent fort de remonter.


Conclusion: on est dans la merde grave.

Je conseille à tous de placer un maximum de vos possessions et de vos intérêts en dehors de France, et même en dehors de la zone Euro. N'importe quel pays d'Afrique subsaharienne fera l'affaire, ce ne sera vraisemblablement pas pire qu'en France.


Pollution automobilistique

Cracheurs de poumons et autres allergiques à la pollution de nos amies les voitures, soyez rassurés, l'Etat s'occupe de vous.
Comment ça ? A votre avis ?
Oui, vous avez gagné, taxe et réglementation (absurde s'il est besoin de préciser ce pléonasme) viennent compléter le PAF (Paysage Automobilistique des Fumistes)
L'Etat, en la personne de M. Raffarin, souhaite imposer librement un système de bonus-malus touchant les automobiles en fonction de leur niveau de pollution.
J'aimerai bien connaître leur système d'évaluation du niveau de pollution des véhicules, mais surtout la mise à jour d'un tel dispositif.

Cette taxe ne touchant que les véhicules neufs, donc les moins polluants, permet de mettre en lumière les objectifs de nos hommes d'Etat : s'imposer dans un domaine avec leurs gros sabots et leur inefficacité habituelle.
De même, cette taxe touchant essentiellement les gros véhicules (mais on s'en moque, ce sont les véhicules des riches) et les subventions les petits véhicules, il est à se demander à quel point ce système ne serait pas une forme de protectionnisme caché.
Comme d'habitude, le système est prévu pour 2005. Et comme les intellectuels de l'Etat ne connaissent pas un principe (de base) qui s'appelle "les anticipations rationnelles", voilà ce qui risque fort de se passer dans les mois suivants : les personnes voulant acheter un gros véhicule risque d'anticiper leur achat afin d'éviter le paiement de cette sur-taxe, et inversement, les individus désirant acheter des petits véhicules subventionnés risquent de retarder leurs décisions d'achat, déséquilibrant ainsi le marché.

Comme d'habitude nos fonctionnaires ont mis en place un système structurellement équilibré (les taxes finançant les subventions) qui se verra à l'usage structurellement déficitaire.


21.6.04

Relancer, relancer, qu'ils disent

Afin de relancer la consommation du disque en France, il faut en baisser le prix. Je suis vraiment surpris que nos bien aimés hommes politiques comprennent enfin les mécanismes de l'économie de marché. Comme quoi tout arrive.
Mais voilà, pour baisser le prix du disque, nos irresponsables politiques retrouvent leurs vieux démons : il ne faut (surtout) pas toucher aux taxes, mais il faut baisser les marges des industriels et des distributeurs.

Et oui, je suis désolé de faire retomber la pâte aussi vite, mais l'intelligence économique de nos politiciens a aussi ses limites.


Privatisation de l'Espace

Ca y est, de nouveaux héros de l'aire spatiale sont à féliciter.

Le premier vol spatial privé a eu lieu aujourd'hui.

L'Espace n'est plus un monopôle des Etat. La liberté arrive enfin dans l'Espace.

Aujourd'hui est un grand jour.

Espérons qu'il n'existe pas un CGT Espace pour organiser les grèves que nous pourrions imaginer !


Les geôles de l'Oncle Sam

Guantanamo Bay n'est donc que le sommet de l'iceberg. Plus de 9.000 personnes croupissent dans des prisons secrètes disséminées un peu partout sur la planète, sans pouvoir se défendre devant un tribunal ni même, dans la plupart des cas, être visitées par la Croix Rouge. A noter, la charmante pratique consistant à livrer des suspects à des pays tiers (y compris des états théoriquement "voyous" tels la Syrie) afin de pouvoir les "interroger" plus tranquillement.

Tout cela rappelle irrésistiblement la tristement célèbre prison de Tazmamart. Avec cette différence que Hassan II avait au moins la dignité de ne pas prétendre défendre la démocratie et les droits de l'homme.


La mafia t'invite !

En juillet, je profiterai des vacances pour aller me perdre un mois en Russie, filer en transsibérien de Moscou à Irkoutsk puis remonter à pied jusqu'à la perle de Sibérie (le lac Baïkal).

La condition pour entrer sur le territoire russe, est d'avoir un visa. "Normal". Mais les conditions pour obtenir un visa pour la Russie, sont un peu moins "normales".

En effet, seuls ceux qui sont "invités " en Russie peuvent s'y rendre. Sans invitation, vous restez chez vous.

Qu'est-ce qu'une invitation ? Et bien c'est comme pour les goûters d'anniversaires quand on est petit, ou les réceptions chics quand on est plus grand : une jolie lettre de la part de votre hôte, s'adressant à vous nominativement, et exposant toutes les infos relatives au séjour et à l'accueil.

Si vous avez des amis russes, c'est facile : ils vous faxent une invit' rapido, et vous pouvez passer à l'étape suivante : la queue interminable au consulat.

Mais si vous n'avez pas d'amis rescapés de la dictature rouge, alors vous aller devoir vous frotter à l'une de ces mafias de l'est qui servent les rumeurs de l'ouest : le lobby de l'invit' russe.

Imaginez un peu ce marché créé de toutes pièces : les touristes veulent des invit' ? Les russes n'ont qu'à leur vendre... Et ils les vendent, à des prix pouvant aller de 30 à plus de 150 euros !

C'est une utilisation du système comme une autre. Mais les autorités, qui peuvent aisément concevoir que le tourisme leur profite et qu'une telle barrière à l'entrée de la Russie en rebute une large part, souhaiteraient bien mettre fin à cette hypocrisie.

Hypocrisie ? Oui, car à l'origine, l'invitation est une garantie que l'étranger en visite n'ira pas n'importe où, n'est pas n'importe qui désireux de faire n'importe quoi. Mais puisque n'importe qui peut désormais se faire "inviter" tant qu'il en paye le prix, le système n'a plus lieu d'être.

Mais comment s'opposer à ces énormes agences de voyages, héritées de l'URSS et de son KGB, qui tirent un immense profit de ce système et ont les moyens de décourager toute tentative de réforme n'allant pas dans leur sens ?

Ainsi le touriste continue de se faire plumer, et tout l'argent qu'il vide de ses poches avant de partir, c'est tout l'argent qui ne servira qu'à engraisser les plus gros qui avancent main dans la main avec l'Etat, plutôt que les petits artisans qui taillent encore à la main les vraies matriochkas qu'ils auraient bien besoin de vendre...

Peut-être que la situation mondiale actuelle impose une certaine régulation de l'immigration. Mais lorsque cette immigration se limite à un passage de moins de trois mois sur un territoire, les Etats pourraient bien lever sans risque leurs pseudo-protections très coûteuses, et profiter pleinement d'une large entrée de devises !


Comité de soutien à la CGT EDF

Camarades,

Je tiens ici à remercier et à encourager du fond du coeur nos camarades exploités de EDF défendant leurs maigres acquis sociaux lors des luttes précédentes.
Ce que la droite la plus extrême, les ultra libéraux fascistes, dénigrent sous le nom d'"avantages" n'est en fait qu'un juste retour des efforts réalisés chaque jour par les travailleurs de l'ombre.
Car nos camarades subissent jour après jour un labeur des plus contraignants.
32 heures hebdomadaires nous dit-on ? Mais ces 1920 longues minutes passées chaque semaine sont exténuantes. Bien remplies à servir le public.
Un système d'action sociale ? Il est normal que tous nos camarades travailleurs puissent passer leurs vacances à la Baule et envoyer leurs camarades juvéniles dans des centres dédiés à leur bien être. Ces séjours en château leur permettent de mieux connaître cette réalité des capitalistes qui les écrase chaque jour vécu sous le joug du grand capital.
Une retraite sans commune mesure ? Mais cette retraite devrait servir d'exemple pour l'ensemble des travailleurs, et c'est pour ça que les cotisations des agents EDF doivent être si faibles et que le régime spécial de EDF doit être financé par les autres régimes.

C'est pour ces raisons qu'il faut soutenir l'action héroïque de nos frères exploités par le grand capital.

Camarades, grève générale, subversion générale, sabotage général.

PS : il faut absolument que les syndicats continuent leurs actions de sabotage à l'approche de l'ouverture de l'énergie à la concurrence. Comme ça, plus les usagers seront dégoûtés de cette attitude irresponsable (qui nous fera croire que défendre les avantages sociaux permet d'assurer un meilleur service public ?) et plus ils feront jouer la concurrence.

PS2 : pour faire jouer la concurrence, l'Etat ne doit plus financer EDF : ni les retraites, ni le démantèlement des centrales nucléaires (non encore provisionné) ni quoi que ce soit. Lorsque les "usagers" se rendront compte alors que le courant public coûte trois fois plus cher que le courant privé...


I know where Bruce Lee lives !


Les Français sont des veaux

Une nouvelle pièce à ajouter au dossier.

C'est d'autant plus hallucinant que l'arrogance et le mépris des syndicats pour les sacro-saintes institutions démocratiques-zet-républicaines dépasse l'entendement.


Esclave des temps modernes

Un de mes amis gagne bien sa vie.

Avec un revenu brut de 44.500 euros de salaire brut annuel, il n'a vraiment pas à se plaindre.
Tout compte fait, on arrive aux chiffres suivants :

- coûts du travail pour l'entreprise (salaire brut + charges sociales patronales + coût du CE + 1 % logement + frais annexes liés directement au salariés (on n'inclue pas les frais de gestion du dossier du salarié)) : 72.000 euros
- salaire brut : 44.500 euros
- salaire net : 36.000 euros
- impôts sur le revenu : 3.600 euros (en fonction de sa situation)
- foncier : 1.000 euros
- taxe d'habitation : 900 euros

Il lui reste royalement 30.500 euros pour consommer.

Sur ce, il dépense environ 9.000 euros de remboursement d'emprunt immobilier, 2.000 euros de charges, et place environ 4.000 euros par ans.
Il consomme donc environ pour 15.000 euros de biens et services. Vous retirez la TVA, (calcul le plus favorable, en prenant un taux à 15 % en moyenne - pure supposition) : 1.956 euros.

- reste donc après impôts : 28.550 euros.

Et je n'inclue pas l'impact des impôts des sociétés sur le prix des produits.

Bref, sur 72.000 euros, l'Etat vole 43.450 euros à cet ami.

Alors, si on fait un calcul savant (43.450*217/72.000), cela revient à dire que dans le meilleurs des cas, cet ami offre 130 jours à l'Etat.

En fonction des congés pris par cet ami, il commence à travailler pour lui à partir du 6 juillet (si tous ses congés sont pris après cette date) jusqu'au 20 août dans le cas opposé.

Et dire que les seigneurs du moyen-âge étaient des tyrans parce qu'ils faisaient travailler leurs serfs une centaine de jours par an !


Le Figaro strikes again

Le Figaro donne régulièrement la parole à des libéraux dans ses pages "Débats et opinions" : Pascal Salin, Charles Gave...
Le journal accueille aujourd'hui un débat entre le sociologue Raymond Boudon et l'économiste Jean-Paul Fitoussi.
Ce texte relativement long permet de réfuter une nouvelle fois de nombreuses idées anti-libérales : l'accroissement des inégalités, les relations sociales qui seraient des jeux à somme nulle, le libéralisme est une théorie de droite...
A lire rapidement et à faire partager.


Kikadikoi ?!

Allez, un autre petit kikadikoi :

"Pour connaître les vrais dangers, écoutons ce que bêlent les moutons, voyons ce à quoi personne n'ose résister, traquons les unanimités. Alors peut-être nous commencerons à ouvrir les yeux"

Bon, il est facile , mais c'est pour se réveiller en douceur, ce lundi matin...


20.6.04

Ca c'est une surprise ! (2)

Comme l'avait fort justement fait remarquer mon ami Harry Lime dans son précédent commentaire, l'INSEE a récememnt conclu dans son rapport L'Economie française 2004-2005 que la baisse de la productivité du travail n'avait qu'une seule origine: les hommes de l'Etat.

Un autre homme de l'Etat, Jean-Claude Trichet a son avis sur la question.
Rappelons que ce monsieur s'est illustré en tant que Directeur du Trésor à l'époque de l'affaire du Crédit Lyonnais; son procès en correctionnelle l'a blanchi de l'accusation d'indulgence coupable en ce qui concerne le maquillage des comptes du CL par ses direigeants, maquillages qui ont coûté au bas mot 20 milliards d'euros au contribuable, c'est-à-dire à toi, lecteur.

D'après l'actuel Directeur de la Banque Centrale Européenne (cf.interview ):
L'écart de la productivité du travail semble être la cause principale de l'écart de croissance [entre USA et UE].

Donc, si l'on met bout à bout l'indice de Harry Lime et celui que je vous livre, on arrive à la thèse suivante:
L'atonie de la croissance des richesses de ce pays (mesurée par le PIB) est le fait des hommes de l'Etat.


C'est un constat banal, me direz-vous, tout le monde est au courant de cela depuis bien longtemps. C'est le problème de la Vérité: même quand on tente de la cacher, elle finit par montrer le bout de son nez, tôt ou tard, même sous la plume d'homme de l'Etat!


Merci Destot ! (2)

Pour ceux qui n'ont pas encore vu les photos, prenez le temps d'y jeter un oeil : non, ce n'est pas Bagdad... ni Kaboul... c'est... Grenoble.

Ce grand foutoir, c'est le chantier de construction d'une nouvelle ligne de tramway, qui reliera deux banlieues aujourd'hui quelque peu exclues du réseau de communication de l'agglomération grenobloise. C'est un bon projet. Il a été vendu aux citoyens au nom de la solidarité, et même si l'on peut disserter sur savoir si oui ou non la même entreprise mais privée aurait été meilleure, le fait est que cette nouvelle ligne de tram verra le jour et qu'elle sera utile à tous.

Cette nouvelle ligne verra le jour... mais quand ? Car se dévoilent de sacrés problèmes, au fur et à mesure que les travaux avancent, et que le mandat de notre cher Maire touche à sa fin !

Grenoble a été l'une des premières villes françaises à réintroduire le tramway sur son territoire, en 1987. A l'époque, une entreprise mixte avait été créée, pour concevoir et produire suffisamment de rails et de wagons pour les dix années à venir. Il est en effet nécessaire de changer les rails régulièrement, car ils subissent d'importantes déformations.

Grenoble a donc fait tourner son joli tram pendant deux dizaines d'années avec son stock de rails et de wagons. Et puis, la ville a décidé de construire une troisième ligne.

Grenoble a donc fait appel à la société qui lui avait conçu le matériel à l'époque. Mais entre temps, le tramway a connu un fort succès parmi les villes voulant se doter de transports en commun efficaces et agréables. Les entreprises présentes sur le marché ont donc adopté des normes standards pour les rails et les wagons (seule la carrosserie change d'une ville à l'autre).

Toutes les villes équipées d'un tram peuvent donc désormais mettre en concurrence plusieurs unités en vue de certains projets. Mais pas la ville de Grenoble, qui va alors devoir payer le prix fort!

Face à cette situation, la ville envisage donc de construire sa ligne avec des nouveaux rails aux normes standards. Seulement, le modèle de wagon grenoblois ne colle pas avec des rails standards ! Trop larges ! Il va donc aussi falloir les remplacer...

Il en résulte alors, quelque soit l'option finale, un coût excessif à assumer en vue de mener à bien ce projet de troisième ligne.

La ville de Grenoble s'est engagé dans ce projet en attendant de la part de l'Etat les subventions nécessaires. Les problèmes apparaissant, et les subventions désirées gonflant sans cesse, l'Etat a voulu mettre le holà à cette entreprise de plus en plus bancale et coûteuse.

Mais considérez donc la situation suivante : le gouvernement actuel est de droite (UMP), Grenoble est de gauche (PS) ! Vous saisissez ? La ville fout toujours un peu plus le bordel avec son projet, et accuse la droite de lui mettre des bâtons dans les roues ! Conclusion : la droite c'est des chieurs, et si on veut qu'ils arrêtent de nous faire chier jusque dans notre chère petite ville, il va falloir qu'on vote pour un Président de gauche en 2007.

Car il est déjà prévu que la ligne ne voit le jour qu'en 2007, pas avant, et encore "si tout se passe bien" comme nous le rappelle Destot.

Ou comment la guéguerre partitocratique épuise la société à sa source...


19.6.04

Ca c'est une surprise !

Les pages saumons du Figaro se faisaient récemment l'écho d'une étude de l'économie française publiée par l'Insee.
Le dangereux ralentissement de la productivité dont pâtit la France depuis le début des années quatre-vingt-dix n'est pas gravé dans le marbre ! Il ne correspond pas à une rupture profonde de notre économie mais serait davantage à mettre sur le compte des politiques de l'emploi conduites par les gouvernements successifs depuis dix ans. C'est une des conclusions inattendues de l'ouvrage L'Économie française que l'Insee publie aujourd'hui (1).


On peut espérer que dans quelques années une conclusion comme celle-ci paraisse logique à un journaliste économique.


Par ici la monnaie !

Je vous ai déjà parlé de mon ami Arsène, le jeune entrepreneur courageux que l'Etat vient de forcer à se marier. Hier, devant une bière, il m'a conté un nouvel épisode de sa triste saga :

S'étant rendu dans une des nombreuses administrations chargées de "tondre" les entrepreneurs, celle des accises en l'occurence, afin de payer la dîme - laquelle est due avant même que les produits ne soient vendus - il s'est entendu dire qu'outre la dîme en question il était prié de verser une "provision" de quelques 400 euros. Lorsqu'il s'est enquis de la raison de cette "provision", on lui a répondu que cela permettrait à l'administration de se payer en cas de manquement de sa part. Faisant part d'un légitime étonnement, il s'est entendu répondre par le fonctionnaire de service : "Ecoutez, les gens qui vendent le même produit que vous, ils gagnent plein d'argent avec ça. Alors si vous n'êtes pas content, vous n'avez qu'à ne pas en vendre."

Et on s'étonne que certains rêvent de lancer un marteau dans leur télévision lorsqu'un ministre parle de dynamiser l'économie en aidant les jeunes entrepreneurs.



Merci Destot !

M. Destot, le Maire de Grenoble, a offert à ses citoyens une nouvelle attraction vraiment géniale ! Il s'agit d'un labyrinthe géant, dans lequel les piétons doivent éviter de se perdre et les automobilistes de se tamponner.

Qu'est-ce que c'est amusant ! Surtout le matin entre 7h et 9h, quand tout le monde se rend au boulot : c'est une bonne chose que les gens puissent s'amuser avant d'attaquer une morne journée à l'usine. La ville respire la bonne humeur !

Au passage, il est intéressant de préciser que Destot n'habite pas Grenoble mais Meylan, la banlieue riche de l'agglomération ; ce qui signifie bien qu'il n'a pas construit ce merveilleux labyrinthe pour son propre plaisir mais pour les grenoblois exclusivement ! C'est vraiment un bon Maire : c'est normal, il est socialiste.

Nous n'attendons qu'une chose : qu'il vienne lui aussi s'amuser avec nous dans ce dédale urbain digne du palais des glaces de la meilleure fête foraine ! Ce serait la moindre des choses, et nous serions tellement content de le voir enfin mettre les pieds dans la ville qu'il aménage à distance.

Dans un prochain billet, je vous expliquerez pourquoi nous, grenoblois heureux, pourrons profiter de cette attraction jusqu'en 2007 - et oui, nous en avons vraiment pour notre argent !


Une déception libérale

Plongé dans la réédition du classique d'Emile Faguet sobrement intitulé Le Libéralisme, je dois te confesser, ami lecteur, ma profonde déception au contact de cet ouvrage.

A côté de constats acérés et justes tels que "Rousseau était un inquisiteur", ainsi que d'une remarquable compréhension de ce que le socialisme n'est qu'une nouvelle forme de monarchie, pour laquelle tout doit être réglé par l'Etat, ou encore de sa satire décapante de l'enseignement d'Etat et de la propagande laïcarde - que beaucoup feraient bien de lire pour savoir quelle est l'approche libérale de la laïcité -, il faut déplorer de singulières contorsions concernant la liberté individuelle.

Faguet estime d'abord que, à proprement parler, l'individu n'a pas de droits hors les liens contractuels. Mais, surtout, d'après lui, c'est la Société qui est la légitime détentrice desdits droits - société qu'il confond, en outre, faisant preuve d'une confondante naïveté positiviste, avec l'Etat.

Mais tu n'as encore rien vu, ami lecteur ! Il estime parfaitement normale la conscription (qui, à la "Belle Epoque", durait trois longues années !) ou encore la censure de la presse en temps de guerre. Il écrit ainsi: On doit donc accorder (à l'Etat) pour la défense du pays tous les droits s'il les lui faut, c'est-à-dire le droit de violer tous les miens. L'esprit revenchard explique sans doute cette tolérance incongrue envers quelques uns des pires abus du Léviathan pseudo-providentiel...

Une autre explication, plus satisfaisante, me vient à l'esprit: notre auteur fait la transition entre les grands libéraux radicaux français qui, de Turgot à Molinari (belge, il est vrai, mais ayant vécu en France) en passant par Bastiat ou Charles Comte, ont illuminé la pensée politique française un siècle durant, et les libéraux beaucoup plus socialisants qui leur ont succédé: je pense en particulier à un Raymond Aron - que seuls les lecteurs assidus de "Commentaire", en accord avec les troupes antilibérales, tiennent pour un libéral implacable.

A du libéralisme intransigeant je m'attendais; du libéralisme transitoire j'ai en vérité obtenu.


18.6.04

Le délit d'opinion est un motif d'expulsion

L'ami Jabial avait publié un post consacré à la situation française de la liberté d'expression. Eh bien, cela se confirme: la soi-disant "patrie des droits de l'homme" est bel et bien un pays où la liberté de parole n'est plus qu'un vain mot.

Les parlementaires hexagonaux ont, une fois de plus, confondu droit et morale. Pour eux, l'expression "condamner un propos" n'a de sens que pénalement. En l'occurrence, tout étranger qui prononcera des propos injurieux envers les femmes sera reconduit manu militari à la frontière.

Voici comment le ministre de l'Intérieur D. de Villepin justifie cette nouvelle restriction à la liberté:

«Grâce à ce texte, ce ne sont pas seulement des propos antisémites, racistes, qui justifient pleinement l'expulsion, mais aussi ces discours insupportables qui s'attaquent aux femmes parce qu'elles sont femmes».

Quand le droit de dire des insanités et des conneries disparaît sous les coups de la Loi, l'apparition d'un Ministère de la Vertu et de la Vérité n'est plus qu'une question de temps.


La guerre des rouges

Dans un soucis de lutte des classes, les syndicats de EDF s'attaquent aux plus nantis des nantis : les usagers de la RATP.

Pour continuer sur cette voie, je mets à leur disposition les adresses :
- des centres d'accueil de SDF,
- du samu social,
- des restos du coeur,
- de la banque alimentaire
- d'Emmaüs,
...

La guerre est désormais déclarée entre les EDF rouges et les rouges RATP (après la SNCF, il fallait bien ça).


Le parti de la guerre contre le parti d'en rire

La "guerre contre le terrorisme" justifie, on le sait à présent, tout et n'importe quoi - de la restriction des libertés civiles (déjà fort mises à mal) à l'entrée en guerre contre un régime, certes abject, mais étranger aux attentats du 11 septembre tout en soutenant un Musharaf, qui s'était compromis avec les Talibans.

A présent, c'est la guerre contre le rire et la satire qui échauffe les esprits. En effet, il semblerait que, pour le camp de la guerre, Michaël Moore - pour lequel j'entretiens une sympathie toute relative - deviendrait un allié objectif des terroristes ! Quel est son crime? Rien d'autre que ceci: il sort un film satirique dirigé contre la politique étrangère de Bush.

Pour les plus fanatiques supporters de Bush, critiquer la guerre, en particulier de façon satirique, est une trahison. A noter qu'ils se réclament de plus en plus ouvertement de l'héritage lincolnien. Cela ne présage rien de bon quant à ce qu'ils préparent. En effet, le "grand homme" a non seulement fait emprisonner ceux qui osaient critiquer sa guerre, mais il considérait comme des ennemis dangereux également ceux qui... se taisaient face à sa politique anticonstitutionnelle!!

Sans doute Michaël Moore aurait-il besoin de réviser ses cours d'histoire lorsqu'il proclame qu'il préfère "ce grand républicain" de Lincoln à ce menteur de Bush... L'Union hier, l'Empire aujourd'hui - des mots différents pour un même objectif: le pouvoir absolu.


Le totalitarisme rouge

Les fachos rouges subsistent, ils rongent encore le coeur d'une trop large frange de la population.

Ils se disent révolutionnaires mais leur seul but est de conserver des dits "acquis sociaux" ; ils veulent figer les institutions et les utiliser à leur profit, c'est pour ça qu'ils en craignent la moindre réforme ; leur stratégie est d'imposer une lutte entre plusieurs groupes sociaux, ils savent qu'ils la gagneront puisqu'ils rallient le plus grand nombre -en se faisant pourtant passer pour une minorité exploitée- ; ils ne se révèlent que dans un rapport de force des plus ignobles que l'Etat arbitre à leur profit.

Quelques lignes qui font peur, extraites d'un site qui prône l'avènement d'une nouvelle révolution rouge :

"Lors des prochaines grèves, il sera très important de mettre les lycéens en grève. Et pas seulement les lycées classiques, mais aussi les lycées techniques de banlieues ! Et il faudra organiser des manifs faisant passer les lycéens rue de la Paix et aux Champs Elysée. C'est comme ça qu'on établit un rapport de force !

En effet, regardons la très honorable manif des pompiers à Paris. Depuis qu'ils ont cassé la gueule à quelques dizaines de flics les ayant agressés, on leur a signifié qu'on allait prendre en compte leur revendication de retraite à 55 ans ! Regardons aussi l'arrestation de l'indépendantiste Corse Jean-Guy Talamoni. Il a suffit d'une manif très violente en Corse pour qu'il soit libéré cinq heures après son arrestation.

Vivent les Corses, et vivent les pompiers ! car ils nous ont montré la voie, ils nous ont donné le bon exemple, maintenant, nous savons ce qu'il nous reste à faire pour gagner."


Le but avoué n'est pas de s'opposer à la force illégitime, mais de s'approprier cette force, de la retourner à son propre avantage.
Mais aujourd'hui, existe-t-il vraiment une force qui les oppresse ? C'est ce qui les rend nerveux : ils tapent dans le vide, et n'ont qu'à s'inventer un ennemi imaginaire.

En somme, ce sont de grands attardés qui, comme les gosses, croient aux fantômes, et braillent pour qu'on les cajole, hurlent et crient pour avoir toujours plus de jouets ou d'argent de poche, et qui craignent de devoir quitter un jour leur landau si confortable que pousse la société tout entière.


Allez, encore un effort !

Ca y est, le nouveau plan provisoirement définitif de
remise à niveau des comptes de la sécu est en route.

Et voilà déjà qu'il me fâche. Le plan prévoit environ
5 milliards de recettes supplémentaires en 2005 et
environ 3 milliards de dépenses en moins (en fourchette
haute)

Si je me souviens bien mes cours d'arithmétique du
primaire : 5 + 3 = 8 (mais, si un haut fonctionnaire
est dans la salle, il me détrompera peut-être)

Donc, une différence de 8 milliards par rapport à
aujourd'hui. Mais ne parle-t'on pas de 14 milliards de
trou pour cette année ?

Allez, courage, il ne reste plus que 6 milliards à
voler.

PS : Je vous rassure malgré tout, pour les 3 milliards
(qui tendront, si tout va bien, en conjoncture
favorable..., vers 10 milliards en 2007) il s'agit "de
moindres dépenses et non d'économies"

C'est un peu bonnet blanc et blanc bonnet !


17.6.04

Pourquoi la bourgeoisie française n'est-elle pas libérale ?

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec cet article de Zek, mais il a le grand mérite de poser certaines questions intéressantes.


Science : découverte d'un nouveau mammouth

Dans nos jeunes années, une célèbre chaîne de magasins déclinait sa publicité sur le thème "Mammouth écrase les prix"

Et bien, le paysage politique français connaît son nouveau Mammouth, dont l'idéologie semble venir du fond des âges.

En effet, depuis cette nuit, nous pouvons dire Sarkozy écrase les prix.

Et vive le socialisme de droite !


L'argument qui tue

«Imaginez ce qu'aurait pu faire un Goebbels s'il avait disposé des techniques d'Internet.»
Robert Badinter, 17 juin 2004, conférence de l'OSCE


Cet article est un Article dont Vous êtes le Héros: qu'en penses-tu, toi, le lecteur?


"Occidentalism", par Avishai Margalit et Ian Buruma

A la suite du fameux "Orientalism" d'Edward Saïd, qui examinait la perception occidentale de l'Orient, Avishai Margalit et Ian Buruma analysent aujourd'hui l'occidentalisme, soit la perception de l'Occident par ses ennemis.

Les présentations que les auteurs font de leur ouvrage (que je n'ai pas encore lu) laissent espérer une analyse plus fine que les théories fumeuses sur la guerre des civilisations et les vociférations hystériques habituelles des néo-conservateurs.


Résultats des élections belges 3

Le journal "Le Soir" publie une interview du Professeur Boudewijn Boeckaert, président de Nova Civitas, un think-thank libéral flamand dont fait notamment partie le Professeur Frank Van Dun.

On verra que son analyse rejoint en grande partie celle qu'Aristophane et moi avions déjà faite sur ce blog.

Notons que d'autres observateurs, y compris à gauche, plaident désormais ouvertement pour l'abandon du cordon sanitaire.

(merci à RonnieHayek de m'avoir signalé cet article)


Pavé dans la mare aux oiseaux

Comme d'habitude, nos chers hommes de l'Etat sont en retard d'une guerre.

Une étude sur l'impact du P2P et du transfert de fichiers MP3 par l'Internet montre que, contrairement aux fausses annonces de nos exceptions culturelles nationales, les transferts de fichiers MP3 ne nuisent pas aux artistes mais plutôt à l'industrie du disque. Cette industrie refusant de s'adapter, la guerre est déclarée.

Juste une chose, les films les plus chargés sur internet sont aussi les plus gros cartons au box office du cinéma comme du DVD (Seigneur des Anneaux, Matrix et Harry Potter)

Comme quoi !


Grand scoop : la torture est libérale !

Drieu Godefridi, juriste, philosophe et, accessoirement, co-directeur du très néo-conservateur Institut Hayek bruxellois, publie ces jours-ci sur son site un petit article en forme de question au Professeur Jacques Verhaegen. Le Professeur Verhaegen a en effet eu l'immense tort, du moins aux yeux de Godefridi, de déclarer dans un interview à La Libre Belgique que la torture est toujours illégale, quelles que soient les circonstances.

Ce qui fait sursauter le juriste libéral que je suis (mais pas "philosophe", je le reconnais volontiers), est notamment la petite phrase suivante :

Le Pr. Verhaegen appartient à cette famille intellectuelle d’universitaires qui veulent porter la Belgique à l’avant-garde de l’évolution du droit international. Pourquoi pas ? L’ennui est que les intéressés sont animés par une vision bien particulière du droit et des relations internationales, qui supporte difficilement les principes nourris de réalité du libéralisme, ou l’Amérique qui en est, jusqu’à plus ample informé, l’incarnation la plus aboutie.

Tiens donc !

Je m'en voudrais de ne pas rappeler à Godefridi que dans l'état actuel du droit positif international et belge (et il faut rappeler ici le positivisme juridique de Godefridi, déjà épinglé par le Professeur Frank Van Dun) la torture est tout simplement illégale. Cela n'a rien à voir avec "les relations internationales", le droit au respect de son intégrité physique est un droit naturel de chaque individu consacré par divers instruments légaux, dont notamment la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Le Professeur Verhaegen, loin de tirer des plans sur la comète, ne fait donc qu'énoncer un fait.

Plus fondamentalement, je suis soufflé de lire que, d'après Godefridi, un droit naturel, et plus généralement les garanties procédurales de l'état de droit, dont la consécration est pourtant une des grandes réalisations libérales du passé, passeraient soudainement à la trappe sous prétexte qu'aux Etats-Unis, des gouvernants de rencontre les foulent du pied.

Remarquons également que, de la même manière que le national-socialisme s'incarnait dans la personne du Führer, le "libéralisme" godefridien s'incarne dans le gouvernement américain, et se découvre par la diligente étude de ses faits et gestes.

A la question rhétorique de Godefridi, à savoir si la torture est autorisée si elle peut sauver des vies humaines, on pourra donc répondre deux choses: premièrement, que lorsqu'on veut noyer un chien, on l'accuse de la rage. Deuxièmement, que les nations civilisées qui ne pratiquent pas l'aventurisme militaire n'ont pas à résoudre ce type de (faux) dilemme.

Des "libéraux", qui justifient la torture, vraiment, c'était ce qui manquait encore à notre bonheur.


Pétition pour une ex-epsion kulturail phranssèse

Pour défendre nos artistes nationaux, qui irradient le monde de notre haut niveau de culture nationale et de notre belle langue nationale et qui craignent pour l'avenir du cinéma national (et européen) et de la chanson nationale (francophone, uniquement), il faut mettre un réel système de défense de l'avenir culturel.

Alors signez les pétitions qui suivent :
- pour la chanson française, demandez que les paroles des chansons étrangères soient systématiquement doublées en français par des artistes français.

- pour le cinéma français, demandez que les films étrangers ne soient plus doublés et que les sous-titres (en langue slave uniquement) apparaissent sur un rectangle bleu au centre de l'écran. J'aurais bien proposé un système taxant le cinéma commercial afin de permettre aux vrais artistes de l'exception culturelle de filmer leurs séances de psychanalyse et de les diffuser sur grand écran, mais ce système existe déjà.

Ces deux systèmes devraient permettre aux usagers de l'exception culturelle de se rendre compte de la qualité des (chefs d')oeuvres français.

La loi et la réglementation, il n'y a que ça pour défendre la qualité !


16.6.04

Vive l'inefficacité étatique !

Dans un formidable article paru dans le dernier numéro du "Québecois libre", Christian Michel nous explique pourquoi les amis de la liberté ne doivent pas souhaiter un Etat efficace. En effet, celui-ci l'est déjà, dans la mesure où il sert presque sans faillir ses véritables finalités: elles ne consistent pas dans le service rendu aux citoyens, mais dans la satisfaction des besoins de ses agents, en contraignant la population à les payer et à subir leur pouvoir discrétionnaire.

En d'autres termes, quand nous nous plaignons de la supposée inefficacité de l'action étatique, c'est parce que nous supposons erronément qu'elle vise à bénéficier à tous.

On ne peut qu'approuver le conseil que nous adresse Christian Michel - qui est aussi, faut-il le rappeler, le propriétaire de l'excellentissime site Liberalia - en guise de conclusion lucide:

"Ne disons jamais que l’État ne remplit pas son rôle et qu’il est inefficient. Souhaitons seulement qu’il le soit moins. Certains de ses agents se plaignent de n’être pas assez payés, assez protégés, assez privilégiés, comme les actionnaires que la bourse n’est pas assez haute. Mais l’actionnaire ne peut pas envoyer des hommes en bleu saisir chez moi l’argent que je ne veux pas lui donner. C’est toute la différence entre une société de liberté et celle soumise à la violence hypocrite et implacable des agents de l’État."


Résultats des élections belges 2

A l'instar d'Aristophane, j'ai commis un article sur mon blog personnel un peu trop long pour être publié ici. Le lien se trouve dans le titre de ce post.

Vous verrez que les "grands esprits" se rencontrent !


Hunter my tants

Les sociétés de services (SSII), ainsi que les cabinets d'audit et de conseil, sont telles que les sociétés de production artistiques. Toutes deux préparent des mois durant le spectacle à réaliser devant d'éventuels clients qui ne paieront pas forcément la note. Et toutes deux font travailler des individus qui peuvent se retrouver rapidement sans client.

Dans l'informatique, les professionnels appellent cela l'"inter-contrat" période redoutée de tous, durant laquelle le prestataire ou le consultant est payé à se tourner les pouces.

Etant donné le parallèle, le Syntec (organisme professionnel des sociétés de conseil et des SSII) doit faire pression sur le gouvernement pour mettre en place un régime spécial des informaticiens. Ainsi, entre deux contrats, l'informaticien ne serait plus un poids mort détesté de tous dans sa société.

L'information n'est pas une marchandise, l'Etat doit financer le secteur pour éviter d'être envahi par les produits nord-américains.

Si le gouvernement n'accepte pas ces conditions, les informaticiens devront agir pour faire passer le message. Débranchons les ordinateurs, faisons-nous entendre.

Vive l'exception informatique française.


Résultats des élections belges

J'ai commis une analyse des dernières élections un peu trop longue pour ce blog-ci. Vous pouvez la lire sur mon blog personnel.
Blog d'Aristophane Triboulet


Lorsque mon père épouse Mamère - suite

Ca y est le gouvernement a pris une décision Mamère n'est plus mon maire. Au moins pour quelques jours.

Pas de discussion possible donc en France, ni de débat de fond. Non, c'est non. Les Pères de France ne veulent même plus dialoguer avec Mamère.

Et après ça, d'aucuns prétendent que ce gouvernement est libéral !


15.6.04

Eigen volk eerst !

La Vlaamse Radio Televisie montrait hier un intéressant reportage sur les réaction des membres du Vlaams Blok et de la direction de ce parti à leurs résultats électoraux (plus de 30% des voix en Flandre). On pouvait y voir le président Filip Dewinter accueilli par les militants dans un café d'Anvers aux cris de "Eigen Volk Eerst !" (notre propre peuple d'abord). Un autre militant, qui faisait le V de la victoire, ajoutait d'un air entendu à l'intention des caméramans qu'il avait l'habitude de faire un autre signe, mais pas devant les caméras. Ensuite, Dewinter prononça un discours où il était question de "reprendre Anvers pour la rendre aux Flamands" sous les vivats de la foule.

En ce mois de juin ensoleillé, la Belgique est séparée en deux. D'un côté, une wallonie collectiviste où les socialistes auront la haute main, et de l'autre les nazis du Blok. Il y a des jours comme ça où on a envie de demander l'asile politique à la Suisse.


14.6.04

Démocratique EDF

Le fasciste Devedjan - membre de l'UMP - a osé insulter les syndicats démocrates de EDF. "Votre action est anti-démocrate" a t'il insulté les défenseurs des acquis sociaux.

Pour convaincre le peuple du contraire, les syndicats démocrates ont coupé le courant (trois fils) à ce censeur de Devedjan.

Grâce à l'action démocratique et respectueuse de la liberté d'expression de chacun (chacun se bornant évidemment aux syndicalistes et politicien en accord avec leurs positions politiques), nos syndicalistes amis ont fait taire cet ennemi de la libre expression.

Messieurs les censeurs, bonsoir.


Effets de la prohibition

On a coutume de dire que si les drogues étaient légalisées, notamment celles que l'on appelle "dures", la France se transformerait en une immense fumerie d'opium.

"Et les Zenfants, vous avez pensé aux zenfants?", c'est en général le fond de l'argumentation des adversaires de l'abolition de la prohibition des drogues. Il s'agit d'expliquer que, les substances étant en vente libre, les enfants et les ados seront tentés de sauter le pas, et tester tel ou tel produit stupéfiant.

Bref, ces arguments à deux boules, on les connaît.

Maintenant, il serait intéressant d'observer ce qui se passe lorsque prohibition il y a, sur un produit très très connu en plus, dont la confection, donc, n'est pas censée poser problème. Ce produit, c'est l'alcool, interdit pour motifs religieux en Iran.

Voici ce que l'AFP nous apprend:

L'alcool frelaté fait 19 morts dans le sud de l'Iran (nouveau bilan)
AFP | 14.06.04 | 15h16

Dix-neuf Iraniens sont morts depuis jeudi à Chiraz (sud) pour avoir bu de l'alcool de contrebande frelaté, selon un nouveau bilan communiqué lundi par la justice de la province."Le nombre des morts est passé à 19", a déclaré le chef de la justice de la province de Fars, Hassan Ali Amiri, à l'agence officielle Irna.Le précédent décompte faisait état de 17 morts, dont l'un a été retrouvé dans un jardin public."Un certain nombre de gens sont toujours dans le coma, dans un état critique. Au cours des dernières 24 heures, 23 nouvelles personnes ont été hospitalisées", avait indiqué plus tôt dans la journée Hassan Ali Amiri.Une soixantaine de personnes avaient déjà été admises auparavant à l'hôpital, dont une vingtaine dans un état critique.Selon Hassan Ali Amiri, cinq consommateurs ont perdu la vue, sous l'effet du méthanol qu'aurait contenu l'alcool.De petites quantités de méthanol, un alcool industriel hautement nocif, utilisé pour les anti-gel et les produits de teinture, peuvent tuer, rendre aveugle ou causer de graves dommages au foie ou aux reins.La police a arrêté plus d'une douzaine d'individus, dont certains déjà connus de ses services, suspects d'avoir fabriqué ou revendu l'alcool, a indiqué le magistrat.Selon des sources médicales à Chiraz, les victimes sont placées sous haute surveillance policière mais bien traitées. La justice a déploré leur manque de coopération dans l'enquête. Un patient se serait enfui.La production et la consommation d'alcool sont "haram" depuis la Révolution de 1979, c'est-à-dire proscrites par l'islam. Les contrevenants sont passibles de la prison et du fouet.Cela n'empêche pas un trafic soutenu, que l'alcool passe clandestinement les frontières ou qu'il soit distillé localement. Ce dernier, moins cher, est surtout consommé dans les milieux populaires. Mais il est bien souvent fabriqué dans des conditions et avec des ingrédients des plus douteux.


Dans les milieux populaires, donc. Intéressant. J'aimerais bien avoir des statistiques concernant les ados, si elles existent....

Le riche mollah qui tient à se mettre une cuite peut fort bien le faire avec des alcools d'importation. L'Iran d'en bas, comme dirait le phénix du Poitou, ne peut pas accéder à de telles délices, exit l'alcool de bonne qualité. Pour toi, simple Iranien, la prohibition te réserve des produits à base d'hydrocarbures, de méthanol, d'anti-gel, etc....

Il est fort probable que dans un avenir proche, le gouvernement iranien soit contraint d'aller vers un système de semi-prohibition, comme en France, basé sur des taxes exorbitantes. De mémoire, je crois qu'en France on frôle les 80% de taxes.

Pour finir, je présente mes condoléances aux familles des victimes de l'oppression de l'Etat iranien. Ces victimes indirectes, dont le seul tort est de vouloir s'adonner aux plaisirs de la boisson, ont payé l'obstination étatique de leur vie.


Prostitution électorale

Ca y est, les résultats des élections européennes sont tombés.

Et analyse unanime : les socialistes ont gagné, les Français en ont assez, ils veulent une "Europe sociale"

Mais, relativisons.

Il est clair : les socialistes ont gagné, avec 29 % des suffrages exprimés.

Mais je suis choqué des analyses journalistiques de ce jour :

- un camouflet pour la droite - la gauche progresse peu (de 43.6 % en 1999 à 44.1 % en 2004, ce n'est pas une super progression fulgurante donnant une majorité de voix à la gauche)

- une victoire de la gauche sur la droite - la gauche l'emporte avec 42 % contre 38 % à droite. Mais voilà, la définition fonctionnelle de gauche et de droite varie en fonction du bord politique. Pourquoi associer le PCF à la gauche et dissocier le FN de la droite ? Personnellement, je préfère dissocier ces deux partis (on obtient 36 % à gauche et 38 % à droite, sacrée victoire)

Il ne faut pas nier la victoire socialiste (en termes relatifs, pas en données absolues !) Mais cette victoire est celle du PS sur la gauche. Après avoir viré à gauche toute, le PS n'a fait que récupérer les électeurs de gauche. Ce n'est que la victoire du populisme du plus bas niveau et du retour à l'union de la gauche.

Personnellement, si j'étais socialiste (bon, c'est vrai, c'est plus facile pour moi, je ne le suis pas, donc j'en profite pour donner des leçons de morale !) je porterais profil bas. Le PS n'est qu'une vieille prostituée (passez rue Saint Denis, à mon avis, vous le trouverez là bas) ne pouvant gagner des élections qu'en faisant le tapin à rechercher les voix en les payant de slogans populistes bas de gamme et en évitant surtout de parler des MST qu'ils peuvent transmettre (propositions liberticides, gestion de la pénurie, déclin...)


Conséquences du tout-politique

Plutôt que de m'attarder sur la prévisible Bérézina MRdiste à Bruxelles et en Leninland (pardon, en Wallonie), je consacrerai ce bref post à la montée des fachos du Vlaams Blok en Flandre. En entendant les réactions des politocards du Nord, je me suis demandé s'ils étaient encore dotés du sens des réalités. Pour Steve Stevart, Mijnheer "Alles Gratis", comme pour Yves Le Terne ou encore Verhofstatocrate, c'est clair: le succès du Blok est imputable à un désastreux état d'esprit "antipolitique".

Ne serait-ce pas plutôt une conséquence logique du panpolitisme qui sévit en Belgique, et qui est donc loin, vraiment très loin, d'épargner le Nord? A force de restreindre la liberté des individus, on prépare le terrain à des totalitaires accomplis.

Gageons cependant que les "démocrates" feront front commun pour éviter toute accession du VB au gouvernement, lui laissant sans doute ainsi l'occasion et le temps de préparer sa prochaine victoire en relisant et méditant Carl Schmitt...


13.6.04

Kikadikoi ?!

"Tenir ses promesses, cela veut dire d'abord se distinguer de la gauche la plus archaïque de toute l'Europe, [...] cette gauche de la facilité qui nous fait croire qu'on peut réussir sans travailler et qu'il suffit de créer des emplois publics pour résoudre le problème du chômage."

Alors, Kikadiça ?


12.6.04

Winch est de retour !

Largo Winch, le milliardaire en blue jeans, est de retour ! Philippe Francq et Jean Van Hamme signent en effet le treizième volet de la saga multinationale : Le prix de l'argent. Ils y abordent un sujet brûlant d'actualité : la mondialisation et les délocalisations.

Largo, à la tête du puissant groupe W, apprend la délocalisation de l'une de ses entreprises, délocalisation qui met à la rue 2500 travailleurs. Evidemment, il passe alors pour le méchant capitaliste qui se fout de ses employés et qui préfère exploiter une main d'oeuvre à moindre coût dans les pays pauvres.

C'est étrange : on s'offusque toujours du licenciement des travailleurs de l'unité de production d'un pays d'une entreprise qui délocalise, sans jamais se réjouir de tous les emplois que cette entreprise va créer dans un autre pays - pays qui lui a généralement bien besoin de ces emplois !

On qualifie le travail dans les pays pauvres d'exploitation, on accuse le PDG de Nike d'être un tyran capitaliste qui asservie les petits indiens... On oublie que dans ces pays pauvres, la plupart des gosses qui n'ont pas l'opportunité de travailler pour Nike, se livrent à la prostitution pour un revenu qui parfois ne leur permet même pas de survivre...

Bien sûr, le plus lamentable est la réaction des politiques face à ces délocalisations : ils en accusent la "mondialisation libérale", et se proposent de lutter contre en augmentant toujours plus les taxes et les réglementations... Mais si les entreprises délocalisent, c'est précisément pour fuir ces réglementations et taxes excessives !

On envisage pour seule solution à la misère sociale de taxer les créateurs de richesses, encore et toujours plus. Et quand ces taxes empêchent soudain les entrepreneurs de tirer un profit de leur action, et donc démotivent par-là même leur travail, on leur crache dessus parce qu'ils décident d'aller voir ailleurs ! On aimerait même les retenir et les forcer à travailler encore ! On voudrait en faire les esclaves des soi-disant "exploités" !

C'est donc à ce sujet très sensible que Van Hamme et Franck ont décidé de s'attaquer. Ils en proposent une lecture à la fois originale et pleine de bon sens : tout ne se réduit pas à des mécanismes aussi simples qu'on pourrait croire, et qu'il suffirait de bien "administrer" pour en éviter les dérives ; tout est très complexe au contraire, et les dérives ne sont pas là où on les attend.

Winch porte le chapeau parce qu'il est ce grand patron très puissant qui inspire nécessairement la méfiance, alors qu'en fait ce héros des temps nouveaux est peut-être bien le seul à vouloir encore se ranger du côté de la vérité, même pour son propre désavantage !

Bonne lecture !


Réciter son catéchisme...

...parce que ça fait toujours du bien :

" La plupart des gens et des théoriciens politiques croient que reconnaître l’importance, parfois vitale, d’une activité particulière de l’Etat – par exemple l’élaboration d’un système de lois – implique ipso facto la nécessité de l’Etat lui-même. Or, si on ne peut nier que les hommes de l’Etat accomplissent plusieurs tâches importantes et nécessaires, de l’élaboration du droit à la Poste en passant par la police, les pompiers, la construction et l’entretien des rues, cela ne démontre absolument pas que les hommes de l’Etat soient les seuls à pouvoir remplir ces fonctions ou même qu’ils les remplissent à peu prés bien. Imaginons plusieurs marchands de frites dans un même quartier. Un jour, l’un d’entre eux, le dénommé Beulemans, chasse tous ses concurrents par la force et donc, établit par la violence un monopole de la vente des frites sur son territoire. La violence de Beulemans dans l’établissement et le maintien de son monopole est-elle essentielle pour l’approvisionnement du quartier en frites ? A l’évidence, non. Car non seulement il y avait des concurrents auparavant, non seulement on verrait apparaître des concurrents potentiels dés que Beulemans aurait négligé de faire usage de la violence et de l’intimidation, mais, bien plus, la science économique démontre que cette entreprise, protégée par un monopole coercitif, ne rendra pas efficacement les services que l’on en attend. Isolé de la concurrence par la force, Beulemans peut se permettre d’être relativement trop cher et relativement mauvais dans l’offre de ses services puisque les consommateurs n’ont pas d’autres choix. Et si un mouvement apparaissait pour réclamer l’abolition du monopole violent imposé par Beulemans, il y aurait vraiment peu de gens pour s’y opposer en prétendant que les abolitionnistes conspirent pour priver les consommateurs des frites qu’ils aiment tant. Or, l’Etat n’est rien d’autre que notre Beulemans imaginaire à un niveau gigantesque et totalitaire. Tout au long de l’histoire, des groupes d’hommes, s’étant attribués le nom de « gouvernement » ou d’ « Etat », ont tenté – généralement avec succès – d’obtenir par la violence un monopole sur les postes de commandement de l’économie et de la société." (Murray Rothbard, in L’éthique de la liberté)


Le Loto, ça peut rapporter gros !

A la fin d'un récent post, j'ironisais sur la Loterie nationale. Hé bien, le hasard a bien fait les choses, car voilà à présent que cette institution ludique (mais certainement pas d'avant-garde ni libertarienne) tombe sous les feux de l'actualité.

En effet, "La Libre Belgique" nous apprend que La Loterie verse annuellement 17 millions d'euros à la Communauté française pour financer divers projets particratiques que les ministres se répartissent: les socialistes envoient le fric à des asbl inféodées telles que "Action commune et culturelle socialiste", le Centre socialiste d'éducation permanente (brrr...), ou encore Gsara (groupe socialiste d'Action & de Réflexion sur l'audiovisuel).

De son côté, le MR, en la personne de son historienne Suffisance Hervé Hasquin, a notamment jeté son dévolu sur l'asbl "Hainaut, culture et démocratie"... dirigée par des proches de Hasquin-Requin et dont le siège se trouve dans les mêmes bâtiments que la fédération hennuyère du MR. Troublante coïncidence.

Mais la morale sera sauve, nous dit-on: ce sera la glasnost et tout le toutim (comme dans toute société communiste en état comateux). Du moins si l'on en croit la LB, qui conclut ainsi:
Les parlementaires qui s'interrogent sur ces partages ne contestent pas en soi la pertinence de ces subsides
(merci on s'en doutait, le contraire eût été étonnant). Mais ils réclament des critères clairs de répartition. Sans quoi, disent-ils, les asbl qui n'auront pas été reprises continueront à répandre les soupçons de favoritisme.

Enfin, voyons, qui pourrait lancer une pareille calomnie? Le clientélisme n'existe pas en Belgique, c'est notoire. Pour paraphraser un illustre libertarien américain, dans l'Etat belge, le pouvoir n'attire pas les fanatiques du pouvoir. Les gens qui prennent les décisions n'ont pas la moindre tendance à favoriser leurs intérêts personnels. Il n'y a pas moyen, pour un homme habile, de détourner les institutions au service de ses propres fins. D'ailleurs, en Belgique, on peut voir les crocodiles voler.